Magazine Culture

Mes chers combatriotes

Publié le 02 janvier 2017 par Le Journal De Personne
&Signature;&Key-Pair-Id;

 
 

Mes chers combatriotes, le pire est derrière, le meilleur à venir.
Je ne vais rien vous souhaiter mais vous prévenir qu'il ne faut pas oublier de charger notre chère batterie avec de nouveaux générateurs de Coran éclectique...
Je n'ai pas dit électrique, ni patrie, ni Patrick... ça fait Timsit et pchitt !
La batterie c'est ce qui nous reste quand il ne nous reste plus rien... il faut en prendre soin... il en va de notre destin commun.

Vous l'avez compris il ne s'agit plus du vivre-ensemble mais de survivre ensemble et sans faire semblant, musulmans ou non musulmans...
La conversion aux mêmes valeurs est désormais notre préoccupation majeure.
Nous avons appris auprès de nos plus fervents migrants qu'on ne peut s'approprier quelque chose sans prier... sans jeter un œil au ciel, sans tendre la main à Dieu. C'est le seul moyen de sauver notre batterie, de la préserver et l'empêcher de se décharger... Aïcha Merkel l'a bien compris.
Nos sbires qui aspirent tous à devenir sultan ou vizirs dans une moindre mesure ont intérêt à retenir la leçon et tenir compte de la vérité du surlendemain.
Je les entends malgré le bruit assourdissant de leurs lieutenants, se dire en tremblant :

Moi, Meriem Le Ben, je voudrais m'excuser auprès de mes combatriotes musulmans de leur faire constamment le même procès d'intention, en leur signifiant que chez nous, ce n'est pas chez eux... c'est pour une raison bêtement électorale ou électoraliste... ils le savent, tout comme je le sais que chez eux, c'est chez nous... mais il ne faut pas que ça se sache. Le courage c'est aussi de savoir être lâche.

Moi, Farid Fillon, je viens de loin, d'encore plus loin que tous mes combatriotes arabo-musulmans qui ne sont pas les bienvenus chez eux, c'est un comble. Peut-être parce que dans l'ensemble, les catholiques ignorent qu'ils sont minoritaires. Je ne vois pas aujourd'hui, je vois loin, je regarde demain et en économiste averti, je me dis que la politique doit reposer sur la démographie et non sur la démagogie. On va devoir tous serrer notre sainte ceinture... amen...ou amin.

Moi, Mawal Macron, en marche les combatriotes... ne vous en faites pas... je ne regarde pas vos yeux. Ce qui m'intéresse c'est ce que vous avez dans les poches. En marche... ça veut dire qu'on pioche ensemble sans mépris et sans reproche.
Il faut que chacun cherche à tirer de sa vie le maximum de profit sans envier autrui...
Seuls les moins civilisés parmi nous ne supportent pas les barbares... on ne peut tout de même pas leur en vouloir parce qu'ils font plus d'enfants. Signe de croissance et non de décadence. Yallah... yallah... ce qui veut dire que pour votre salut, il faut être en marche...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Le Journal De Personne 76484 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte