Magazine Culture

Scott Derrickson : Dr. Strange

Publié le 28 novembre 2016 par Aude @bizzetmiel
Tweet

scott-derrickson-dr-strange_affiche

Ce que le synopsis nous dit :

En participant à Nerve, un jeu qui diffuse en direct sur Internet des défis filmés, Vee et Ian décident de s’associer pour relever des challenges de plus en plus risqués et gagner toujours plus d’argent.
Mais bientôt les deux « Joueurs » s’aperçoivent que leurs moindres mouvements sont manipulés par une communauté anonyme de « Voyeurs ». Le jeu vire au cauchemar. Impossible d’arrêter…

Ce que j’en pense :

Un énième Marvel au cinéma (voir la liste complète ici), dans une période où je suis lasse d d’image et d’action. Mais j’étais tout de même confiante sur ce Dr. Strange, dont les critiques semblaient globalement bonnes. Bon déjà parce que Benedict Cumberbatch. Et puis surtout parce qu’il s’agit d’un nouveau personnage, dont il fallait nous raconter l’histoire, nous présenter la personnalité et le parcours. Si j’attendais aussi les scènes de combat, j’espérais qu’un tel opus serait un peu plus « posé » que certains de ces prédécesseurs. Commençons par ce personnage de Dr. Strange, qui n’a pas dû donner de difficulté à son interprète tant il est proche du rôle de Sherlock Holmes : le même caractère à l’égo surdimensionné et l’intelligence hors du commun, mais en beaucoup plus simpliste, avec un humour désastreux en bonus. Les thématiques du surnaturel et des pouvoirs illimités de l’esprit sont pourtant fait pour me plaire, mais c’est cette fois dans la mise en scène que je déplore les choix qui ont été fait : il y a vraiment un gros gros abus sur l’utilisation de la 3D. Déjà, ce n’est pas toujours très bien fait et surtout toutes ces images balancées sans vergogne et sans répit sont fatigantes, sans compter sur la large inspiration du film Inception (on retrouve des distordions de l’espace quasi identiques, mais en surdose).
Quelques points positifs tout de mêmes, qui font que je ne regrette tout de même pas cette séance : certaines scènes avec Rachel McAdams sont sympathiques (pas spécialement de son fait cependant), ainsi que celles se déroulant dans la bibliothèque, le personnage de L’ancien est bien réussi et sied à Merveille à Tilda Swinton, enfin la figure de la cape est vraiment bien utilisée.

Conclusion :

Pas vraiment à la hauteur. Il serait temps que cette série pense à se renouveler.

3f

A voir si vous voulez en savoir plus sur :

  • les capes
  • les grands froids
  • les bibliothèques
  • le détournement de bouquin

Dr. Strange sur Amazon


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Aude 80 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine