Magazine Culture

Stabat mater, exposition de Cécile Hadj-Hassan et de Marianne Pradier

Publié le 22 novembre 2016 par Onarretetout

fullsizeoutput_26ed

« La Méduse n’est pas mortelle. Elle est belle et elle rit. » Le texte d’Hélène Cixous est sur la table, une mèche de cheveux sorti d’une théière y coule. Les cheveux de la femme sont-ils ces serpents de la Gorgone ? N’est-ce pas là qu’un fantasme masculin : quiconque cacherait cette chevelure maîtriserait le corps entier. Maîtriserait le visage, le masquerait. Mais n’avons-nous pas tous cette peau qui nous couvre intégralement, peau sociale, vêtement de l’être ? Sous le masque, sous la peau, sommes-nous si différents ? Et nos différences sont-elles questions de genre ? Cette exposition des oeuvres de Cécile Hadj-Hassan et de Marianne Pradier, au Shakirail, à Paris, fut éphémère mais j’en suis sorti avec ces interrogations, une forme de dialogue à renouveler, à prolonger.

DSCN5279

DSCN5273
 
DSCN5274

DSCN5276

DSCN5280


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Onarretetout 3973 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine