Magazine Culture

Supertrump

Publié le 07 février 2017 par Le Journal De Personne
&Signature;&Key-Pair-Id;

 
 

Je suppose que son nom fait partie de la liste
Une white liste
Ils sont de plus en plus rares ceux qui lui résistent
C'est le maître de ce jeu de pistes
Il est populiste
Il se réclame du peuple qui l'acclame
Et s'adresse à lui, par delà la louange et le blâme
Il dit et redit que le peuple a une âme
Usée et abusée par la comédie du pouvoir
Au point d'opter pour le pouvoir du drame
Le peuple n'est plus flatté qu'on le flatte
Il ne répond plus à l'appel, ne tend plus la patte
Ce n'est plus son bien mais son mal qui l'épate
Aucun serment, même pas celui d'Hippocrate
Il est désormais plus tenté par un despote que par un démocrate.
De la sueur, des larmes et du sang
Voilà ce que lui promet le populiste
Une vérité qui lui dit enfin :
Pourquoi il vit, pourquoi il existe
Qu'il n'y a point de réel sans contes cruels
Comme dirait le poète : le peuple est un apprenti
"La douleur est son maître"
Et nul ne se connaît tant qu'il n'a pas souffert.
Le populiste est son nouvel analyste qui ne va pas le guérir
Mais lui dire de quoi souffrir et pour quoi souffrir le populiste pratique la politique de la corde raide
Il aide à identifier le poison, à sanctifier le remède.
Pour changer nos habitudes
Il nous crée de nouvelles certitudes
Le peuple, se dit-il, n'a pas besoin de Dieu, mais de démons
On ne va pas lui promettre de surmonter sa condition
Mais de la démonter pour échapper à toute condition
Se sentir plus libre, même dans les fers
Parce que l'enfer, c'est les autres...
Parce qu'il en faut, des boucs émissaires
C'est ancré dans nos deux hémisphères :
Qu'il vaut mieux manger la merde tout seul que du miel avec tout le monde.
On est chez nous, après tout
Le mal n'est pas d'ici, il vient toujours d'ailleurs
L'intérieur est bien même si c'est mal
L'extérieur est mal même si c'est bien.
Le populiste prend le mal à la racine
Et pour réduire son tourment
Il rappelle au peuple que son salut dépend de son enracinement
Pour qu'il se retrouve, il faut qu'il s'y retrouve
Sous son toit, sujet et objet de sa propre loi
Souverain, peuple souverain qui choisit lui-même son destin
Le chemin n'est pas difficile dit le populiste
C'est le difficile qui est le chemin
Tous ceux qui l'ont emprunté n'en reviennent toujours pas
Parce qu'il n'est pas si universel que ça...
Il est même individuel
C'est vendu : le populiste et le peuple ne font qu'un.
C'est le même individu.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Le Journal De Personne 76484 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte