Magazine Culture

Luís Antonio Cajazeira Ramos – Spector

Par Stéphane Chabrières @schabrieres

Luís Antonio Cajazeira Ramos – SpectorSi tu étais toi, comment serais-tu et que ferais-tu?
Clarice Lispector

Clarice, « si j’étais moi » n’a pas de sens.
C’est comme si je pouvais être quelqu’un.
Si être moi-même je ne sais l’être, comment
être quelqu’un qui aurait été un autre que vous ?

Mieux vaut être ici l’être en soi
et ne pas être un autre au-delà de tout.
Il y a longtemps que cette vie n’est pas bonne
pour celui qui pense ou qui s’émeut.

Mieux vaut n’être ni Clarice ni moi,
Clarice, ni que ce soit moi qui vous dise
ce qu’il vaut mieux – pour vous, déjà morte

en moi ce que je voulais connaître ce
ce que je sentais, ce que je voulais pour moi
une façon, cette façon gauche de vivre.

*

Se você fosse você, como seria e o que faria?
Clarice Lispector

Clarice, “se eu fosse eu” não faz sentido.
É como se eu pudesse ser alguém.
Pois nem ser eu sei ser, quanto mais quem
houvesse além de si haver havido.

Melhor deixar aquém o ser contido
e se deixar além de todo além.
Há muito que essa vida não faz bem
a quem vive pensando ou comovido.

Melhor não ser Clarice nem ser eu,
Clarice, nem ser eu a te dizer
o que é melhor – a ti, que já morreu

em mim o que queria conhecer
o que sentia, o que queria meu
um jeito, no sem jeito de viver.

***

Luís Antonio Cajazeira Ramos (né en 1956 à Salvador de Bahia, Brésil)Seis Sonetos – Revista da Academia de Letras da Bahia (2010) – Sonnet écrit en hommage à l’écrivaine brésilienne Clarice Lispector (1920-1977)

Luís Antonio Cajazeira Ramos – Spector

Enregistrer



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Stéphane Chabrières 13365 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines