Magazine Culture

Cinéma : La prunelle de mes yeux, Avt Prem

Publié le 18 décembre 2016 par Framboise32

Cinéma : La prunelle de mes yeux, Avt Prem

La prunelle de mes yeux est une comédie romantique française écrite et  réalisée par Axelle Ropert Avec Mélanie Bernier, Bastien Bouillon, Antonin Fresson, Chloé Astor , Swann Arlaud, Laurent Mothe, THierry Gibault, Camille Caillol, Serge Bozon, Jean charles Clichet, Gregoire Montana-Haroche

Synopsis  :  Une fille, un garçon. Elle aime la musique, lui aussi (mais pas la même). Ils se détestent, ils se croisent sans cesse. Et surtout : elle est aveugle, il voit parfaitement. Un jour, par provocation, il se fait passer pour aveugle auprès d’elle. Ce qui n’était qu’une mauvaise blague dure, l’amour arrive, la situation se complique, et la supercherie va devenir explosive.

Les infos

Axelle Ropert a eu l’idée de se lancer dans ce projet suite à une scène à laquelle elle assistait tous les matins devant une école de son quartier. La Prunelle de mes yeux a été produit par Les Films Pélleas en coproduction avec ARTE. Le film sort le 21 décembre 2016. IL est distribué par Diaphana Distribution.

La critique

Le film raconte la rencontre entre un homme et une femme. Tous deux sont passionnés par la musique. Ils se rencontrent dans un ascenseur. L’ascenseur, ou un gamin s’amuse à écrire des mots grossiers, est un lieu ou les protagonistes du film se croisent. Elise est aveugle, Théo ne s’en apercoit pas tout de suite et lui fait croire spontanement que lui aussi est non voyant !. La rencontre part sur ce mensonge. Et le feeling ne passe pas du tout.

Dans le film, La jeune femme n’est jamais traité comme une handicapée  jamais de pitié ou du désolement. La jeune femme mène une vie heureuse, vit avec sa soeur, et ne veut pas être percue autrement que par sa personnalité. Le jeune homme rencontré dans l’ascenser Théo,   est arrogant, et la traite comme n’importe quelle autre personne.

La réalisatrice fait de sa comédie un film tragi-comique sur la diversité. Le rythme est soutenu, surtout au niveau des dialogues. Les réparties fusent. Les relations entre les personnages  sont fondées sur l’agressivité et les vacheries. L’humour est présent mais jamais vulgaire. Et puis lorsque les personnages s’abandonnent à plus de douceur, une bouffée d’air frais arrive, une légèreté. Les morceaux de Bouzouki (joués par les deux frères) et la musique de Benjamin Esdraffo nous amènent de la bonne humeur.  C’est frais, léger sans être superficiel, loufoque . Tout ceci est sympa mais le film, même si il ressemble à une comédie romantique américaine, n’atteint jamais le niveau.

Mélanie Bernier est une fois de plus talentueuse dans ce genre de rôle. Elle peut nous émouvoir et nous faire rire. Bastien Bouillon lui donne la réplique parfaitement. Il est arrogant, méprisant et d’une décontraction agacante. Un bémol sur les personnages secondaires qui sont sans intéret dans la facon dont ils nous sont présentés (rocker désagréable,le conseiller pole emploi…).

La prunelle de mes yeux est une comédie romantique qui nous charme au fur et à mesure de son déroulement. pas inoubliable mais sympathoche. Mélanie Bernier est adorable


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Framboise32 28519 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine