Magazine Cinéma

[Critique] SANTA CLARITA DIET – Saison 1

Par Onrembobine @OnRembobinefr
[Critique] SANTA CLARITA DIET – Saison 1

Partager la publication "[Critique] SANTA CLARITA DIET – Saison 1"

Titre original : Santa Clarita Diet

Note:

★
★
★
½
☆

Origine : États-Unis
Créateur : Victor Fresco
Réalisateurs : Ruben Fleischer, Marc Buckland, Ken Kwapis, Craig Zisk, Lynn Shelton, Steve Pink, Tamra Davis…
Distribution : Drew Barrymore, Timothy Olyphant, Liv Hewson, Skyler Gisondo, Richard T. Jones, Mary Elizabeth Ellis, Ricardo Chavira, Thomas Lennon…
Genre : Comédie/Horreur
Diffusion en France : Netflix
Nombre d’épisodes : 10

Le Pitch :
Sheila et Joel mènent une existence des plus paisibles dans leur charmante banlieue. Un jour, sans crier gare, en pleine visite d’une maison, Sheila est prise d’une violente crise. À son réveil, elle découvre alors que son cœur ne bat plus. Son mari et Abby, la jeune fille du couple, doivent alors se rendre à l’évidence : Sheila est devenue une morte-vivante. Et si son apparence et son comportement n’ont pas changé, une nouveauté va néanmoins bouleverser leur gentille routine : désormais, la mère de famille ne peut manger que de la chair humaine…

La Critique de la saison 1 de Santa Clarita Diet :

Connu et apprécié outre-Atlantique pour avoir créé la série acclamée Better Off Ted pour ABC, et pour avoir notamment bossé sur Alf, Victor Fresco s’est notamment fait connaître en France avec My Name Is Earl, avec Jason Lee, même si son nom reste néanmoins assez confidentiel en dehors du cercle restreint des fans. Quoi qu’il en soit, ce n’est pas le premier venu. Sa nouvelle création, Santa Clarita Diet, emballée pour Netflix, se devait donc d’être considérée avec un minimum d’attention. Un show qui suit les aventures d’une famille américaine plutôt normale dont le quotidien change du tout au tout quand la mère devient un zombie et doit manger des gens pour continuer à « vivre »…

Santa-Clarita-Diet-Drew-Barrymore

La Nuit des Agents Immobiliers Vivants

Avec son mélange de comédie pure et de gore généreux, Santa Clarita Diet rappelle sur le papier des films récents comme Burying The Ex, de Joe Dante, dans lequel Anton Yelchin doit composer avec une copine zombie, ou encore comme Life After Beth, de Jeff Baena, qui suit a peu près la même trame. Plus globalement, la série vient se positionner dans la lignée de toutes ces comédies bon enfant avec des zombies, nées au moment du revival du genre au début des années 2000, de Fido à Warm Bodies. La vraie question étant : est-ce que Santa Clarita Diet apporte quelque chose de nouveau ?
Et bien non, pas vraiment ! Réputée pour son audace et pour sa créativité, le showrunner n’a, dans le cas présent, pas trop forcé et s’est reposé sur des lieux communs justement une peu trop… communs. Ce qui ne veut pas dire que sa nouvelle création ne soit pas intéressante, loin s’en faut.
Le concept, aussi rabattu et prévisible soit-il, est au moins correctement exploité et amusant. Un constat directement imputable au boulot des acteurs, qui à eux seuls justifient presque la vision de l’intégralité de cette première saison. En meneuse, Drew Barrymore est tout particulièrement excellente, elle qui incarne un personnage tout à fait dans ses cordes, en prenant un plaisir évident à orchestrer sa déconstruction. Dans un esprit légèrement irrévérencieux voulu par le scénario, la comédienne porte le show au coude à coude avec Timothy Olyphant, lui aussi parfaitement dans le ton. Sans oublier l’apport indéniable de la jeune Liv Hewson, qui joue la fille adolescente du couple et celui de Skyler Gisondo (vu récemment dans la comédie Vive les Vacances), également tributaires d’un état d’esprit peut-être calibré mais très plaisant.
On notera aussi la présence au générique d’une certain Ricardo Chavira. Un choix qui ne semble pas vraiment innocent, puisque l’acteur reste principalement connu pour avoir incarné Carlos dans Desperate Housewives. Et justement, de Desperate Housewives, parlons-en un peu…

Les Banlieusards

Avec ses maisons super bien alignées, ses gazons impeccables et ses parterres fleuris, la banlieue dans laquelle prend pied l’action de la série évoque bien sûr Desperate Housewives. En cela, les deux shows s’apparentent à une satire de la vie en banlieue et plus généralement des classes moyennes supérieures. Un des grands sujets de la télévision et du cinéma, qui se sont toujours amusés à montrer aux américains leurs travers, de manière plus ou moins frontale et/ou détournée, jusqu’à créer un genre à part entière, souvent axé sur un mélange de saveurs. Il n’y avait par exemple pas de zombies dans Desperate Housewives mais des psychopathes, des maris et des femmes infidèles et tout un tas d’individus qui, de part leurs actions mettaient en exergue les thématiques que le scénario entendait porter. Dans Santa Clarita Diet, c’est la même chose. En transformant une mère de famille bien sous tous rapports et attachante en morte-vivante affamée de chair humaine, la série dynamite une certaine bien-séance.

Cela dit, elle ne pousse pas tous les compteurs dans le rouge. Si le spectacle est loin d’être désagréable et réserve même quelques belles fulgurances, force est de lui reconnaître également une certaine pudeur qui lui interdit de vraiment exploiter son postulat à fond. Le showrunner n’y va jamais vraiment franchement, à part dans le gore, à quelques occasions plutôt réjouissantes.
Beaucoup moins irrévérencieuse que des séries à l’ambiance similaire, comme Weeds par exemple, plutôt bon enfant, Santa Clarita Diet ne fait non plus preuve d’une inspiration et d’une originalité débordantes. Que ce soit dans les gags, amusants mais rarement hilarants, ou dans le cheminement que prend le récit, somme tout classique. On saluera donc le caractère fédérateur et la rythmique qui ne laisse pas de place à l’ennui, tout comme le gros capital sympathie de l’ensemble, tout en rêvant peut-être à une deuxième saison un peu plus… mordante.

Santa-Clarita-Diet-saison-1

En Bref…
Santa Clarita Diet ne va pas bouleverser le monde des séries TV, c’est certain. Plutôt sage et conventionnel, le show n’en reste pas moins très agréable à suivre. Grâce aux acteurs, excellents, au côté grand-guignol et à cette folie douce, que l’on aurait aimé plus marquée mais qui, en l’état, suffit pour permettre à la série de se démarquer un tant soit peu.

@ Gilles Rolland

Santa-Clarita-Diet-Drew-Barrymore-Timothy-Olyphant
 Crédits photos : Netflix


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Onrembobine 57561 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines