Magazine Culture

Article 353 du code pénal de Tanguy Viel

Publié le 14 janvier 2017 par Fromtheavenue
Article 353 du code pénal - Tanguy Viel - Editions de Minuit - sortie le 03 janvier 2017.
Pour avoir jeté à la mer le promoteur immobilier Antoine Lazenec, Martial Kermeur vient d'être arrêté par la police. Au juge devant lequel il a été déféré, il retrace le cours des événements qui l'ont mené là : son divorce, la garde de son fils Erwan, son licenciement et puis surtout, les miroitants projets de Lazenec. Il faut dire que la tentation est grande d'investir toute sa prime de licenciement dans un bel appartement avec vue sur la mer. Encore faut-il qu'il soit construit. (résumé éditeur)
Tanguy Viel est un des rares écrivains dont j'achète les livres à leur sortie les yeux fermés. Une fois de plus, j'ai été saisi par son écriture qui lui est si propre. Tanguy Viel écrit comme un long travelling de cinéma. Une écriture fluide, travaillée...le plaisir et l'amour des mots avec lesquels il joue.
De belles images, des métaphores qui naissent dans la bouche du narrateur au fur et à mesure qu'il raconte son histoire au juge. Ses pensées se déroulent comme une évidence, couchées sur papier. Ce monsieur "tout le monde" que le lecteur a sous les yeux et qu'il voit tomber dans le piège. Les paroles, les phrases font mouches, sont d'une justesse implacable, d'un ironie mordante. Chaque mot est pesé, à sa place, à la virgule près.
Du grand art.
Tanguy Viel reprend les codes du polar pour débuter son intrigue et nous tient en haleine jusqu'à la fin. Une histoire qui monte en crescendo jusqu'à un bouquet final inattendu qui vous fait dire que l'auteur maîtrise absolument tout et qu'une fois de plus, il nous a bien eu.
Brillant.
Un passage du roman sur les liens entre le narrateur et son fils; qui m'a ému :
Maintenant je sais, monsieur de juge, je sais comment on transmet tant de mauvaises choses à un fils, si sous l'absence des phrases il y a toujours tant d'air chargé qui va de l'un vers l'autre, selon cette porosité des choses qui circulent dans une cuisine le soir quand on dîne l'un en face de l'autre, et que peut-être, dans la trame des jours qui s’enchaînent, tous ces repas où il m'a raconté sa journée de collège et le métier qu'il voudrait faire plus tard, tous ces soirs où je ne l'écoutais pas vraiment, cela, croyez-moi, ça travaille comme une nappe phréatique qui hésiterait à trouver sa résurgence. Et vous, père en forme de rocher absent, ce n'est pas la peine d'essayer de mentir, ce n'est pas la peine de dire "si, bien sûr, je t'écoute" parce qu'il sait, n'importe quel enfant sait parfaitement si on n'écoute pas, si on refait à l'infini je ne sais pas quelle boucle dans son esprit, comme une vitre devant les yeux, qui vous sépare du monde et alors, à mesure que votre pensée a l'air de vous emmurer, votre enfant, vous ne le savez pas encore, vous l'abandonnez sur place. (pages 92 et 93).
Article 353 du code pénal - Tanguy Viel - Editions de Minuit - sortie le 03 janvier 2017.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Fromtheavenue 2607 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine