Magazine Culture

Ma visite au grand Musée du Parfum

Publié le 17 décembre 2016 par Framboise32

Ma visite au grand Musée du Parfum

L’ouverture du  Grand Musée du Parfum à Paris, un musée privé,  dont l’ouverture était programmée hier vendredi 16 décembre, n’ouvrira finalement que  le 22 décembre 2016.

« La Commission de sécurité, chargée de contrôler le respect des mesures de sécurité Incendie préconisées pour tous les établissements recevant du public (E.R.P.), et qui devait se rendre au Musée le 15, a annulé sa visite à la dernière minute », a indiqué jeudi soir Laurence Vaugeois, responsable de la communication du Musée.

Le Grand Musée du parfum a vocation à faire découvrir toutes les facettes de ces parfums dont le processus de création reste encore très énigmatique, et permette à chaucn , petit et grand, néophyte ou initié, de mieux décrypter l’intention artistique du parfumeur et sa démarche créative

 J’ai eu la chance de pouvoir visiter le musée il y a quelques jours. Le Grand Musée du Parfum est situé au 73  rue du Faubourg Saint Honoré à Paris, face au somptueux Hotel Le Bristol.  Cet hôtel particulier de 1400 m2 est agrémenté d’un grand jardin de 1200 m2. Une serre chaude sera installée plus tard dans le jardin. Le musée entend en faire un lieu de sensibilisation au développement durable. A l’intérieur de la serre, seront présentés les programmes spécifiquement développés par les partenaires du musée pour préserver l’environnement dans le monde entier, grace à la culture de certaines plantes.

En avant première nous avons pu ainsi découvrir un lieu épuré, magnifique en commencant la visite par l’histoire du Parfum de l’Egypte ancienne au XXe siècle. Les installations nous permettent de commencer les premiers jeux olfactifs, et de sentir le kyphi, premier parfum de l’humanité, créé sous l’Egypte antique. Puis vient ensuite l’histoire de la parfumerie moderne

La visite se poursuit par une série d’expérimentations olfactives et un jardin des senteurs . On est plongé dans une immersion sensorielle pour « montrer ici le cheminement du message olfactif depuis le nez jusqu’au cerveau » a expliqué Roland Salesse, neurobiologiste de l’olfaction à l’Inra. Anne Flipo, parfumeur chez IFF, était également  présente, ainsi que d’autres célèbres créateurs parfumeurs. En discutant avec ces célèbres parfumeurs, J’ai ainsi appris que le terme « nez » lorsque l’on parle des créateurs était inapproprié et réducteur. Vulgarisé mais mal employé, lorsque l’on parle de métier, il s’agit bien de parfumeur créateur.

On y découvre une scénographie sensorielle interactive s’appuyant sur les dernières innovations technologiques en matière de médiation et de d’olfaction pour transmettre ses contenus au public. La visite culturelle du Musée est pensée pour être vivante. Tout au long, nous sommes invités à interagir avec des outils digitaux afin de déclencer certains dispositifs ou à réagir à une expérience en enregistrant ses sensations.  Plus de 70 odeurs permettent d’illustrer olfactivement les contenus. A travers les odeurs données à sentir, il s’agit de comprendre une époque, une information neuroscientifique ou encore la dimension artistique du travail d’un parfumeur sur une matière première. Les illustrations olfactives présentées ont toutes été créées ar les parfumeurs d’international Flavors & Flagrances.

Deux installations, parmi celles présentées, sont magnifiques. Le jardin des senteurs et l’Orgue au parfum.

Le jardin des senteurs est concu comme un champ de fleurs imaginaires aux corolles parfumées. La pièce est épurée, murs et plafonds blancs et parquet de couleur naturelle. Ce champ de fleurs nous invite à une promenade olfactive parmi les odeurs du quotidien. Il suffit d’approcher des corolles, de respirer leurs parfums et faire travailler notre odorat et notre mémoire olfactive. On est envahi de sensations en fermant les yeux et  en humant ces parfums. Certaines odeurs nous plongent dans nos souvenirs d’enfance. C’est incroyable de beauté et de sensations. Le jardin des senteurs a été créé spécialement pour le Musée par l’agence d’architecture Projectiles

L’Orgue au parfum est technologiquement impressionnant et visuellement magnifique. Une pièce lui est entièrement consacrée avec à ses cotés « Blossom ». « Blossom » est une installation consacrée à la rose. Un bouquet que le musée nous invite à sentir. Cinq interprétations de roses par cinq parfumeurs Blossom a été concues par une jeune designer et architecte de l’ESAG, Violette Houto.

Quant à l’Orgue de parfum,  Il s’agit d’une collection de matières premières utilisées par les créateurs parfumeurs. « Cet orgue dématérialisé traduit en lumière et en notes musicales les consignes de pesée que contient une formule. Note à note, les matières de la formule enregistrée sont données à voir et à entendre, ondes  lumineuses et accoustiques remplacant les signaux chimiques olfactives. Reprenant une métaphore musicale qui compare le travail du parfumeur à celui d’un compositeur, l’orgue aide à visualiser la pesée comme l’exécution d’une partition dont le  parfum serait la réalisation finale ».

Je vais essayer de vous le décrire mais les photos et vidéos sur le site FB de framboisemood seront plus parlantes.  Parfaitement alignées et en arrondies, sont alignées  des gouttes au bout de longues tiges. Dans ces gouttes sont présentées 25 des plus belles matières de la parfumerie. Ces gouttes renferment des sphères diffusantes . Avant de porter l’objet à son nez pour en sentir l’odeur, on pivote les boules pour sélectionner la langue. Ensuite, on la porte à l’oreille pour écouter l’histoire et la description de la plante ou du produit en question.  C’est ludique, technologiquement parfait et très beau. Une vraie découverte et rien que pour ca le Musée mérite sa visite. L’orgue au parfum a été réalisé par James bruges studio,  connu mondialement pour ses installations innovantes.

Ensuite on entre dans le « bureau du parfumeur », une pièce concue comme un boudoir avec des « commodes-coiffeuses » . Equipées d’écrans videos et d’écouteurs on prend plaisir à écouter les parfumeurs parler de leur métier ou encore entendre leur avis sur les idées recues en matière de parfums.

Au rez de chaussée, une boutique et une immense pièce accueuillant des oeuvres en dépot de 3 collections distinctes prêtées par des institutions partenaires ou des collectionneurs privés. Une centaine de flacons et d’objets liés au parfum .

Les photos et vidéos de ma visite sont sur la page FB de Framboisemood Ici 

Le Grand Musée du Parfum, 73, Rue du Faubourg Saint-Honoré (VIIIe). Ouvert du mardi au dimanche de 10h30 à 19h, nocturne à 22h le vendredi. Tarif : de 9,5 € à 33 €.

La présentation du Grand Musée du parfum et de toutes les infos sont ici


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Framboise32 28519 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine