Magazine Culture

Le sourire d'Audrey Hepburn avec Isabelle Carré

Publié le 28 novembre 2016 par Nathpass
Je ne sais pas dans quel ordre il faut aller voir l'expo d'Avedon avec une salle consacrée à Audrey Hepburn dans Funny face et la pièce : Le sourire d'Audrey Hepburn d'après le roman  "Un instant de grâce" de Clémence Boulouque. Faites comme moi l'expo en premier et la pièce en second.
J'ai laissé un message à ma meilleure amie dès ce matin : "C’était merveille Au Théâtre de l’Oeuvre le sourire d’Audrey Hepburn, quelle grâce, on lit tout." 
J'y étais avec mon chéri qui m'a dit : elle est hyper humaine un peu encore chaviré par ce qu'il venait de voir. Quand la grâce d'une interprète rejoint la grâce d'un  personnage et celle de l'écriture, c'est un peu comme une rencontre d'un nouvel ami. Et pour cela il faut une mise en scène d'orfèvre pour nous laisser en suspends, c'est le cas, c'est comme de la rosée un beau matin de réveil, malgré la mauvaise nuit qu'est l'époque. Le metteur en scène c'est Jerome Kircher l'interprète du Monde d'hier d'après le journal de Stéphan Zweig, j'en ai déjà parlé sur my blog. Et ces deux pièces seul en scènes soliloques m'ont bien plus touchée que bien de grosses machines.... J'ai acheté au Théâtre de l'Oeuvre, le roman et je l'ai fait dédicacer pour notre nièce avec qui j'étais à l'expo à la Bnf.Isabelle Carré c'est une actrice rare, trop rare, autant de théâtre que de cinéma. On entend tout, elle sait si bien faire passer les mots contrairement à tant d'actrices qui n'articulent pas ne projettent pas et qui susurrent, bourdonnent. Le sourire d'Audrey Hepburn avec Isabelle Carréhttp://www.webtheatre.fr/Le-Sourire-d-Audrey-Hepburn-de

Le Sourire d’Audrey Hepburn de Clémence Boulouque

par Gilles Costaz

La star blessée

Le sourire d'Audrey Hepburn avec Isabelle CarréDerrière la grâce d’Audrey Hepburn, l’actrice inoubliée de Vacances romaines et Sabrina, il ne pouvait y avoir que de la fragilité. Le cristal, c’est friable ! Clémence Bouloque s’était penché sur cette délicatesse quelque peu mystérieuse à travers un roman, dont elle a tiré une pièce à la demande d’Isabelle Carré. Le grand problème de la vie d’Audrey Hepburn, c’est son père, un fanatique des nazis, tout anglo-irlandais qu’il soit ! De quoi blesser à jamais une personnalité altruiste qui tentera de défendre les victimes de la guerre et les enfants malheureux tout au long de son existence. Le père et la fille avaient très tôt cessé de se voir. Mais, en 1964, Mel Ferrer organise à Dublin une rencontre où le père humilié et la fille devenue célèbre vont se parler à nouveau. La pièce imagine le monologue intérieur d’Audrey Hepburn peu après cette rencontre.
Le texte pourrait être plus violent mais il fait ainsi triompher la douceur sur la cruauté. Jérôme Kircher a pris le parti difficile (mais c’est le meilleur) d’un spectacle quasi immobile : la comédienne est sur un fauteuil, se déplace peu, tout est dans l’émotion du personnage. Isabelle Carré est, on le sait, une merveille de sensibilité. Elle peut parfois être trop emportée par trop de gentillesse, comme c’était le cas dans son dernier spectacle qu’elle avait elle-même mise en scène. Ici, cadrée rigoureusement, elle est sans cesse dans la justesse des tourments, qu’ils soient profonds et légers. Isabelle Carré dans ce texte, c’est l’élégance du jeu et des sentiments.Le Sourire d’Audrey Hepburn de Clémence Boulouque d’après son roman Un instant de grâce(Flammarion), mise en scène de Jérôme Kircher, décor de Thibaut Welchelin et Edouard Laug, costume de Thibaut Welchelin, lumières de Franck Thévenon, avec Isabelle Carré.Théâtre de l’Oeuvre, 19 h, tél. : 01 44 53 88 88, jusqu’au 8 janvier. (Durée : 1 h15).

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Nathpass 1068 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte