Magazine Conso

Une vie (Simone Veil)

Par Alexandra

38_une_vie_simone_veil L'Histoire commence par "Les photos conservées de mon enfance le prouvent : nous formions une famille heureuse." Suit la centaine de pages sur le saccage de ce bonheur par la fureur nazie. Un quart du livre. Mon quart préféré.

J'ai particulièrement aimé le premier quart de ce livre tant il est aussi puissant que pudique, aussi percutant que sensible, aussi dramatique que factuel. J'ai été très impressionnée par ce qui pourrait être présenté comme une absence de style littéraire de Simone Veil. Je crois personnellement qu'il existe des épreuves dans la vie telles qu'elles marquent la frontière entre l'avant et l'après. Et pour survivre, pour vivre malgré, pour revivre pour et avec, …., je peux imaginer qu'il faille construire un écran entre soi et les évènements. Ainsi dissocié de la réalité, on développe un recul qui permet d'agir constructivement à l'amélioration du monde, sans souffrir dans son être trop directement. Contenir ses émotions par la dissociation permet de se protéger des émotions trop blessantes, et aussi de respecter celles qui ont franchi des sommets infranchissables.

L'avant …

Ce sont des photos. Il n'y a qu'à les regarder, elles sont dans le livre. Tout le trésor de l'enfance préservée suinte comme une plaie ouverte à l'espoir de l'avenir, "mes douze ans, c'est le paradis de l'enfance en train de s'engloutir".

Le retour de l'enfer …

L'après …

A quelles autres œuvres cela me fait-il penser ? …


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Alexandra 62 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines