Magazine Culture

13 petites enveloppes bleues – Maureen Johnson

Par Felynrah

Quatrième de couverture :

13 petites enveloppes bleues – Maureen Johnson
RÈGLE N° 1 : Tu ne peux emporter que ce qui tiendra dans ton sac à dos.

RÈGLE N° 2 : Tu ne dois emporter ni guides de voyage ou de conversation, ni aucune aide pour les langues étrangères.

RÈGLE N° 3 : Tu ne peux pas prendre d’argent en plus, ni de carte de crédit, de chèques de voyage, etc.

RÈGLE N° 4 : Pas d’expédients électroniques. Ce qui signifie, pas d’ordinateur portable, de téléphone portable, de musique, d’appareil photo.

C’est tout ce que tu as besoin de savoir pour l’instant. Rendez-vous à la Quatrième Nouille.

Lorsqu’elle découvre ce message de Peg, sa tante adorée qui vient de mourir, Ginny est loin d’imaginer qu’elle en recevra treize au total et que ces petites enveloppes bleues l’emmèneront loin, bien loin, pour un incroyable voyage a travers l’Europe. Et transformeront à jamais sa vie de jeune fille rangée, timide et sage…Comme une course au trésor, ce roman nous happe et nous entraîne de rencontres en découvertes, de mésaventures en petites victoires, pour une folle virée pleine d’humour et de charme.

Un roman initiatique qui n’est pas sans rappeler le voyage de Théo de Catherine Clément. Je n’irai pas jusqu’à dire qu’il est aussi bon mais il est de la même veine.

Ginny est une jeune fille de 17 ans, réservée et timide, qui reçoit, un jour, 13 petites lettres en provenance de Londres mais surtout en provenance d’une tante défunte qu’elle adorait. Et dans ces lettres, des instructions à suivre à la lettre, c’est le cas de le dire. Et Ginny entame un voyage en Europe, où elle court de ville en ville, passant de Londre à Paris, Amsterdam, Copenhague, Rome pour finir en Grèce… Passant de rencontres en rencontres, de villes en ville. Sans forcément prendre le temps de flâner ou de découvrir les villes… Avec une petite critique sur les touristes pendus à leur guide de voyage, visitant les villes au pas de charge pour finir leur programme et ne rien rater… Mais n’est-ce pas au final « rater » la ville que de ne pas prendre le temps d’y errer et d’y flâner ? De s’y perdre et découvrir au détour de ruelles des choses et d’autres, justement pas inscrits sur les guides ?

On passe donc de ville en ville, de rencontres en recontre. Et on apprend beaucoup de choses sur cette tante loufoque et décédée trop tôt. On rencontre ses amis complètement dérangés ou pas. Et Ginny se fait ses propres amis qu’elle croise et recroise. Ses propres rencontres, magie du voyage.

Et Ginny en ressort changée. Ou pas. Mais en ayant grandi, en ayant gagné en confiance. En connaissance aussi. Connaissance de sa tante, connaissance de pas mal de chose. Et la fin est un peu comme un coup de Trafalgar. En somme, un chouette roman.Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Felynrah 43 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines