Magazine Cinéma

[critique] Machete : délire zédard assumé

Par Vance @Great_Wenceslas
[critique] Machete : délire zédard assumé

l'Avis de Sypnos

Machete est l'exemple type du cinéma bis repetita orchestré par Robert Rodriguez depuis maintenant plusieurs années. On retrouve donc un "scénario" à la structure assez proche de sa série El Mariachi à laquelle il vient ajouter un discours politique simpliste mais suffisant pour tenter de donner corps au film. Celui-ci parle donc du passage aux Etats-Unis des Clandestins Mexicains... et de leur place dans la société américaine.

Il ne faut pas pour autant s'attendre à un traitement réaliste de la chose car ici tout est amplifié dans les grandes largeurs. Les acteurs cabotinent à outrance comme
Robert DeNiro ou nous redonnent de leurs prestations habituelles comme Michelle Rodriguez ou Cheech Marin. Reste que le casting est tout de même savoureux et nous offre un héros à la mine antipathique, ex-agent du gouvernement, qui à défaut d'être très affable s'avère très efficace. Les héroïnes comme Jessica Alba ou les soeurs jumelles du réalisateur donnent quant à elles un petit côté sexy à l'ensemble.

[critique] Machete : délire zédard assumé

En dehors de cela, on retrouve le style institué dans le
Planet Terror du même réalisateur, à savoir de l'action, des explosions, des scènes au gore poussé... "Vous saviez que nos intestins mesurent 17 m. ?" ; moi non, mais preuve en est faite dans le film.


Machete est donc très fun, et s'autorise comme souvent de faire ce qu'on ne fait plus

[critique] Machete : délire zédard assumé
ou que l'on ne devrait plus faire sciemment dans un film de cinéma.

Au final, nous avons donc assisté a un gros délire zédard assumé qui malgré quelques emprunts trop appuyés aux précédents films du réalisateur s'avère fun et divertissant... et puis quelle joie de revoir
Steven Seagal ailleurs qu'en Direct to Video...

l'Avis de Broots

J'avais tellement lu et entendu de gens pressés de le voir que j'étais confiant. En plus R. Rodriguez ne pouvait pas ne pas se rattraper après un ou deux ratés (à mon sens). Ca sentait le mix de Une nuit en enfer et Desperado, deux films que j'avais appréciés.

Et puis, le casting était prometteur, entre têtes connues (
Alba, Rodriguez, De Niro, Fahey), tronches habituelles ( Trejo, Marin) et anciens revanchards ( Johnson, Seagal).

Alors pourquoi j'ai l'impression qu'on s'est foutu de ma gueule ?


Je suis resté totalement hermétique. Non, je ne me suis pas ennuyé mais j'ai alterné entre consternation et déception...

Si le réalisateur a vraiment voulu faire un clin d'œil aux mauvais films des années 80, alors c'est plutôt réussi, on dirait un très mauvais
Chuck Norris avec du gore et une bonne dose de n'importe quoi (le thermomètre ou les boyaux qui servent de corde de rappel, ça a été le pompon...).

[critique] Machete : délire zédard assumé

Mais je crains qu'il y ait eu volonté derrière tout ça de passer un message (les immigrants mexicains, faut pas leur faire de mal, ils sont gentils et servent aux USA. Oui ma phrase est simpliste mais le message l'est encore plus, alors je m'adapte). Et là, c'est un immense plantage.
Et puis, imiter le mauvais style des réalisateurs moqués (par pitié, faites que ce que je dis est vrai et qu'il ne soit pas tout simplement devenu une quiche) rend le film illisible, confus.

Et que de clichés ! Je sais, là aussi je suppose que c'est volontaire, mais à trop vouloir en rajouter dans "l'hommage", Rodriguez a oublié de faire un film devant plaire, devant accrocher.
Bref, une impression plus que mitigée pour moi.


Les connaisseurs, les adeptes des films décalés et moqués, crieront peut être au génie, moi, simple amateur de cinéma, j'ai failli décrocher.


Si on retrouve quelques moments drôles et jouissifs, la majorité du film tombe en plus dans le lourd, le grandguignolesque raté...

Certains ne vont pas manquer de me dire que je suis un vieux con qui ne comprend

[critique] Machete : délire zédard assumé
rien au second degré... OK, pour la première partie mais je manie suffisamment le second (voire 3 e) degré et l'ironie [NDLR : on peut en témoigner ! ] pour voir quand c'est raté.

Même le combat final entre
Machete et Torrez ( Seagal, qui joue comme d'habitude, donc sur-joue, donc est parfait dans son rôle) est décevant.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Vance 6006 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines