Magazine Culture

La porte du ciel de Dominique Fortier

Par Hamisoitil @lecturedehamik
La porte du ciel de Dominique FortierQUATRIÈME DE COUVERTURE :

Au cœur de la Louisiane et de ses plantations de coton, deux fillettes grandissent ensemble. Tout les oppose. Eleanor est blanche, fille de médecin ; Eve est mulâtre, fille d'esclave. Elles sont l'ombre l'une de l'autre, soumises à un destin qu'aucune des deux n'a choisi. Dans leur vie, il y aura des murmures, des désirs interdits, des chemins de traverse. Tout près, surtout, il y aura la clameur d'une guerre où des hommes affrontent leurs frères sous deux bannières étoilées. 
Plus loin, dans l'Alabama, des femmes passent leur vie à coudre. Elles assemblent des bouts de tissu, Pénélopes modernes qui attendent le retour des maris, des pères, des fils partis combattre. Leurs courtepointes sont à l'image des Etats-Unis : un ensemble de morceaux tenus par un fil – celui de la couture, celui de l'écriture. 
Entre rêve et histoire, Dominique Fortier dépeint une Amérique de légende qui se déchire pour mieux s'inventer et pose avec force la question de la liberté. 
  • Broché: 256 pages
  • Editeur : Les escales éditions
  • Date de sortie : 5 janvier 2017
  • Prix : 19.90 € (papier) 12.99 € (ebook)
  • *SERVICE DE PRESSE


MON AVIS :
En Louisiane, au coeur des plantations de coton, un peu avant la guerre de sécession, et même pendant,  où les noirs n'étaient pas libres et travaillaient comme des acharnés, sous l'oeil avisé du contremaître,  le docteur Mc Coy, accompagné de sa fille, Eleanor, remarque Eva, une petite mulâtresse que l'on nomme aujourd'hui, métisse. Il décide de repartir avec elle ; et,  c'est ainsi que les deux fillettes  vont grandir ensemble, partageant la même chambre, presque comme deux soeurs, jusqu'à l'age adulte ; l'age où Eleanor prendra son envol pour vivre avec son époux et sa belle-mère.
Parallèlement, en Alabama,  nous avons Jena,   une esclave qui pleure  ses enfants vendus. Où sont-ils ? Que deviennent-ils ? Sont-ils toujours vivants ?C'est autour de ces deux histoires, voire, trois (l'auteure nous propulse, un bref instant, dans une autre époque, la nôtre, avec un prisonnier noir), que Dominique Fortier greffe   des faits historiques de cette époque ségrégationniste mais sans trop s'attarder dessus, comme les prémices du ku klux klan, en 1865, l’émancipation des noirs, l'abolition de l'esclavage  et cette guerre, où les noirs affranchis et esclaves étaient envoyés sur le terrain pour protéger les soldats blancs. L'une des plus meurtrières.
Dans l'ensemble,  la lecture a été agréable mais mon avis en ressort mitigé. J'ai trouvé l'histoire assez plate, presque sans saveur,  et par moments, très longue, malgré une plume remarquablement belle. L'auteure  fait le choix de ne pas approfondir certains faits, et de ne surtout pas approfondir le lien qui unit Eva et Eleanor même adultes. On  survole, frôle du bout des doigts et pendant toute ma lecture, je me suis demandé où Dominique Fortier voulait m'emmener. J'étais en attente de quelque chose, d'un passage qui  me  prend aux tripes, qui me donne envie d'avancer sans m’arrêter.  Ce moment là est arrivé  seulement vers la fin du livre à la venue du beau-frère. Bien dommage !  Moi qui adore lire et recherche encore et encore des romans sur la guerre de sécession, sur la ségrégation... je suis  complètement restée sur ma faim.
Alors oui, je ressors de là mitigée parce que l'auteure n'a pas réussi pleinement à me toucher avec ce roman, néanmoins,  certains passages restent touchants et convaincants. 
La porte du ciel de Dominique Fortier
MA NOTE :La porte du ciel de Dominique Fortier

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Hamisoitil 4100 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines