Magazine Culture

Cinéma : La 25è édition du Festival Panafricain du Cinéma de Ouagadougou

Publié le 26 février 2017 par Framboise32

Cinéma : La 25è édition du Festival Panafricain du Cinéma de Ouagadougou

La cérémonie d’ouverture du Fespaco, Festival Panafricain du Cinéma de Ouagadougou, a eu lieu hier samedi 25 février.

Le Fespaco a été Créé en 1969.Il a été  Institutionnalisé en 1972. Il est devenu biennal à partir de la sixième édition en 1979. Le Fespaco dispose d’un statut, d’un siège basé à Ouagadougou, capitale du Burkina Faso et bénéficie d’une reconnaissance des Etats africains.

Le festival rassemble les années impaires, pendant une semaine, des professionnels ou non, africains et du reste du monde, autour d’un facteur commun : le cinéma africain et de la diaspora africaine.

Le Festival a pour objectif de favoriser la diffusion de toutes les œuvres du cinéma africain, de permettre les contacts et les échanges entre professionnels du cinéma et de l’audiovisuel et de  Contribuer à l’essor, au développement et à la sauvegarde du cinéma africain, en tant que moyen d’expression, d’éducation et de conscientisation.

En 2017, du 25 février au 4 mars, se tient la 25è édition. Le thème de cette édition est  la Formation et métiers du cinéma et de l’audiovisuel. A travers ce thème , le FESPACO 2017 invite les professionnels et experts du secteur à la cogitation. Il s’agit de faire un état des lieux pertinent des formations, des filières enseignées, des performances obtenues, des défis existants ainsi que des orientations nouvelles à amorcer pour atteindre résolument les cimes du professionnalisme et de l’excellence.

Le pays invité d’honneur est La République de Côte d’Ivoire .

L’édition 2017 c’est  450 séances de projection dans 9 salles,  950 films inscrits pour la sélection,  Plus de 150 films sélectionnés pour la compétition. Le Fespaco attend  plus de 100.000 spectateurs .

La 25è édition du FESPACO a trois jurys officiels pour la compétition : le Jury Long métrage, le Jury Court métrage / Série télévisuelle ainsi que le Jury Documentaires et Films d’écoles africaines de cinéma.

La 25è édition ouvre de nouveau sa compétition officielle aux films de tout genre. Exclusivement réservée aux films africains et à ceux de la diaspora africaine, la compétition prend sept jours. Point de mire du festival, elle concerne les sections suivantes :

 La compétition long métrage fiction, réservée aux films de long métrage fiction des réalisateurs africains et ceux de la diaspora africaine. Le Scénariste, romancier, producteur et critique de cinéma, marocain NourEddine Saïl est président du Jury Long métrage.

La compétition court métrage et Série, réservée aux films de court métrage fiction et aux productions télévisuelles professionnelles africaines et de la diaspora. Le réalisateur tchadien  Issa Serge Coélo est le président du Jury Court métrage / Série télévisuelle

La compétition documentaires et Films d’écoles, réservée aux documentaires des réalisateurs africains et de la diaspora ainsi qu’aux films d’écoles africaines de cinéma et celles de la diaspora.la Journaliste, écrivaine, scénariste, réalisatrice et productrice Ghanéene Yaba Badoe est la présidente de ce  Jury Documentaire et Films d’écoles

Pour donner progressivement un cachet particulier aux différentes sections du programme de la sélection officielle, le FESPACO a introduit une nuit à chaque édition, pour promouvoir un genre particulier du cinéma et de l’audiovisuel (la nuit de la série – la nuit du court métrage.  Afin de consolider sa dimension mondiale, le FESPACO a ouvert son espace aux films du monde. C’est la section des films hors compétition. Les films retenus sont en général d’un grand intérêt pour le public africain. Chaque édition du festival est un challenge pour les réalisateurs africains qui affluent de toutes parts, en vue de participer à la manifestation.

La cérémonie officielle de clôture aura lieu le 04 mars à 16h au Stade municipal. Le film primé, gagnant du  grand prix de l’Etalon, sera projeté  à 21h au Ciné Burkina

En parallèle,  se tient le Le 18è Marche International du Cinéma et de la télévision Africains (MICA 2017). Le MICA permet de rèunir les créateurs africains de l’audiovisuel et de l’industrie des programmes du continent africain. Les responsables du FESPACO font le choix du 100% industrie des programmes et d’un espace entièrement tourné vers la production, la coproduction, les ventes internationales et la promotion du film africain.

L’Etalon d’Or a été remporté en 2015 par Fièvres du réalisateur marocain Hicham AYOUCH.

Le site offciel pour compléter ces informations est ici, et la page FB la

La liste de la compétition officielle 2017 :

COMPÉTITION OFFICIELLE : FICTION LONG MÉTRAGE 

A noter en compétition le film du réalisateur guadeloupéen Jean Claude Barny, Le gang des Antillais. Seul film guadeloupéen dans cette compétition essentiellement composée de films africains.

– A mile in my shoes de Saïd Khallaf (Maroc)
– Aisha de Chande Omar (Tanzanie)
– A la recherche du pouvoir perdu de Mohammed Ahed Bensouda (Maroc)
– Félicité dAlain Formose Gomis (Sénégal)
– Fre de Kinfe Banbu (Ethiopie)
– Frontières de Appolline Woye Traoré (Burkina Faso)
– Innocent malgré tout de Kouamé Jean De Dieu Konan/ Kouamé Mathurin Samuel Codjovi (Côte d’Ivoire)
– L’interprète de Olivier Meliche Koné (Côte d’Ivoire)
– L’orage africain – Un continent sous influence de Sylvestre Amoussou (Bénin)
– La forêt du Niolo de Adama Roamba (Burkina Faso)
– Le gang des Antillais de Jean Claude Barny (Guadeloupe)
– Le puits de Lotfi Bouchouchi (Algérie)
– Les Tourments de Sidali Fettar (Algérie)
– Life point de Brice Achille (Cameroun)
– Lilia, une fille tunisienne de Mohamed Zran (Tunisie)
– Praising the Lord plus one de Kwaw Paintsil Ansah (Ghana)
– The lucky specials de Rea Rangaka (Afrique du Sud)
– Thom de Tahirou Tasséré Ouédraogo (Burkina Faso)
– Wulu de Daouda Coulibaly (Mali)
– Zin’naariya ! de Rahmatou Kéïta (Niger)

COMPETITION OFFICIELLE : FICTION COURT METRAGE

A PLACE FOR MYSELF de Marie Clémentine DUSABEJAMBO (Rwanda)
– ANTANANARIVO TIAKO IANAO de  Haminiaina RATOVOARIVONY (Madagascar)
ASHIA de  Françoise ELLONG (Cameroun)
– CHEBET de Antony KOROS (Kenya)
COMA de Ghada ALI (Egypte)
DAYMANE TOURS  de Pepiang TOUFDY (Tchad)
FOLO, IL ETAIT UNE FOIS … de  Loci Hermann KWENE (Burkina Faso)
– GERRETA  de Mategaftot  Sileshi SIYOUM (Ethiopie)
– HYMENEE de Violaine Maryam Blanche BELLET (Maroc)
LA FACE CACHEE DU PERE NOẺL  de Laurent PANTALEON La Réunion
LA PROMESSE  de Fatou TOURE (Sénégal)
LA RUE N’EST PAS MA MÈRE de  Jérôme Nabonswendé YAMEOGO (Burkina Faso)
– LE CHEMIN de  Mike COFIZ  (Côte d’Ivoire)
LE PANTALON ROUGE  de Hervé DJOSSOU (Bénin)
LE VOYAGE DE KELTOUM  de Anis DJAAD  (Algérie)
– LES GROS CAILLOUX  de Jean Richard NIYONGABO (Burundi)
LES MAINS D’OR DE SAMBA  de Hawa Aliou N’DIAYE  (Mali)
LODGERS de Keni OGUNLOLA  (Nigeria)
M-001  de Franck Adrien Relongouet ONOUVIET (Gabon)
MBAMBA  de Nsunzu MICHEE (RD Congo)
NORMALIUM  de Siam MARLEY (Côte d’Ivoire)
KHALLINA HAKKA KHIR  de Mehdi M. BARSAOUI (Tunisie)
PACTE  de Joel M’MAKA (Togo)
SILENCE de  Amog LEMRA (Congo Brazzaville)
THE BICYCLE MAN  de Twiggy MATIWANA (Afrique du sud)
YAA de  Esi YAMOAH (Ghana)

COMPETITION OFFICIELLE : FILMS DOCUMENTAIRES

– A FOOTNOTE IN BALLET HISTORY?
de Abdel Khalek HISHAM (Egypte)
ABNEGATION de Koffi Segla OLOUGBEGNON (Togo)
BOIS D’EBENE Moussa TOURE (Sénégal)
BONS BAISERS DE MORUROA de Larbi BENCHIHA (Algérie)
– CEUX QUI OSENT de Dieudonné ALAKA (Cameroun)
CITOYENS BOIS D’ÉBENE Franck SALIN (Guadeloupe)
COLA UNE NOIX= MILLE VERTUS Seydou COULIBALY (Côte d’Ivoire)
COMING OF AGE de Teboho EDKINS (Afrique du Sud)
CONGO ! LE SILENCE DES CRIMES OUBLIES de Gilbert BALUFU (R.D. Congo)
DJAMBAR, SEMBENE L’INSOUMIS de Eric Mbappe BODOULE SOSSO (Cameroun)
HERITIERS DU VIETNAM de Arlette PACQUIT (Martinique)
KEMTIYU, SÉEX ANTA (KEMTIYU, CHEIKH ANTA) Ousmane – William MBAYE (Sénégal)
L’APPEL DES TAMBOURS  de Fidèle KOFI (Côte-d’Ivoire)
L’ARBRE SANS FRUIT Aicha MACKY (Niger)
LE RḖVEIL DE L’ḖLEPHANT Souleymane DRABO( Burkina Faso)
LES HERITIERS DE LA COLLINE Ousmane SAMASSEKOU (Mali)
LES HIRONDELLES DE L’AMOUR Jawad RHALIB ( Maroc)
OKUTA, LA PIERRE Ayéman Aymar ESSE (Benin)
SOSSO BALA Nissi Joanny TRAORE (Burkina Faso)
UPRIZE ! Sifiso KHANYILE (Afrique du Sud)
YOLANDE OU LES BLESSURES DU SILENCE–  Léandre-Alain BAKER (Congo Brazzaville)

COMPETITION OFFICIELLE : SERIE TELEVISUELLE

AISSA – Jean Roke PATOUDEM (Cameroun)
APHASIE –  Hyacinthe HOUNSOU (Côte d’Ivoire)
BAMAKO LA VILLE AUX TROIS CAÎMANS – Aîda Mady DIALLO ( Mali)
BIBATA – Mamadou Maboudou GNANOU (Burkina Faso)
CAURIS DU SUD – Kiel ADANDOGOU (Togo)
DELOU – Mahaman SOULEYMANE (Niger)
DEUX COUPLES, UN FOYER – Gbehi Jean Noel BAH (Côte d’Ivoire)
DU’ ANAADO SAARAA – Boubacar SIDIBE (Mali)
IDENTITAIRE – Sidgomdé ROAMBA (Burkina Faso)
INTENTIONS SECRETES – Bernard YAMEOGO (Burkina Faso)
JIKULUMESSU – Sergio GRACIANO (Angola)
LA GUERRE DES BIENS – Jean de Dieu TCHEGNEBE( Cameroun)
LAGNON – Emmanuel GOUEU (Côte d’Ivoire)
LE SANG DE L’ALBINOS – Narcisse SAWADOGO( Burkina Faso)
LES CHENAPANS – Christiane CHABI KAO( Bénin)
LES FAMILLES ET LES AMIS –  Adebowale AJIBULU ( Afrique du Sud)
PERIPETIE – Rémi ATANGANA (Cameroun)
SAMBA Akwuondoghoh – ENAH JOHNSCOTT (Cameroun)
SOEURS ENNEMIES –  Erico SERY/ Yurandy PEREIRA-SODRE (Côte d’Ivoire)
TON PIED MON PIED –  Folligan Steven AMOUZOU (Togo)
TUNDU WUNDU – Abdoulahad WONE (Sénégal)

COMPETITION OFFICIELLE : FILMS DES ECOLES AFRICAINES DE CINEMA


– A TRAVERS LES BARRIERES
de Matamoura dit Ndiaga FALL – Sup’Imax CHRISTIAN THIAM (Sénégal)
AU NOM DU PERE de Hegra DJESSAGA – École Supérieure des Études cinématographiques et de l’audiovisuel (Togo)
– DERRIERE L’IMAGINAIRE de Hiba CHAARI École Supérieure des Arts visuels de Marrakech ( Maroc)
– DOWN SIDE UP de Peter OWUSU – University of Legon ( Ghana)
– HERITAGE de Fatoumata Tioye COULIBALY – conservatoire des arts et métiers multimédias/BALLA FASSEKE KOUYATE (Mali)
– LA MALADIE DE LA HONTE de Giovania ATODJINOUZINSOU – Institut Supérieur des Métiers de l’audiovisuel (Bénin)
– LA MANGROVE, UNE RICHESSE POUR LE LAC AHEME de Blandine KPADE – Institut Supérieur des Métiers de l’audiovisuel ( Bénin)
– LE CACAO À LE FÉMININ Mohamed TOURTE Université Félix Houphouët BOIGNY Côte d’Ivoire
– LE DỂCLIN DE LAHOU KPANDA Jean Marie Venance SORO Institut arc-en-ciel Côte d’Ivoire
– LE PATRIOTE Jean Marc ANDA Institut Supérieur de Formation Aux Métiers du Cinéma et de l’audiovisuel de l’Afrique Centrale (Cameroun)
– LE PEINTRE Georges Roi TEKOU FONGANLT Institut Supérieur de l’Image et du Son/ Studio École (Burkina Faso)
– LE REFUS DE RABA de Mariam FOFANA – Brico Films (Mali)
– NECTAR D’UN PAYS de Fidel HOUNHOUEDE – École Nationale des Sciences et Technique de l’information et de la Communication ( Bénin)
– NUBUKE de Aryee BISMARK – National Film and télévision Institute (Ghana)
– PATER NOSTER de Lambert OUBDA – Institut Imagine (Burkina Faso)
– SIRA de Serge Augustin KOUA – Institut Polytechnique des Sciences et techniques de la Communication (Côte d’Ivoire)
– TERMINUS de Mamadou Hady DIAWARA – Ecole Supérieure des Arts Visuels de Marrakech – (Maroc)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Framboise32 28511 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine