Magazine Entreprise

Le paradoxe de la stupidité dans les entreprises, selon Mats Alvesson et André Spicer

Publié le 25 novembre 2016 par Diateino

crossing-crossroad-businessman-fashionDans leur ouvrage The Stupidity Paradox, Mats Alvesson et André Spicer s’étonnent du paradoxe de la stupidité dans les entreprises : ces dernières s’efforcent constamment de recruter les collaborateurs les plus doués. Elles cherchent des personnalités affirmées, atypiques, capables d’apporter de la créativité et de faire bouger les organisations. Mais dans les faits, les entreprises restent foncièrement réticentes au changement et brident finalement le potentiel de leurs collaborateurs pour préserver le statu quo. Bien évidemment, les auteurs forcent le trait. On peut tout de même avoir l’impression d’un certain gâchis lorsque des collaborateurs capables de raisonnements complexes doivent réduire leur pensée en puces PowerPoint ou en smileys vert, orange ou rouge ! Ces réflexions provocatrices peuvent être l’opportunité de prendre du recul sur sa valeur ajoutée au sein de l’entreprise.

Et vous, qu’en est-il de votre valeur ajoutée ?

Nous prenons rarement le temps de nous interroger sur notre réelle contribution : nos « to do list » sont bien fournies et nous encouragent à favoriser plus la production que la prise de recul sur notre valeur ajoutée. En outre, elle peut sembler difficile à évaluer.

Le professeur de sciences informatiques Cal Newport a trouvé un indicateur étonnant mais pertinent : le junior.

Le paradoxe de la stupidité dans les entreprises, selon Mats Alvesson et André Spicer
Il recommande de se poser la question suivante : combien de temps faudrait-il à un junior pour apprendre à réaliser chacune de vos missions ?

– Consolider les résultats trimestriels et en faire une présentation synthétique nécessiterait à peine un mois : le temps de comprendre le contexte, de repérer les indicateurs clés et de les présenter de façon parlante. Il est possible que le junior soit même plus doué en PowerPoint que vous…

– Vous remplacer à une réunion de pilotage de projet nécessiterait peut-être deux à trois mois, pour s’approprier le contexte, se familiariser avec les jeux d’acteurs et pouvoir orienter les prises de décision. Ces réunions nécessitent rarement une connaissance pointue du projet.

– En revanche, répondre à un appel d’offres complexe peut demander plus d’une année d’apprentissage pour s’approprier les solutions à proposer, les références clients existantes ou encore élaborer un chiffrage cohérent.

Comment utiliser cet indicateur ?

Évaluez vos différentes missions à l’aide de la question du junior. Il ne s’agit pas forcément de recruter un stagiaire ou un junior pour les accomplir à votre place, mais en tous cas de vous aider à orienter différemment vos efforts. Vous repérez plus facilement sur quelles missions votre valeur ajoutée aura le plus d’impact.

The Stupidity Paradox: The Power and Pitfalls of Functional Stupidity at Work, de Mats Alvesson et Andre Spicer, Profile Books, 2015.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Diateino 2523 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine