Magazine Culture

#CoulissesDuBlog 4 : Facebook et le biais cognitif

Publié le 23 janvier 2017 par Aude @bizzetmiel
Tweet

Voilà 12 ans déjà qu’a été ce réseau social aujourd’hui très largement répandu. Au départ un simple moyen de garder contact avec ses amis (ou espionner la vie de ces lointaines connaissances pour la comparer à la nôtre, selon les usages de chacun), Facebook est devenu un outil indispensable dans bien des domaines, quasiment incontournable pour se faire connaître.
Bizzetmiel.com a bien évidemment sa page Facebook. Mais à quoi sert-elle au juste ?
Voici le bilan de mon utilisation de Facebook

La page Facebook Bizz & Miel : les faits

Avant toute chose, je vous invite à aller visiter la dites page, en cliquant ici, voire à vous y abonner. Comme ça c’est fait

😉

Elle existe depuis l’été 2016, donc assez récemment par rapport à un blog ouvert en janvier 2010 (voir le bilan du blog) et compte à ce jour 45 abonnés. C’est peu.
Il faut dire que je l’ai assez peu promue, tout comme le blog d’ailleurs. En effet la concurrence est rude, car il existe foison de blog littéraires. J’ai notamment constaté que les groupe Facebook sur la lecture consistaient plus souvent à un post effréné de liens sans valeur ajoutée, chacun essayant de se faire connaître, plutôt que de réels échanges comme on peut le voir pour d’autre sujets. Dommage.
Mais peut-être ne suis-je pas allée au bon endroit. Si vous avez des conseils, je suis preneuse.

La page Facebook Bizz & Miel : le contenu

Mon interface, WordPress, s’occupe toute seule de poster sur la page chacun des articles publiés sur le blog. Cela fait donc 2 ou 3 publications par semaine automatiquement. A cela je rajoute parfois le partage d’un lien particulièrement intéressant sur lequel je suis tombée.
J’avais fait le test, durant un moins, de partager quotidiennement une citation qui m’avait particulièrement plu, en y associant une image. Je me demandais si en postant plus souvent, j’avais plus de chance d’être mise en avant dans les fils de mise en ligne. Je n’ai en tout cas pas constaté de mouvement particulier dans le trafic à ce moment.

Voici quelques exemples de ces images (à cliquer pour voir les articles associés et découvrir certains de mes auteur préférés) :

#CoulissesDuBlog 4 : Facebook et le biais cognitif
#CoulissesDuBlog 4 : Facebook et le biais cognitif
#CoulissesDuBlog 4 : Facebook et le biais cognitif
#CoulissesDuBlog 4 : Facebook et le biais cognitif

Le fonctionnement de Facebook : le biais cognitif

Je n’ai bien sûr pas la clé secrète de l’algorithme qui régente Facebook et la manière dont sont choisis les publications mise en avant dans l’actualité de chacun. Cependant, pas besoin d’avoir fait des études poussées pour réaliser que plus on est intéressé par un sujet, un groupe ou une personne (c’est-à-dire qu’on est allé cliquer dessus), plus le site nous les met en avant. Autrement dit, nous sommes renforcés dans nos propres « convictions ».
Dans mon cas, je suis plusieurs groupes zéro déchet/végétarisme/écolo, qui me donnent des idées pour alimenter mon second blog ecologie-citadine.com. Résultat au bout de quelques mois, je pourrais maintenant avoir l’impression que ces sujets sont omniprésents, qu’ils concernent tout le monde, parce que je ne vois quasiment plus que ça sur mon fil.
Alors que dans la réalité, bien des notions qui me paraissent « basiques et évidentes », n’ont juste jamais été évoquées pour la plupart des gens de mon entourage. Idem pour la lecture, quand je vois certains livres « partout », dont « tous » les blogs littéraires parlent, alors que peu de mes amis en ont entendu parler.
En cela, Facebook exploite une faille de notre cerveau : le biais cognitif. En effet, il semble que notamment pour faciliter le traitement de l’information, notre esprit favorise les « raccourcis » et cherche à avoir raison, triant inconsciemment les données pour sélectionner en priorité celles qui renforcent ce que l’on sait déjà (ou ce que l’on pense savoir tout du moins). C’est en parti pour cela qu’il peut être difficile de changer d’avis et de rester ouvert d’esprit. Et Facebook nous enferme carrément dans nos convictions.
Bref, pour que Bizz & Miel soit plus visible, il faudrait déjà qu’il soit déjà beaucoup regardé. Pas impossible, mais complexe.

Le cas ecologie-citadine.com

Dans le cas de ce second blog, dont vous pouvez également voir la page en cliquant ici, la page a été créée presque tout de suite. Cela fait environ 3 mois que je l’alimente activement, avec également publication automatique des articles (une fois par semaine en moyenne), mais j’ai déjà 87 abonnés. Cela reste une petite communauté, mais la croissance est bien plus rapide.
Je pense que cette différence s’explique en en partie parce que mon intention initiale pour Bizz & Miel était plus égoïste, faire des « fiches de lectures » pour avoir une trace et réfléchir à ce que je vois/je lis. Pour Ecologie Citadine, j’ai vraiment plus à cœur de partager mon expérience, en espérant inspirer d’autres personnes. Les articles sont orientés plus « pratiques ».
Et bien sûr, une autre explication est que je suis beaucoup plus active dans les pages de sujets associés à l’écologie, que je trouve beaucoup plus riches en échanges et en bonnes pratiques comme je le disais plus haut. Mais c’est peut-être juste ma conviction initiale que Facebook prend plaisir à renforcer !

A vous la parole

Et vous, à quoi ressemble votre fil d’actualité Facebook ?
Est-ce que vous voyez parfois les articles Bizz & Miel y apparaître ?

Lire les autres billets du challenge #CoulissesDuBlog en cliquant sur la bannière :

#CoulissesDuBlog 4 : Facebook et le biais cognitif

Vous pouvez retrouver toutes les participations à cet événement ici.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Aude 80 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine