Magazine Culture

On y était : The Pirouettes + Julia Jean-Baptiste à La Maroquinerie

Publié le 07 janvier 2017 par Swann
LIVE REPORT - L'arène de La Maroquinerie affichait complet jeudi soir pour le concert du duo électro-pop The Pirouettes. Lumières fluo, chaleur moite et textes romantiques, tout était réuni pour passer une soirée de folie.

C'est la douce et pétillante Julia Jean-Baptiste qui ouvre la soirée devant une Maroquinerie pas encore comble mais pas loin. Accompagnée de ses deux acolytes aux claviers et basse, elle entame son set par la sensuelle " La P'tite Lady ". Souriante et visiblement heureuse d'ouvrir pour les " choupi Pirouettes " comme elle aimer les surnommer, Julia Jean-Baptiste réchauffe le public de sa pop sucrée et groovy. Parfois plus douce et planante comme avec " Incendie ", elle excelle à faire danser le public notamment sur " Confetti ", définitivement notre gros coup de cœur.

À LIRE AUSSI >> On y était : Julia Jean-Baptiste + Blondino + Karoline Rose + FLAWD au Point Éphémère

The Pirouettes, acclamés dès leur entrée sur scène tels des boxeurs entrant sur le ring, s'emparent de la scène de La Maroquinerie. Comme en octobre dernier La Maroquinerie fait salle comble pour le duo. Derrière leurs claviers les deux amoureux font le show. Vickie joue la beauté froide tandis que Léo sautille et s'échauffe. Leurs voix ne semblent faire qu'une, bien que les timbres soient si différents et que les harmonies élégantes s'entrecroisent à l'envi.
The Pirouettes ne sont pas venus seuls. On reconnaît à la basse Jules de Las Aves , et c'est Lewis qui prend les rênes de la batterie. D'ailleurs le batteur se fait remarquer, inondant son large t-shirt blanc de sang. Quelques titres en acoustique, " Autoroute/Opéra " et " Oublie-Moi ", et des mouchoirs dans le nez, le set reprend, toujours plus dynamique.

À LIRE AUSSI >> Bling-bling et cash à gogo dans " Jouer le jeu " de The Pirouettes (clip du jour)

Le groupe est accompagné de quatre grands pans d'écrans installés sur le fond de la scène. On y voit des forêts d'arbres verts, des cocotiers noirs et blancs, un ciel sombre piqué de petites étoiles, etc. Un vrai son et lumière captivant. Les rythmiques dansantes et les lumières festives ont raison du public qui ne cache pas son excitation. Lorsque le groupe lance les premières mesures de " L'escalier ", la salle s'empresse de pousser de la voix. The Pirouettes profitent de la soirée pour jouer pour la première fois sur scène " Au Bord de l'eau ", l'un de nos titres favoris de l'album Kidderminster Records), et alternent avec des titres plus anciens qui ont déjà à maintes reprises fait leurs preuves : " Un mec en or ", " Chanter sous les cocotiers ", etc. Ils reviennent sur scène pour un premier rappel " Jouer le Jeu " et " Signaux ". Puis vivement réclamé par la salle entière, ils reviennent une seconde fois pour " 2016 (en ce temps-là) ". Carrément, Carrément (septembre 2016,

Qui de mieux que les Pirouettes pour résumer la musique des Pirouettes ?

Et tout le monde lève la main à l'arrivée du refrain
C'est cool c'est dansant t'as vu comme on est bien

Photos : Jeanne Cochin


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Swann 74925 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte