Magazine Culture

Rogue One, un spin-off de Star-Wars qui me laissait froid, mais qui m’a converti à la Force !

Publié le 05 février 2017 par Desmondagreen @DesmondGreen6

Nouvel article cinéma avec un film (pour une fois lol) assez actuel, Star-Wars : Rogue One !
La franchise Star-Wars est devenue un peu comme le rendez-vous de l'année. En décembre dernier c'était Star-Wars 7 (j'avais aimé mais sans plus), et cette année petit nouveauté avec le principe des Spin-Off qui débute avec Rogue One !

Un peu d'images de cet épisode à part de la saga.

Rogue One est un épisode intermédiaire qui nous raconte une partie de la saga de Star-Wars dont nous entendions vaguement parler dans l'épisode IV, à savoir, l'aventure des espions de la rébellion qui sont parvenus à mettre la main sur les plans de l'Etoile Noire ! Nous suivons Jyn Erso, la fille du concepteur de l'Etoile Noir, ainsi qu'une équipe de rebelles, qui partent à la recherche des plans de la super arme de l'Empire.

Un pitch simple, auquel - je suis franc - je ne croyais pas plus que cela. Je n'aime pas trop quand les studios veulent développer le plus possible une franchise car généralement on finit avec des horreurs sans noms qui gâchent l'ensemble de la saga.
Mais comme vous pouvez le voir, sachant que j'ai écrit cet article, je me suis laissé tenter car j'étais suffisamment intrigué par le projet 😉

Dirigé par Gareth Edwards (notamment connu pour Godzilla), cet épisode, Stand-Alone comme ils disent, est un peu comme une introduction aux évènements de l'épisode IV Un Nouvel Espoir. Mais vraiment directement, car la fin de Rogue One est tout de suite connecté au début de l'épisode IV. Malin, ça aurait pu être un bon coup pour qu'ils se cassent les dents, mais je trouve le pari réussi - même si l'on sait déjà quel sera le destin des héros de ce Rogue One.
On découvre vite fait le passé de la famille Erso. Le père Galen ( Mads Mikkelsen), inventeur de l'étoile noire, est retrouvé par l'Empire et forcé à finir ses travaux pour rendre cet engin de mort opérationnel. Sa fille, Jyn ( Felicity Jone), s'enfuit et est récupérée par Sam Gerrera ( Forest Whitaker) un ami de Galen et un vétéran de la Guerre Des Clones. Cette petite partie est plus ou moins le seul moment " back story " de Rogue One. C'est toutefois très appréciable car cela donne un peu plus de profondeur aux origines de l'Etoile Noire et des personnages principaux.
Quelques années plus tard Jyn croise la route de l'Alliance Rebelle en la personne de Cassian Andor ( Diego Luna), un officier des renseignements de l'Alliance, et K-2SO ( Alan Tudyk) un androïde Impériale reprogrammé (très marrant, tout en finesse, j'ai beaucoup aimé 😉 ). Les choses vont faire que tous les trois vont partir à la recherche du père de Jyn et des plans de l'étoile noir. Cassian est très intéressant, tourmenté et même sombre. Malheureusement, nous n'en savons pas beaucoup sur lui, mais nous nous attachons rapidement à ce baroudeur, près à tout pour l'Alliance qui semble vouloir se racheter une conduite en partant pour cette mission.
Ce personnage introduit un aspect sombre, et peut-être plus " adulte " que l'on avait jamais vraiment vue dans la franchise Star-Wars. On découvre notamment que l'Alliance n'est pas si blanche que cela. Ils sont en temps de guerre et ils ont été obligés eux aussi de faire des choses horribles comme des assassinats ou autre. L'aspect guerre est tout de même plus marquant, plus réaliste si je puis dire, que dans les épisodes précédents. J'ai beaucoup aimé cette maturité.

Au cours de leur voyage ils vont croiser la route de Bodhi Rook ( Riz Ahmed) un pilote Impérial qui se rallie à la cause des rebelles, ainsi que Chirrut Ïmwe ( Donnie Yen) un guerrier aveugle qui dit être l'un des Gardiens des Whills, et pour finir l'acolyte de Chirrut, Baze Malbus ( Jiang Wen) un mercenaire.
Chirrut apporte un point particulièrement intéressant dans la franchise Star-Wars, l'aspect religieux de la Force. Le film fait référence aux Gardiens des Whills, un ordre religieux basé sur le principe de la Force. Chirrut Îmwe serait l'un de ses gardiens.
Dans les premières versions de Star-Wars, Lucas voulait réaliser le film d'une manière où il aurait été narré par quelqu'un, supposé être un Whill, quelqu'un qui raconterait l'histoire de la famille Skywalker à partir du Journal des Whills, des êtres supérieurs. Dans certaines productions annexes, il aurait déjà été mentionné que les Whills existaient.
Ici, la présence de Chirrut serait un point d'encrage pour un arc concernant les Whills. Peut-être pour d'autres Spin-Off ou pour la série principale, qui sait, mais en tout cas j'ai aimé cette petite information qui permet d'ouvrir l'univers Star-Wars vers d'autres horizons.

Concernant Sam Gerrera, il est vraiment dommage que son histoire ne soit pas plus traitée. Il dirige les partisans, une faction extrémiste de l'Alliance Rebelle sur la planète Jedha. Lorsque l'on le revoit plusieurs années plus tard, alors que Jyn est à la recherche de son père, on découvre un personnage totalement paranoïaque et en pièce détachées lol Gerrerra a perdu ses deux jambes et prend souvent de bonne inspiration à l'aide d'un masque directement relié à son armure. Il est dommage de ne pas avoir plus de détails du pourquoi de sa paranoïa du fait que Gerrera est au final peu présent dans le film. Pourquoi est-il devenu comme ça ? Et d'où viennent toutes ses blessures ? Un personnage sympathique que l'on aurait aimé côtoyer un peu plus longtemps.

Le point négatif à propos de tout cela, c'est qu'il n'y a pas trois films pour développer ces personnages. Ils sont attachants, ont un fort potentiel, mais le principe de les utiliser dans un Stand-Alone ne permet pas de se servir de tout ce potentiel. C'est dommage, mais ils n'avaient pas le choix. Au fond cela n'en fait qu'un film plus fort, avec des personnages attachant dont l'histoire est courte mais ne nous laisse pas insensible bien au contraire !
Donc finalement, ce n'est pas vraiment un point négatif :p

J'ai apprécié les petits clins d'œil aux autres épisodes de la saga qui ont été disséminés dans le film. Bail Organa apparait ( Jimmy Smits) et fait référence à un ami qu'il faut contacter et qui vit en reclus, on croise aussi C-3PO et R2D2, ainsi que Darth Vader qui fait deux belles apparitions, la première calme et la seconde en pleine action. Un pur plaisir de voir ce revival 🙂
J'ai pu lire qu'ils avaient utilisés des images non utilisées pour l'épisode IV et qu'ils les ont insérées dans la bataille de fin du film au-dessus de Scarif, donnant ainsi un petit côté rétro. A noter que la bataille sur les plages de Scarif est magnifique. Les effets spéciaux et les décors sont vraiment de qualité.
Ce que j'ai trouvé bluffant a été l'effet spécial utilisé pour modéliser les visages de Grand Moff Tarkin et de la Princesse Leia Organa sur des acteurs et ainsi reproduire ces deux personnages à l'identique d'il y a trente ans. Bluffant franchement, et belle manipulation pour accentuer la connexion avec l'épisode IV.
Bien entendu, même si j'aime beaucoup la saga Star-Wars je ne suis pas un Fan Hardcore et je pense que si vous voulez découvrir toutes ces connexions et clins d'œil vous pourrez les trouver facilement sur différents sites qui les répertories 😉

Pour ce qui est de la musique, les choses changent car contrairement au Réveil de la Force (et les autres épisodes) ce n'est pas John Williams mais Michael Giacchino qui compose. Cela ne choque pas pour autant - en tout cas pour un fan de base :p
Beaucoup de morceaux semblent inspiré des productions des anciens épisodes, toutefois, l'ensemble est de bonne qualité et colle bien aux évènements. A mes yeux, rien à redire.

Premier épisode de la phase Anthologique de Star-Wars, Rogue One marque un grand coup. Pari risqué mais réussi car on en redemande. Cela donne envie de voir ce qu'ils peuvent faire avec d'autres sujets de cet univers gigantesque qu'est Star-Wars.
Rogue One n'est pas parfait, c'est tout à fait vrai. Le potentiel des personnages est peu utilisé, on sait déjà comment cela va se finir, et je suis certain que vous pourrez trouver choses à dire. MAIS, les atouts font oublier ces points négatifs ; Les personnages, bien que manquant de traitement, sont particulièrement intéressant et au final je trouve qu'il n'y a pas un héros en particulier mais que l'on s'attarde sur un groupe de héros très attachants ; Le ton un peu plus sérieux et sombre car ils nous montrent un point de vue plongée dans une perspective plus réaliste de ce que peux être la guerre ; une action constante ; des rebondissements bien trouvés ; des connexions et informations par rapport à l'épisode IV ce qui donne à cet épisode encore plus de profondeur ; l'aspect religieux de la force. Comme vous le voyez, la liste est longue 😉
Ce premier épisode d'une série de Spin-Off - que j'espère longue, on sait déjà que la jeunesse d'Han Solo va être traitée, mais pour le reste ça semble vague sachant que Boba Fett est d'après ce que j'ai lu abandonné - vaut un beau 16/20 tant il m'a convaincu !
Rogue One offre de la fraîcheur à une franchise qui traîne un peu la patte, et plus de profondeur à un univers vaste qui ne demande qu'à être exploré.
A voir sans hésiter, peut-être même plus que l'épisode VII. Ils ont intérêt à viser haut avec l'épisode VIII :p

Enjoy !
A bientôt,

D.A. Green

" Je suis avec la force et la force est avec moi. "
Chirrut Îmwe


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Desmondagreen 50 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazine