Magazine Amérique latine

Le décès d'un grand historien : Enrique Mario Mayochi (1928-2016) [Actu]

Publié le 17 décembre 2016 par Jyj9icx6

Le décès d'un grand historien : Enrique Mario Mayochi (1928-2016) [Actu]

L'un des ouvrages préfacés par Mayochi,
présenté dans le revers de la première de couverture


Hier à l'aube, le professeur Enrique Mario Mayochi est décédé chez lui, à Buenos Aires, à l'âge de 88 ans. Cet ancien journaliste de La Nación et ancien professeur d'école normale (formation des enseignants) était devenu, il y a déjà de nombreuses années, un historien reconnu, spécialiste des débuts de l'Argentine, la Révolution de Mai 1810 et la lutte pour l'indépendance. On lui doit de nombreux articles et plusieurs ouvrages sur les événements de Mai, le Congrès de Tucumán, le journalisme à l'époque de la Gaceta de Buenos Aires et de l'Argos. Il était membre de plusieurs académies, dont celle du journalisme (Academia Nacional del Periodismo), l'Academia Sanmartiniana (Instituto Nacional Sanmartiniano) et l'Instituto Nacional Belgraniano (pour n'en citer que trois). Bien avant les gouvernements Kirchner, il avait été l'un des rares présidents civils de l'Instituto Nacional Sanmartiniano. Il avait signé plusieurs articles et monographies dans les publications de l'Instituto de Investigaciones Históricas de la Manzana de las Luces, dont le sujet l'intéressait vivement : l'ancienne maison provinciale des jésuites, abandonnée de force en 1767 à la suite de l'édit royal d'expulsion de la Compagnie de Jésus et devenue par la suite imprimerie des Enfants Trouvés (Imprenta de los Niños Expositos) puis siège de la Bibliothèque Publique fondée par Mariano Moreno pendant la Révolution de Mayo puis siège des Archives nationales encore embryonnaires avant d'accueillir le Congrès de Tucumán rapatrié à Buenos Aires, etc. On lui doit en particulier une présentation des tunnels (1) qui relient la Manzana aux grands centres décisionnels coloniaux de l'actuelle Plaza de Mayo qui s'appelait alors Plaza Mayor (le Cabildo, le Fort San Miguel, la cathédrale) qu'il a signé avec mon amie, Ana María Di Consoli, guide culturelle à la Manzana et spécialiste du patrimoine religieux de Buenos Aires. En 1960, déjà très reconnu, il siégea à la Commission pour les cent-soixante ans de la Révolution de Mai.

Le décès d'un grand historien : Enrique Mario Mayochi (1928-2016) [Actu]

Sa monographie sur le quartier de Belgrano,
qui fut un village (pueblo) à l'extérieur de Buenos Aires
baptisé du nom du général de la Révolution de Mai
Manuel Belgrano (1770-1820)


Fervent catholique, Mayochi avait présidé la Junta de Historia Eclesiástica Argentina et en dirigea la superbe revue, intitulée Archivum, succédant ainsi au prestigieux et presque légendaire historien jésuite, Guillermo Furlong, qui domine tout ce champ d'investigation en Argentine. Le Dr. Mayochi participait jusqu'à il y a encore peu de temps au jury qui récompensait les ouvrages présentés chaque année à la Feriadel Libro Católico, que dirige l'évêque de La Plata, Monseigneur Héctor Aguer. Il en était à présent membre d'honneur, à l'égal de l'archevêque de Buenos Aires, le cardinal Mario Poli !
Il vivait dans le quartier de Belgrano dont il avait écrit l'histoire de 1855 à 1998 comme membre de la Junta de Estudios Históricos locale, qu'il avait participé à fonder (chaque quartier de Buenos Aires et même chaque commune du pays, ou presque, a ainsi son cercle d'historiens, dont la rigueur méthodologique et l'ambition scientifique varient beaucoup d'un groupe à l'autre). Depuis plusieurs années, il était très malade et vivait chez lui en hospitalisation à domicile. Il y a deux ans, j'avais failli être reçue car il était toujours le grand manitou du monde sanmartinien mais au matin de l'entrevue, on m'avait appelée pour annuler le rendez-vous : il avait fait un malaise et devait recevoir son médecin. Fin du rêve de connaître une personnalité de premier plan dans la recherche historique en Argentine, l'un des rares auteurs qui cherchait à se dégager de la sempiternelle tentation de l'historiographie dès qu'on aborde le passé national en Argentine.
Le décès d'un grand historien : Enrique Mario Mayochi (1928-2016) [Actu]

Ses restes ont été veillés hier et il a été enterré dans un cimetière privé de Pilar, dans le nord de Buenos Aires, ce matin.
La Nación, dont il fut de 1960 à 1995, successivement directeur des archives, chef de rubrique pour la culture et l'éducation et sous-secrétaire de rédaction, lui rend hommage aujourd'hui, le seul quotidien à parler de sa disparition. En plus de La Nación, une agence de presse a dressé une nécrologie : l'agence confessionnelle liée à la Conférence épiscopale d'Argentine, l'AICA. C'est bien peu pour cette grande figure qui méritait plus de respect de la part des cercles culturels du pays.
D'ordinaire, dans Barrio de Tango, je ne publie par d'autres articles lorsqu'il y a une disparition. Je fais une exception aujourd'hui parce que le gros refroidissement dont j'ai souffert cette semaine m'a mise en retard sur l'actualité culturelle en Argentine et il me semble que les nouvelles de cette fin de semaine méritent vraiment de ne pas être passées sous silence.
Pour aller plus loin : lire l'article de La Nación lire la dépêche de AICA lire la notice biographique sur le site Internet de la Academia del Periodismo
(1) Une partie de ces tunnels se visite aujourd'hui. Une autre partie est inaccessible : les lignes de métro qui partent sous Plaza de Mayo ou la traversent sectionnent les tracés de ces anciennes voies souterraines.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jyj9icx6 2740 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte