Magazine Beaux Arts

Mais où sont donc passés les Médecins des Hôpitaux ?

Publié le 09 septembre 2014 par Pantalaskas @chapeau_noir

La question mérite en effet d’être posée lorsque l’on constate qu’en deux à trois décennies, ce vaste corps professionnel qui représentait il y a peu de temps un but et une fierté pour nos meilleurs spécialistes est aujourd’hui jugé non attractif pour près d’un tiers des postes disponibles.
Il faut se souvenir que nos ainés universitaires se sont longtemps fait un devoir d’assurer le recrutement médical régional parmi leurs meilleurs élèves, participant ainsi a l’essor et à la qualité reconnue d’un système hospitalier mis en réseau naturellement et à moindre frais par ses compétences médicales initiales.
Progressivement, et sous l’emprise d’un hôpital public de plus en plus administré verticalement, avec les succès que l’on sait, a tel point que sa recherche de performance nécessite aujourd’hui de l’assister par de multiples et couteux acteurs publics ou privés, ce corps professionnel s’est trouvé privé de l’un de ses principaux moteurs quantitatifs et qualitatifs.
Dépecé par des analyses tronçonnées, par des rapports successifs et sans lendemain (ressources humaines, rémunérations, secteur libéral, intérim, exercice médical à l’hôpital), affaibli par les corporatismes internes ou externes exploités, abusé par l’inertie fautive qui a fait suite aux divers Accords Cadres ou Pacte de Confiance, voici un métier dont l’exercice était par sa globalité technique et décisionnelle une authentique et motivante richesse, en train de glisser vers une simple activité de production d’actes tarifés, non exhaustifs, faisant fi bien souvent de leur essence basée sur une approche personnelle, multi-variée et intellectuelle.
Où sont donc passés les Médecins Hospitaliers tout a la fois attractifs individuellement et collectivement pour les patients, motivants pour les équipes, tous personnels confondus y compris administratifs, ces atouts clés afin que toutes les reconnaissances professionnelles soient respectées à l’Hôpital Public, dont ils incarnaient en outre une vision et une crédibilité à l’extérieur ?
De nouveaux métiers apparaissent, masquant parfois tout simplement les classiques glissements de tâches, mais ouvrant aussi l’espoir d’une véritable re-fondation des équipes spécialisées et de leurs organisations.
Mais curieusement rien ne se profile aujourd’hui de nouveau pour les Médecins des Hôpitaux !
L’interminable et décevant débat frileux relatif au modalités de désignation de leurs responsables au sein des pôles, le très insuffisant cadrage territorial de ceux-ci, montre à quel point certains envisagent de construire un service public hospitalier sans l’implication décisionnelle réelle de ses Médecins, dont quelques uns deviendraient classiquement des cadres administrés et désignés.
Tant en interne qu’au niveau régional ce métier ne semble plus être considéré globalement comme stratégique.
Que chacun en mesure les conséquences, que chacun face preuve de sincérité devant sa responsabilité.
Les Médecins Hospitaliers ne resteront pas longtemps inertes devant tous ces constats.
Il y a véritablement urgence à mettre en oeuvre un re-positionnement statutaire et fonctionnel profond et structurel, basé sur les compétences professionnelles globales de ce métier.
Rendre attractif tout en évitant tout autant le retour à une caste mandarinale que l’attraction trompeuse d’un pseudo fonctionnariat pour officier de santé, voilà la vraie priorité pour l’Hôpital et pour ses médecins.
Rester inactif est la pire des attitudes.
Diversification et revalorisation quantitative et qualitative significative de l’exercice , médicalisation crédible et réelle des instances décisionnelles tant locales que régionales, rétablissement de la confiance par des décisions et des actes peuvent permettre de faire émerger un nouveau métier d’équipe, reconnu, associé au pilotage et non plus contourné de toutes parts.
Il s’agit d’un préalable, qui reste encore possible au terme d’une rapide mais authentique négociation statutaire et fonctionnelle, le chemin pouvant être alors tracé pour une authentique évaluation de pertinence et de performance à l’Hôpital.
A l’Hôpital Public, l’adaptation constante, notamment mais pas seulement en raison du contexte économique, doit faire émerger simultanément tous les nouveaux métiers, de façon structurelle et non pas seulement comptable, en valorisant les reconnaissances professionnelles réciproques.
Vouloir agir sans eux, voire contre eux, poussera inéluctablement les Médecins de l’Hôpital les plus investis à s’en détourner, accélérant ainsi la paupérisation pour tous, usagers y compris.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pantalaskas 3071 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte