Magazine Bourse

5 erreurs évitables avant de toucher des dividendes

Publié le 28 février 2017 par Chroom

Je ne donne pas souvent la plume à d'autres rédacteurs, mais aujourd'hui j'ai décidé de laisser la place à Sovanna Sek, un blogueur et investisseur indépendant avec qui j'ai déjà échangé plusieurs fois par le passé, ici et ailleurs. Sovanna vient de lancer un nouveau site. Comme il est tout récent il y a encore peu de matière, mais je ne doute pas qu'il étoffera son offre tout prochainement. Bonne lecture.

En Bourse, le dividende est une source de revenu à votre portée.

En temps de crise, il constitue une bouée de sauvetage à votre portefeuille boursier. Quand tout va bien, il contribue à la stabilité de votre performance. Historiquement, l’évolution des dividendes est moins volatile que les bénéfices.

Partant de ce constat, construire une stratégie de dividende peut être un des meilleurs chemins pour investir en Bourse avec sérénité et vous enrichir sur le long terme.

Néanmoins, ne vous enflammez pas au risque d’être aveuglé par la cagnotte.

Pour vous aider à la maîtriser, voici quelques erreurs évitables à ne pas commettre.

Erreur n°1 : Tombez sous le charme des actions à haut rendement

Quand c’est une question d’argent, vous avez cette mauvaise habitude de vouloir le plus gros gâteau.

En Bourse, c’est pareil. Vous êtes très séduit par les actions à haut rendement. Touchez des dividendes à 5 %, 6 % ou 7 %, c’est vachement meilleur que du 2 ou 3 %. Pas toujours, malheureusement.

Le problème avec le haut rendement est que ça peut se transformer en cauchemar.

Ce que vous devez faire avant d’investir naïvement sur cette catégorie de valeurs, c’est de connaître les différentes raisons du niveau élevé du rendement.

Raison n°1 : Il se peut que les fondamentaux de l’entreprise se soient fortement dégradés. Cela entraîne une chute de son cours de Bourse. Avec un dividende maintenu par les promesses sans lendemain du management, le rendement augmente mécaniquement.

Raison n°2 : Un rendement élevé peut s’expliquer par une politique de dividende fixée par l’entreprise. Par exemple, Les foncières versent entre 80 et 90 % du résultat net selon le régime SIIC (Société d’investissement Immobilier Cotée).

Raison n°3 : Les actions à haut rendement ont un autre point faible que les médias financiers oublient de le citer. Quand les taux d’intérêt montent, elles ont tendance à baisser. De facto, le rendement devient moins attractif à cause des taux d’intérêt plus élevés.

À votre place, je n’aimerais pas que ce soit la raison n°1 qui l’emporte. Gare à la désillusion.

Prenons le cas d’Engie qui verse environ 8,94 % pour un cours de 11,18 € le 15 février 2017.

C’est une entreprise qui ne m’inspire pas confiance. Tout d’abord, l’organisation managériale est incompréhensible parce qu’on ne sait pas qui est à la manette. Deuxièmement, le rôle de l’État en tant qu’actionnaire laisse à désirer sur sa stratégie de croissance. Enfin, son business model est très dépendant de la réglementation des prix fixé par les pouvoirs publics.

Comme j’aime bien enfoncé le clou, voici quelques images qui valent mieux qu’un long discours.

Evolution du dividende d'Engie
Evolution rendement Engie

Ce qui pourrait vous surprendre, c'est que Engie est considérée comme une valeur à haut rendement depuis la crise financière de 2008.

Ceci dit, vous ne devez pas jeter le bébé avec l’eau du bain sur ce type de valeur en prenant pour argent comptant le cas d'Engie. Heureusement, il y a quelques exceptions d’entreprises qui proposent un rendement élevé et solide.

Erreur n°2 : Jurez que par la croissance du dividende

La Bourse a cette capacité de vous aveugler dans votre prise de décision.

Vous tombez dans la facilité. Chez les investisseurs particuliers mal éduqués, le dividende est un critère de convoitise.

Vous pensez que se concentrer sur la croissance du dividende suffit pour bien investir en Bourse. Vous pourrez avoir les poches vides.

Si vous voulez toucher des dividendes en toute sérénité à 99 %, vous devez tout d’abord analysez l’entreprise tant sur le plan de son business que financier.

Ensuite, vous souhaitez avoir une opinion sur la qualité du dividende que l’entreprise vous verse. Je vous conseille de jeter un coup d’œil sur le payout ratio (taux de distribution).

Pour calculer ce ratio financier, vous devez faire la division entre le dividende et les bénéfices.

Beaucoup d’entre vous l’ignorent.

Je vais prendre un cas récent sur l’entreprise Coca-Cola. Inutile de vous la présenter.

Dernièrement, le leader mondial du soda a enchaîné un septième trimestre consécutif de baisse. Son cours de Bourse a de nouveau chuté à partir d’avril 2016. Pourquoi ?

Analyse graphique Coca Cola

Raison n°1 : Les ménages modifient leurs habitudes de consommation en privilégiant des sodas moins caloriques. Il se pourrait qu’elle soit mal positionnée ou très concurrencée sur ce créneau.

Raison n°2 : Comme c’est une entreprise internationale, elle souffre de la hausse du dollar face à l’ensemble des devises mondiales. Comme quoi, l’hégémonie du dollar peut être un boulet.

Maintenant, regardons ensemble le dividende et le payout ratio en images.

Vous voyez que le dividende est sur une pente croissante. Jusque là, tout va bien. Par contre, il y a deux bémols qui m’inquiètent.

Evolution dividende et free cash flow Coca Cola

Premièrement, des bénéfices en perte de vitesse depuis 2010. Deuxièmement, un free cash flow/action supérieur au dividende/action mais de peu.

Taux de distribution Coca Cola

En combinant les deux problèmes, vous ne serez pas étonné que le payout ratio soit au plus haut historique à 90 % depuis 1990.

Si cela n’engage que moi, je me limite à un payout à 70 % et pas plus pour s’assurer que le dividende soit pérenne. Sur Coca-Cola, cela fait 3 ans qu’il est largement au-dessus.

Certes, vous êtes persuadé que Coca-Cola est une entreprise de belle qualité parce qu’elle a fait ses preuves lors des différentes crises. Je le conçois mais le passé n’est pas le présent ou le futur.

Avec un PER élevé supérieur à 20 et une croissance des bénéfices en baisse depuis 2010, il serez sage d’être prudent à court terme.

De plus, elle s’est lourdement endettée pour racheter ses propres actions sur la période 2010-2014 avant de se calmer sur les deux dernières années.

Je ne dis pas forcément qu’elle va boire le calice. Ses produits se vendent quant-même si vous allez au supermarché.

Dans cet exemple, je vous apprends qu’une entreprise mondialement reconnue peut rencontrer des problèmes. Parfois, il vaut mieux attendre des améliorations à court terme pour vraiment s’intéresser à l’achat. Cela pourrait venir de la baisse du dollar. De facto, une baisse du payout ratio serait un bon signal.

Erreur n°3 : Négligez votre retour sur investissement avec les dividendes réinvestis

Vous pensez que votre retour d’investissement se résume à l’appréciation du cours de Bourse qui doit être supérieur au prix de revient.

Sauf que vous avez tendance à oublier que toucher des dividendes peuvent en faire partie.

Malheureusement, les médias financiers ne savent pas vendre la Bourse au grand public. Par exemple, le CAC 40 Dividendes Bruts Réinvestis (PAR : PX1GR) au 16 février 2017 est proche de ses sommets historiques alors que le CAC 40 végète en dessous des 5000 points.

Avec la possibilité de les réinvestir, vous bénéficiez de la magie des intérêts composés.

Si vous ne comprenez pas ce principe qui peut vous enrichir. Suivez-moi.

L’argent que vous avez investi vous rapporte déjà des intérêts. Si vous voulez les réinvestir chaque année, de nouveaux intérêts seront produits et ainsi de suite. De facto, vous améliorez mécaniquement votre retour sur investissement. Bref, vous faites travailler votre argent.

Si vous possédez des actions qui distribuent un bon rendement et possèdent des fondamentaux solides, vous pouvez multiplier exponentiellement votre capital de départ.

Erreur n°4 : Pensez que les actions à faible rendement sont peu attractives

J’avoue formellement que c’est contre-intuitif de penser que les actions à faible rendement sont pour la plupart, les meilleurs investissements pour une stratégie de dividende. Malheureusement, c’est vrai.

Avoir 1 ou 2 % peut vous satisfaire avec des actions qui s’apprécient sur le long terme. Des exemples comme les Françaises L’Oréal et Essilor, puis les Allemandes Henkel ou Beiersdorf le prouvent.

Vous n’avez qu’à voir leur évolution graphique sur une longue période. En plus, ce sont des entreprises gérées par un management de qualité.

Erreur n°5 : Négligez l’impact d’une baisse ou suppression du dividende

En plus de 7 ans dans les rouages de la Bourse, la pire chose que les investisseurs détestent est la réduction ou la suppression du dividende de la part de l’entreprise.

Quand ça arrive, vous pouvez vous assurer qu’ils vont la sanctionner en baissant sensiblement son cours de Bourse. Ils sont sans pitié.

Pour être franc avec vous, c’est un mauvais signal au niveau fondamental. Pourquoi ?

Sur le plan sectoriel, l’entreprise ne parvient pas à répondre aux exigences d’aujourd’hui et de demain. Cela peut être d’ordre concurrentiel ou provenir d’une nouvelle tendance qu’elle n’a pas vu venir.

Financièrement, elle s’est mise dans le pétrin avec une mauvaise gestion de sa trésorerie et possède peu de marge de manœuvre pour financer sa croissance avec de la dette.

À titre personnel, j’avais pendant de nombreuses années des actions qui avaient baissé leur dividende comme Cameco, Potash Corporation ou Vallourec dans mon portefeuille boursier. Croyez-moi, je n’ai pas gardé un bon souvenir. Mon mot d’ordre est : Fuyez à tout prix.

Touchez des dividendes : Un atout pour doper la performance de votre portefeuille

Ce n’est pas une blague.

Percevoir des dividendes peut constituer la voie pour maximiser la performance de votre portefeuille boursier.

Toutefois, ne croyez pas que c’est facile. Vous devez faire en amont un travail d’analyse pour trouver des entreprises en Bourse qui versent un dividende solide sur le long terme.

Vous focalisez uniquement sur la croissance du dividende est une grosse erreur. Vous devez vérifier la profitabilité et la rentabilité de l’entreprise sans oublier sa solvabilité et sa trésorerie qui est son cœur vital.

Voulant vous aider, je vais vous donner un indice. Partez à la chasse aux entreprises ayant parcouru les différentes crises économiques, financières, géopolitiques ou monétaires.

Dernier rappel.

Si vous tenez à toucher un dividende à haut rendement, vous pouvez avoir à faire à des entreprises qui l’ont déjà baissé auparavant. Prenez ça comme un bon conseil.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Chroom 366 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte