Magazine Culture

Gérard Mordillat, la révolution en riant

Par Pmalgachie @pmalgachie
Gérard Mordillat, révolution riant Quand il ne travaille pas avec Jérôme Prieur à des films et à des ouvrages historiques sur la religion, Gérard Mordillat se laisse aller à son naturel : il remonte au front de la défense des petits contre les gros, pour le dire en simplifiant. D’où La Brigade du rire, inspirée mais décalée des Brigades rouges. Car, si l’envie de meurtre affleure parfois chez les plus enragés de la bande, personne n’ira jusque-là. La bande est constituée de sept copains qui, au lycée, formaient une redoutable équipe de handball. Parce qu’ils étaient en bonne condition physique, certes, mais surtout parce qu’ils formaient un groupe soudé par un désir commun de révolte devant une société sclérosée. Trente ans après leur plus belle victoire, Dylan a eu l’idée des retrouvailles. Non sans une légère inquiétude : n’ont-ils pas remisé leur rage au grenier des illusions ? Tous sont soulagés de constater qu’il n’en est rien. Il manque un élément au groupe, Bob, qui s’est suicidé et dont la compagne, Victoria, a répondu à l’invitation. Après un bref moment de gêne, car les garçons avaient prévu de rester entre eux, Victoria fait mieux que s’intégrer : elle est en première ligne pour désigner la cible de leur action commune, puisqu’il faut faire quelque chose  au lieu de se laisser manipuler par les hérauts du capitalisme. En voici un, tout désigné pour servir d’exemple : Pierre Ramut, éditorialiste vedette de Valeurs françaises, sans cesse à cogner sur les travailleurs et leurs revendications démesurées, coupables de l’écroulement de l’économie nationale. La Brigade du rire, qui a envie de se marrer, l’enlève et le met au travail dans un bunker aménagé en atelier. Il est chargé de forer des trous dans des cornières, en rythme et pour un salaire de misère. L’idée est séduisante, mais son ironie s’épuise dans la durée. Il faudra trouver le moyen d’en sortir avec le même humour féroce.
Le romancier s’en donne à cœur joie, fournit à ses personnages des existences individuelles assez complexes pour donner l’impression que nous les connaissons bien. Et que nous méritons de rire en leur (bonne) compagnie.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pmalgachie 8361 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines