Magazine Autres musiques

Un récital de Sarah Halmarson au Café d’art vocal, Parlons Opéra ! et des Dialogues des Carmélites avec Pierre Vachon et un concert causerie sur « Les femmes et l’opéra »

Publié le 21 janvier 2017 par Turp

21 janvier 2017
(No 2017-03)

Sarah HalmarsonSarah Hamarson

Dans le cadre de la série « Les découvertes du Café d’art vocal », la Société d’art vocal de Montréal présente un récital de Sarah Halmarson. Accompagnée par le pianiste Pierre MacLean, l soprano interprétera des mélodies, lieder et songs d’Edvard Grieg (Gruss Dereinst, Gedanke mein Ein traum), d’Henri Duparc (Chanson triste), Gabriel Fauré (Clair de lune), Claude Debussy (Clair de lune, Pierrot), Benjamin Britten (The Last Rose of Summer), Richard Strauss (Ich trage meine minne, Morgen, Allerseelen, Ich schwebe) et Douglas Moore (Willow Song tiré de The Ballad of Baby Doe).

Diplômée de l’Université du Manitoba, Sarah Halmarson s’est également perfectionnée à l’Université de Toronto et lors de plusieurs stages au Banff Centre (Opera as Theatre Program), au Centre d’Arts Orford et à l’Institut canadien d’art vocal (ICAV). Elle a chanté le co-rôle titre dans l’opéra Roméo et Juliette de Charles Gounod dans le cadre d’une tournée pour les Jeunesses musicales du Canada.

Pour plus de renseignement sur cet événement, vous pouvez cliquer ici.

Parlons Opéra – Let’s Talk Opera ! avec Pierre Vachon

Animée par le musicologue et médiateur musical d’exception qu’est Pierre Vachon,  Parlons Opéra!, la nouvelle série d’initiation aux œuvres présentées à l’Opéra de Montréal inaugurée durant l’automne 2016 reprend aujourd’hui. Pierre Vachon introduira aux lyricomanes les Dialogues des Carmélites de Francis Poulenc dont la première aura lieu le samedi 28 janvier 2017. Durant 90 minutes (incluant une pause-café!), celui-ci s’intéressera à l’histoire et au contexte culturel dans lequel l’œuvre a été créée, à son compositeur, son style, la musique et les voix. Cet événement aura lieu à la salle de concert du Conservatoire de musique de Montréal située au 4750, avenue Henri-Julien le samedi 21 janvier 2017 de 11 h à 12 h 30. Et le lendemain, Pierre Vachon offrira une nouvelle prestation de cet événement dans la langue de Shakespeare (ou devrait-on plutôt dire de Purcell ou Britten !) Let’s Talk Opera ! au Victoria Hall Community Centre situé au 4626, rue Sherbrooke Ouest à Westmount le dimanche 22 janvier 2017 de 10 h 30 à 12 h. L’entrée à l’un et l’autre de ces événements est gratuite et vous pouvez réserver votre place ici (pour la séance du 21 janvier en langue française) et ici (pour la séance du 22 janvier en langue anglaise).

Pour vous préparer à la production des Dialogues des Carmélites, je vous invite par ailleurs à lire l’article que lui consacre le critique musical Christophe Huss dans l’édition d’aujourd’hui du journal Le Devoir sous le titre « L’opéra coup-de-poing de Poulenc ».

OdM- Dialogues des Carmélites- Affiche

La projection de Roméo et Juliette de Gounod dans le cadre de la série Met en direct et haute définition

Pour sa cinquième projection de sa saison 2916-2017, la série Met en direct et haute définition présente une nouvelle production de l’opéra Roméo et Juliette de Charles Gounod. La distribution comprend Diana Damrau, soprano (Juliette), Virginie Verrez, mezzo-soprano (Stéphano),Vittorio Grigolo, ténor (Roméo), Elliot Madore, baryton (Mercutio) et Mikhail Petrenko, basse (Frère Laurent). La mise en scène est de Bartlett Sher. Le Choeur et l’Orchestre du Metropolitan Opera sous la direction de Gianandrea Noseda.

Pour des renseignements détaillés sur cette production et visionner quatre extraits vidéos et une entrevue avec le metteur en scène, vous pouvez cliquer ici. Je vous invite également à lire deux articles publiés dans le New York Times des 22 et 29 décembre 2016 sous la plume de Zachary Woolfe et intitulés « Romeo and Juliet, Flushed and Feverish at the Met Opera » et « A New Take on Romeo and Juliet’s Ball, Balcony, Bed and Tomb ». Et, si vous le souhaitez, que ce soit avant ou après la projection, vous pourriez également lire sous la signature du critique musical Anthony Tomassini dans l’édition du 1er janvier 2017 même journal, le texte intitulé « Diana Damrau and Vittorio Grigolo Sizzle in ‘Roméo et Juliette’ at the Met ».

Un concert causerie sur « Les femmes et l’opéra »

Organisée en collaboration avec l’Opéra de Montréal, la série Place à l’art vocal de la Grande bibliothèque présente un concert-causerie sur « Les femmes et l’opéra » le mercredi 25 janvier 2017. Les responsables de l’événement présentent celui-ci en ces termes et questions : « Comme  Au XVIIe siècle, à l’opéra, les femmes étaient déesses ou épouses de roi, souvent un faire-valoir, et elles occupaient peu de place sur scène à cause d’un interdit papal. Au XVIIIe, les femmes de caractère et des meneuses de jeu apparaissent, et Mozart leur donne une réelle indépendance. Au XIXe, elles sont consacrées divas et au XXe, elles sont multiples… Qui sont-elles donc, ces femmes à l’opéra? ».

Animée par Sylvia L’Écuyer d’ICI Musique, ce concert causerie mettra en présence Chantal Lambert, soprano et directrice de l’Atelier lyrique de l’Opéra de Montréal et la psychanalyste Danielle Ros. Quatre résidentes et anciennes résidentes de l’Atelier lyrique de l’Opéra  de Montréal,  les chanteuses Caroline Bleau, Chelsea Rus, Myriam Leblanc et Katie Miller y prendront également part et seront accompagnées par la pianiste Carol-Ann Fraser.

Les femmes et l'opéra

Cette activité se déroulera de 19 h à 20 h 15 à l’Auditorium de la Grande bibliothèque située au 475, boulevard de Maisonneuve Est à Montréal. L’entrée est gratuite. Pour vous assurer d’avoir une place, il est fortement recommandé de vous procurer un billet. Cette activité ayant lieu dans un auditorium, des frais de billetterie de 5 $ par billet (taxes incluses) s’appliquent. Avec un billet, une place vous est réservée jusqu’à l’heure du début de l’activité. Après ce délai, l’entrée en salle se fera sur la base du premier arrivé, premier servi, avec ou sans billet. Pour réserver votre place, vous pouvez cliquer ici.

Un extrait de Yo soy la desintegraciòn par Chants libres

Vingt ans après sa création en 1997 et en prévision de sa présentation en mai 2017 prochain, la compagnie lyrique de création Chants Libres présentera au public un extrait de l’opéra le dimanche 22 janvier 2017 à l’occasion des portes ouvertes du groupe Le Vivier, Carrefour des musiques nouvelles. Yo soy la desintegraciòn est un opéra performance pour soprano et bande électroacoustique du compositeur Jean Piché et du librettiste Yan Muckle. Cette œuvre puissante et évocatrice, inspirée du journal intime de l’artiste iconique Frida Kahlo, nous entraîne dans le monde intime d’une jeune peintre qui répond aux blessures d’un lourd destin avec ténacité, courage et passion. Pour visionner un extrait de la création de 1997, vous pouvez cliquer ici.

Yo soy
Pauline Vaillancourt
Yo Soy la desintegraciòn de Jean Piché et Yan Muckle
Chants libres, 1997

Conçu et mis en scène par Pauline Vaillancourt, dans une scénographie de l’artiste visuelle Anita Pantin et des éclairages de Nancy Bussières, l’opéra sera interprété en 2017 par la jeune soprano Stéphanie Lessard les 5, 6 et 7 mai à Montréal à la Cinquième Salle de la Place des Arts de Montréal.

 Le Gésu, situé au 1200, rue de Bleury à Montréal, accueillera cet évènement et celui-ci débutera à 13 h 15. L’entrée est gratuite.

Un trio d’artistes du Québec à l’Opéra national de Paris, Marie-Nicole Lemieux dans la Ville-Lumière aussi et Florie Valiquette à Zurich

La soprano Florie Valiquette chantera quant elle le rôle de Nérine dans Médée de Marc-Antoine Charpentier à l’Opéra de Zurich le 22, 26, et 28 janvier et les 5, 8, 12 et 18 février 2017. Du 23 janvier au 19 février 2017, un trio d’artistes lyriques du Québec sera au Palais-Garnier pour la production de Così fan tutte de Wolfgang Amadeus Mozart par l’Opéra national de Paris. La mezzo-soprano Michèle Losier tiendra le rôle de Dorabella, le ténor Frédéric Antoun celui de Ferrando et le baryton-basse Philippe Sly incarnera le personnage de Guglielmo. Après une première représentation à l’Opéra Royal de Versailles la semaine dernière, notre contralto nationale Marie-Nicole Lemieux interprétera  à nouveau le rôle de Bertarido dans Rodelinda de Georg Friedrich Hændel le 23 janvier 2017 au Théâtre des Champs-Élysées à Paris. Sa prestation à Versailles lui a valu des éloges, comme en fait cet extrait de la critique publiée sur le site Olyryx-Tout l’opéra est là par Damien Dutilleul sous le titre « Rodelinda à Versailles : une pomme d’amour et d’or » : « Marie-Nicole Lemieux n’est pas en reste. Dans le rôle de Bertarido, le mari de Rodelinda, elle déploie un chant habité, mettant à contribution chaque muscle de son visage, chantant parfois les dents serrées, exprimant tantôt la colère, la haine ou la joie (elle exécute alors une véritable danse malicieuse, plissant un œil, réjouissant le public). Émettant de riches graves depuis le fond de sa gorge pour en accroître l’intensité, enchaînant des phrases en legato avec des notes piquées, elle signifie ainsi les revirements d’humeur de son personnage, de l’espoir au désir de vengeance. Lorsqu’elle étale la puissance de ses aigus, elle obtient un long ban d’applaudissements chaleureux du public ». Et dans le site Forum Opéra et un texte intitulé « En avoir ou pas », le critique Laurent Bury n’est pas moins enthousiaste : « Pour tenir un rôle écrit pour un castrat, il faut des… tripes. Ces dernières années, on a souvent eu recours à des contre-ténors pour succéder à Senesino, mais c’est un régal que de retrouver enfin une mezzo. Et pas n’importe laquelle. On pouvait craindre que la fréquentation assidue du répertoire verdien ne fatigue ou n’alourdisse l’organe de Marie-Nicole Lemieux : rien de tel, heureusement, et la Québécoise n’a rien perdu de l’abattage qui était le sien lorsqu’on la découvrit dans Orlando furioso. Fermeté d’accents, rugissement de douleur, poitrinage du grave : rarement Pertharite, roi des Lombards, aura étalé une virilité aussi conquérante, qui arrache le personnage à toute passivité gémissante. Quand il faut passer à la virtuosité, c’est tout le corps de Marie-Nicole Lemieux qui entre en vibration, avec un résultat visuellement saisissant. Et quand la chanteuse se lâche sur le son, elle remplit d’un seul coup tout le volume de l’Opéra royal de Versailles ». Et le critique termine son texte, en annonçant qu’une autre artiste lyrique du Québec, et non la moindre, sera de la distribution de Rodelinda au Théâtre des Champs-Élysées pour remplacer Inga Kalna dans le rôle-titre  et pose la question suivante : « Maintenant, quel miracle opérera l’alchimie prévisible entre Marie-Nicole Lemieux et sa compatriote Karina Gauvin ? ».

oiseau-lyre-petit

À l’émission Place à l’opéra, Sylvia L’Écuyer retransmettra en direct du Roméo Juliette de New York en ce samedi 21 janvier 2017 La bohème de Giacomo Puccini Verdi. Pour des renseignements sur cette production qui sera également projetée dans le cadre de la série Met en direct et haute défintion, voir ci-haut. À l’entracte, l’animatrice s’entretiendra avec le baryton Elliot Madore qui interprète le rôle de Mercutio. Après l’opéra, elle proposera une entrevue avec le chef Jean-François Rivest qui dirigera la production de Dialogues des Carmélites de Francis Poulenc par l’Opéra de Montréal qui prendra l’affiche le samedi 28 janvier 2017. Dans le cadre de ses Actualités, Sylvia L’Écuyer échanger avec le baryton-basse Philippe Sly qui est à Paris pour y chanter Guglielmo dans Cosi Fan Tutte. Il est proposé aux auditeurs et auditrices de participer ici à un jeu-questionnaire sur leurs connaissances de l’oeuvre au programme aujourd’hui. Pour plus de renseignements sur l‘émission, vous pouvez cliquer ici. Je vous rappelle que l’émission n’est diffusée que sur l’internet (www.ici-musique.ca) le samedi de 13 h à 17 h. Elle sera rediffusée sur les ondes d’ICI Musique le dimanche 22 janvier 2017 de 19 h à 23 h.

Dans le cadre de son émission La semaine lyrique, Justin Bernard proposera le dimanche 22 janvier 2017 l’écoute des plus belles pages du répertoire classique. Je vous rappelle que vous pouvez syntoniser l’émission « en ondes radio » de 13 h à 15 h à Montréal (91,3 FM), Rimouski (104,1 FM), Sherbrooke (100,3 FM), Trois-Rivières (89,9 FM) et Victoriaville (89,3 FM). Elle peut être également écoutée en direct sur le site électronique de Radio VM à l’adresse http://www.radiovm.com.

Le Café d’art vocal reprend ses projections en 21 janvier 2017 et présentera l’Il Trovatore de Giuseppe Verdi. dans une prduction du Metropolitan Opera de New York de 2011. La distribution comprend Marcelo Alvarez, Sondra Radvanovsky, Dmitri Hvorostovsky et Dolora Zajick La direction musicale est de Marco Armilliato et la mise en scène de David McVicar. Une reprise de la projection est prévue pour le jeudi  26 janvier à 18 h 30.

Dans le cadre des Matinées d’Opéramania du campus de Longueuil de l’Université de Montréal, Michel Veilleux présentera le mardi 24 janvier 2017 l’opéra Aureliano in Palmira de Giacchino Rossini dans une production du Festival d’opéra Rossini de 2014. La distribution comprend Michael Spyres, Jessica Pratt, Lena Belkina, Raffaella Lupinacci et Dimitri Pkhaladze. La mise en scène de Mario Martone et la direction musicale de Will Crutchfield. Cette projection se déroulera au 101, Place Charles-Lemoyne, local 209, à Longueuil. S’agissant des Soirées d’Opéramania du campus de la montagne de l’Université de Montréal, la Soirée spéciale Robert Carsen qui devait avoir lieu le vendredi 27 janvier 2017 a été annulée.

*****

Je vous souhaite une agréable semaine lyrique !


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Turp 238 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte