Magazine Culture

Mordecai Richler et la dynastie des Gursky

Par Pmalgachie @pmalgachie
Mordecai Richler dynastie Gursky L’œuvre de l’écrivain canadien Mordecai Richler est-elle sur le point de trouver enfin sa place chez les lecteurs francophones d’Europe ? Solomon Gursky, ample fresque économique, juive et familiale, reparaît au format de poche (traduction par Lori Saint-Martin et Paul Gagné). Et L’apprentissage de Duddy Kravitz, disponible au Canada depuis quelque temps, dans une nouvelle traduction, est arrivé en France aussi (Editions du Sous-sol). On peut se contenter, déjà, du gros morceau que constitue Solomon Gursky, projet voué probablement à l’échec d’une biographie que Moses Berger veut consacrer à un personnage dont le mystère l’obsède. Solomon, héritier d’une famille enrichie d’abord grâce au trafic d’alcool pendant la prohibition, est mort dans un accident d’avion. Ou non. Car son propre passé et celui de ses ancêtres ont prouvé que les Gursky étaient capables de survivre aux conditions les plus extrêmes. On a reparlé, il n'y a pas si longtemps, de l’expédition Franklin partie en 1845 à la recherche du passage du Nord-Ouest, perdue corps et biens et aux derniers moments de laquelle régna le cannibalisme. Moses Berger collectionne les informations sur l’expédition et sur cette région du Canada, puisque c’est là que commence la saga des Gursky. Avec un charlatan d’évangéliste, la judaïté menant à tout à condition d’avoir les mots pour prêcher et pêcher les femmes. Beaux parleurs, tous les Gursky le seront, dans des registres divers entre l’autorité et la séduction. Dans un roman à plusieurs niveaux de narration, où les liens entre les nombreux personnages se nourrissent souvent d’ambiguïté, on traverse les époques dans le désordre. Mais on ne s’y perd qu’à bon escient, selon le dessein de Mordecai Richler : il pose les fragments selon sa logique personnelle, et avec le souci constant de compléter, petit à petit, un tableau édifiant – si le mot « édifiant » est compris avec un sens ironique.
Solomon Gursky est une symphonie interprétée par un orchestre dont certains instruments sont désaccordés. Les notes grinçantes appartiennent pourtant à l’ensemble et lui apportent des contrepoints qui nous obligent parfois à reconsidérer des certitudes acquises dans les pages précédentes. On se lance, avec ce roman, dans l’exploration des ambitions personnelles, des trahisons, des traditions. Et de leurs articulations douloureuses. C’est passionnant.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pmalgachie 8645 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines