Magazine Culture

(feuilleton) Cécile Riou, "Phrase unique", 22

Par Florence Trocmé

Lire la présentation de ce feuilleton et les épisodes déjà publiés en cliquant sur ce lien.
(…) quoique ce soit davantage une recette asiatique, dont l’instrument triturateur serait les baguettes dont on pourrait imaginer un système ingénieux à l’usage des maladroits, des ambisenestres, consistant à récupérer après démontage la partie métallique en spirale qui forme la charnière d’une pince à linge, en bois par exemple mais pas obligatoirement, puis à monter la charnière articulée formant ressort sur les baguettes afin d’en assurer la solidarité indéfectible, mais seulement pour de petites bouchées, c’est mieux que rien, on a toujours besoin d’un plus petit boucher que soi, monsieur Lebœuf par exemple, ou monsieur Poiret qui sont les Bouvard et Pécuchet de la boucherie, lesquels, dans leurs étals respectifs, en invectivant leurs apprentis comme des larbins (ce qui a pour effet de me faire fuir, comme un chat devant un violoncelle, ventre au sol et laissant là ma commande), accumulent les  (…)
(…) CHOSES QUI FONT DU BRUIT
« les miettes, en tombant, font un certain bruit »
la fonction essorage mille tours du lave-linge
les concerts dans la rue, pendant le printemps de la chanson de Bourges
les fêtes étudiantes de mes nouveaux voisins
la parution du nouveau roman de (complétez-vous même)
le pas de souris de ma fille
« la parution des Châtiments a fait l’effet d’une bombe », disait monsieur Marrotin, à l’université Blaise Pascal, et on gloussait « boum »
 (…)
(…) en espérant faire un boum aussi retentissant que celui de l’orage d’avril, qui tente la concurrence avec la batterie tchac boum du printemps de Bourges, à l’angle du Beau-Bar et de la rue Coursarlon, lequel orage bat à plate couture le pavé, la sono du Beau Bar, noie les câbles et provoque des courts-circuits, dans le néant sonore, à faire tomber de ses épaules le châle de Mallarmé, comme s’il était pris d’une de ses danses qui se pratiquent seul dans une foule de solitude, les bras en moulin et en verticalité sautante, , à l’instar des (…)
(…) CHOSES QUI FONT SURSAUTER
On vous attrape par les épaules, c’est délicieux
un son inhabituel (batterie dans votre chambre, tac tac tac dans votre voiture, trompette dans la tuyauterie de la salle de bains)
vous avez oublié d’éteindre votre portable dans une réunion très importante (vous rougissez)
la très forte température de l’huile (si vous êtes, admettons, un poivron)
vous êtes très bien caché au cours d’une partie de cache-cache, si bien qu’on vous a presque oublié, lorsque vous entendez des pas enfin, vous sursautez d’être rassuré, même si vous avez perdu
votre voisin a oublié d’éteindre son portable dans une réunion très importante (vous sursautez moins que si c’était vous)
la sonnette
le grincement de l’archet sur les cordes du violoncelle, sans la colophane (…)


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18683 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines