Magazine Culture

J'ai lu : un monde pour clara

Par Venezia
J'AI LU : UN MONDE POUR CLARA
Un Monde pour ClaraJean-Luc MarcastelEditions Black Moon
2013SF, Dysptopie


2027. En France. Après une catastrophe nucléaire succédant à tant d'autres, l'écologie est plus que jamais au centre des préoccupations. Les Enfants de Gaïa est une puissante secte extrémiste qui mêle discours écologiste et spiritualité. Diane, dont la jumelle Clara est morte suite à cette catastrophe, participe, avec son meilleur ami Léo, à l'une de leurs manifestations anti-nucléaire. Mais la marche pacifique tourne au combat de rue, et Diane, grièvement blessée, tombe dans le coma. Dix ans plus tard, la jeune fille se réveille. Pendant son sommeil, le monde s'est transformé. Les Enfants de Gaïa sont à la tête du pays. Ils sont tout puissants. Et ils ont fait de Néo Lutécia, construite sur les ruines de Paris, la cité écologique idéale. Diane y retrouve Léo, désormais lieutenant de la secte. Elle apprend qu'elle est devenue l'icône de la Révolution Verte, une incarnation vivante de Gaïa aux yeux de ses fidèles et découvre un nouveau monde bien loin de celui dont Léo et elle avaient rêvé.

MON AVIS
Il m'a fallu à peine 3 soirs pour lire ce passionnant roman. Le récit est une dystopie de la catégorie SF, mais on ne referme pas pour autant le livre sans quelques questionnements... Au tout début, le passage du coma de Diane, héroïne de cette histoire, reste déroutant, le rêve un peu plus loin l'est également, mais tout est extrêmement bien décrit. 

Diane se réveille après 10 ans de coma, après avoir reçu une balle en pleine tête lors d'une émeute pendant une manifestation anti-nucléaire. Elle découvre alors un nouveau monde, totalement étranger, avec de nouvelles normes mais ce n'est pas pour ce monde-là, cette "Révolution Verte", qu'elle s'était battue il y a 10 ans... Mais surtout : elle est désormais la réincarnation de la déesse Gaia ! Tout le monde la vénère...  Et puis il y a Léo, qui n'est plus non plus le même...

Les évidences vont tomber comme un couperet, en même temps que chez le lecteur qui lui aussi va de surprise en surprise, au fil de l'imagination de l'auteur, une imagination toujours aussi intelligente.
Le roman est très bien construit, mais il en est toujours ainsi chez Jean-Luc Marcastel. Bien sur, un important passage se déroule vers Aurillac (la ville natale de l'auteur à qui il ne manque jamais de rendre hommage), à Saint-Simon, Diane y découvre que les privilèges ne sont que Néo-Lutéciens. Mais je ne veux pas dévoiler cet excellent roman, je vous laisse le découvrir, page à page, car dès que vous l'aurez sous les yeux, vous ne le lâcherez pas !

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Venezia 8 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines