Magazine Culture

Supernatural 12e saison et pas une ride

Publié le 18 décembre 2016 par Tanja @HaKo_niwA

supernatural10-01-tm

La première partie de cette 12e saison de Supernatural vient de se terminer. C’est la première fois que je suis une série comme ça. J’ai mon épisode 24 heures après la diffusion US sur Série Club. Et ça vaut le coup que les chaînes proposent ça. Je me fiche d’avoir de la VF et je suis contente d’avoir une traduction de qualité, même si ça veut dire me payer des pages de pubs. C’est un choix, mais j’aime assez la série pour le faire.

Alors et cette 12e saison alors ? Le changement de showrunner allait-il changer drastiquement le contenu ? La magie allait-elle encore opérer ?

Etant une toute jeune fan la magie opère toujours. Vous n’imaginez pas le bonheur que j’ai tous les vendredis soirs à regarder mon petit épisode. J’avais un peu peur car j’avais l’habitude de « manger » 2, 3, 4, voir 5 épisodes à la suite. Si la série est toujours intéressante, il y a tout de même quelques épisodes de remplissage sans lien avec le file rouge de la saison et j’avais peur de m’ennuyer lors de ces épisodes. Et bien pas du tout, ils ont été assez bons pour que je ne soupire pas d’impatience.

Au contraire, la chasse à Lucifer ne s’est pas révélée la partie la plus palpitante de l’histoire. Et oui elle ne peut qu’être infructueuse si on veut résoudre le problème en fin de saison. Cependant j’ai beaucoup aimé le duo Cass/Crowley.

L’humour est toujours au rendez-vous, je dois dire qu’ils ont réussi à me faire éclater de rire sur certaines répliques (Ah Dean qui a tué Hitler !). L’écriture est toujours aussi bonne, même si les enjeux sont forcément moins importants.

Le retour de la mère de nos deux héros devaient être un moment de joie partagée, mais nous sommes dans Supernatural, l’effet escompté est plus mitigé. Déjà j’ai eu une envie folle de faire des câlins à Dean, car c’est le personnage qui en souffre le plus. Il en a bavé dans les précédentes saisons, dépression, alcoolisme, enfer, possession etc. Rien ne leur sont jamais épargné à nos amis. Mais voir filer l’amour de leur mère, ça par contre c’est plus difficile à encaisser que le reste. Dur d’être un Wincherster.

Voilà, je suis prête pour ce hiatus en attendant le retour de nos deux frères adorés en 2017. Vivement la suite le 26 janvier.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Tanja 763 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine