Magazine Culture

Et si TRUMP était le diable ?

Publié le 17 janvier 2017 par Le Journal De Personne
&Signature;&Key-Pair-Id;

 
 

Les dissidents, les résistants, les mécontents seraient contents de le voir enfin à l'œuvre, de le savoir à la manœuvre, quitte à devoir avaler ses couleuvres.
Ce n'est pas le Dieu qui brille par son absence, mais le Diable qui brille par sa présence.
On n'a pas besoin de croire pour le croire, ni de le comprendre pour en dépendre, avec ses tours de manivelle, il a conquis les plus rebelles tout autant à l'obscurité qu'à la lumière, avec ses diaboliques décibels.
Sans rien de lyrique, le diable fait entendre une toute autre musique.
Une autre peinture où le plus clair est en même temps le plus obscur.
Une autre architecture où le sommet se moque de la base.
Une autre politique où l'on ne dit pas le bien qu'on ne va pas faire, mais le mal qu'on va faire.
La vérité, rien que la vérité, mais toute la vérité qui sait que le réel est cruel.
Pas de réalité sans cruauté.
Que l'on soit sensé ou insensé, on ne peut nier, ni renier plus longtemps cette évidence biblique : aide-toi et le ciel t'aidera.
Le paradis, c'est toi. L'enfer, c'est les autres...
Institue-toi toi-même parce que personne ne peut se substituer à toi.
Tu es unique et l'unique est ta propriété.
Retour à soi, parce qu'il n'y a pas d'autre soi que soi-même.
On sait enfin, grâce à TRUMP, ce qu'il y a de plus diabolique dans le diable : la divinisation du moi. La suprématie de l'ego.
Toutes les morales prennent l'eau, quand ce n'est pas moi qui donne l'info.
Le Moi n'est pas un état mais une prise de conscience, un acte, une activité, que dis-je ? Une entreprise
Le moi est une entreprise qui veut avoir la main mise sur les autres entreprises, sur toute autre occurrence, sur toute concurrence.
C'est une forteresse qui se fortifie en te fortifiant, qui se protège pour te protéger...
Et qui n'observe pas d'autre loi que celle qu'elle s'est forgée.
C'est une construction de longue haleine, qui choisit ses gênes et se débarrasse de tout ce qui la gêne.
Parce qu'elle ne peut résister à l'ennemi que si elle est homogène.
Le droit d'entrée est prohibitif, les places sont chères et la maison ne fait plus crédit.
Elle ne s'offre qu'aux plus offrants, elle ne négocie qu'avec les plus puissants et ne se laisse plus bercer par les vieilles illusions.

Exit : les bons sentiments et les grands tourments.
Il n'y a qu'un genre : l'argent.
Et quelle que soit votre espèce, vous devez régler en espèces.
Rien n'est dû au groupe mais tout à l'individu qui n'a pas d'autre issue que de réussir sa vie : mordre pour ne pas être mordu... tordre, s'il ne veut pas être tordu... tondre au lieu d'être tondu...

C'est ainsi que TRUMP l'a voulu :

- il va gérer son pays comme une entreprise qui ne peut se réaliser sans dévaliser ses semblables, c'est basique.

- il va garantir une activité et une prospérité aux siens, pour que les siens le lui rendent bien, c'est arithmétique.

- il va élever un mur entre lui et les intrus. Ce sera la gagne ou le bagne. C'est géométrique.

- il va refuser l'accès de son pays à tous les musulmans en attendant de les voir changer de régiment. C'est fatidique.

- il va nouer des liens d'amitié avec son ennemi juré pour éprouver toute sa grandeur, c'est homérique.

- il va transformer le verbe en proverbe : qu'on n'est mieux servi que par soi-même et pour soi-même. C'est l'Amérique.

- enfin pour nous débarrasser de toute Foi, il prononce le 11ème commandement qui dispense des dix autres :
CHACUN POUR SOI... ET DIEU POUR PERSONNE... ça c'est diabolique !


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Le Journal De Personne 76484 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte