Magazine Culture

(anthologie permanente) Sorley MacLean (Ecosse), "une vautrée dans un brame de bois", par Jean-René Lassalle

Par Florence Trocmé

Hauts du loch Eynort

Une cohorte de monts, soulèvement de monts
grandiose agrégation de montagnes croissantes
un attroupement de sommets de tertres et collines
s’avance en grondement effroyable.
Une houle de glens et sombres cirques glaciaires,
une vautrée dans un brame de bois ;
étirement de vertes encoignures, labyrinthe de ruisseaux
babillant dans l’archaïque solstice d’hiver.
Une cavalcade de monts et cimes en chevauchements,
une furie d’écume ruisselant à corps perdu,
glissance de lisses rochers plats, éminences nues ventrues,
hautes montagnes s’ébrouant de roches plates.
Ceinture jaillissante de monticules,
flanc impétueux des pics,
nudité murmurante de tourelles en marche,
vert giron de Mosgary
giron d’orage s’effondrant,
barbares pitons des hautes landes.
Extrait de : Sorley MacLean : O choille gu bearradh / From Wood to Ridge, Carcanet 1989. Traduit par Jean-René Lassalle avec l’original gaélique et les traductions anglaise et allemande.
Ceann Loch Aoineart

Còmhlan bheanntan, stòiteachd bheanntan,
còrr-lios bheanntan fàsmhor,
cruinneachadh mhullaichean, thulaichean, shlèibhtean
tighinn sa bheucaich ghàbhaidh.
Èirigh ghleanntan, choireachan ùdlaidh,
laighe sa bhùirich chràcaich;
sìneadh chluaineagan, shuaineagan srùthlach,
brìodal san dùbhlachd àrsaidh.
Eachraidh bheanntan, marcachd mhullaichean,
deann-ruith shruthanach càthair,
sleamhnachd leacannan, seangachd chreachainnean,
srannraich leacanach àrd-bheann.
Onfhadh-chrios mhullaichean,
confhadh-shlios thulaichean,
monmhar luim thurraidean màrsail,
gorm-shliosan Mhosgaraidh,
stoirm-shliosan mosganach,
borb-bhiodan mhonaidhean àrda.
Extrait de : Sorley MacLean : O choille gu bearradh / From Wood to Ridge, Carcanet 1989.
/
Hallaig

„Le temps, ce cerf, est dans le bois de Hallaig“
Condamnée, clouée est la fenêtre
par laquelle je voyais vers l’ouest
et mon amour est à la source de Hallaig,
telle un bouleau, elle a toujours été
entre Inver et Milk Hollow,
ici et là autour de Baile-Chuirn :
elle est bouleau, est noisetier,
un jeune sorbier droit et svelte.
À Screapadal de mes ancêtres,
où demeuraient Norman et le grand Hector,
leurs filles et fils subsistent en un bois
immobiles au long de la rivière.
Fiers dans la nuit les coqs des pins
crient au sommet de Cnoc an Ra,
le cou dressé dans la lueur de lune –
eux ne sont pas le bois que j’aime.
J’attendrai que les bouleaux s’ébranlent,
jusqu’à ce qu’ils grimpent après le cairn
jusqu’à ce qu’ils couvrent de leur ombrage
toutes les hauteurs depuis Beinn na Lice.
S’ils n’y parviennent, à Hallaig je descendrai
me joindre au sabbat des morts
où afflue sans relâche la foule
de chaque génération disparue.
Ils survivent encore à Hallaig,
les clans des MacLeans et des MacLeods,
ceux du temps de Mac Gille Chaluim :
leurs morts ont été vus vivants.
Les hommes allongés sur le pré
au porche de chaque maison qui fut,
les femmes formant le bois de bouleaux
leurs dos droits, têtes inclinées.
Au mitan d’An Leac et Fearns
la route s’adoucit sous les mousses,
et les femmes en processions silencieuses
partent pour Clachan comme autrefois,
enfin s’en retournent de Clachan
par Suisnich et la terre des vivants,
chacune jeune au pas léger,
sans la peine au cœur de l’histoire.
De la source de Fearns au littoral surélevé
qui s’éclaire au travers des collines voilées
il y a seulement l’assemblée des jeunes filles
continuant leur marche éternelle,
rentrant vers Hallaig dans le soir,
dans le luisant crépuscule sans voix,
emplissant les pentes abruptes,
leurs rires en volutes à mes oreilles,
et leur beauté embrume mon cœur
avant que l’obscur penche sur les détroits,
quand le soleil sombre derrière Dun Cana
une balle véhémente jaillira du fusil de l’amour ;
et frappera le cerf qui titube,
reniflant l’herbe sur les ruines des maisons ;
son œil gèlera dans le bois,
son sang s’écoulera secret tant que je vivrai.
Extrait de : Sorley MacLean : O choille gu bearradh / From Wood to Ridge, Carcanet 1989. Traduit par Jean-René Lassalle avec l’original gaélique et les traductions anglaise et allemande.
Hallaig

‘Tha tìm, am fiadh, an coille Hallaig’
Tha bùird is tàirnean air an uinneig
trom faca mi an Àird Iar
’s tha mo ghaol aig Allt Hallaig
’na craoibh bheithe, ’s bha i riamh
eadar an t-Inbhir ’s Poll a’ Bhainne,
thall ’s a-bhos mu Bhaile Chùirn:
tha i ’na beithe, ’na calltainn,
’na caorann dhìrich sheang ùir.
Ann an Sgreapadal mo chinnidh,
far robh Tarmad ’s Eachann Mòr,
tha ’n nigheanan ’s am mic ’nan coille
a’ gabhail suas ri taobh an lòin.
Uaibreach a-nochd na coilich ghiuthais
a’ gairm air mullach Cnoc an Rà,
dìreach an druim ris a’ ghealaich –
chan iadsan coille mo ghràidh.
Fuirichidh mi ris a’ bheithe
gus an tig i mach an Càrn,
gus am bi am bearradh uile
o Bheinn na Lice fa sgàil.
Mura tig ’s ann theàrnas mi a Hallaig
a dh’ionnsaigh Sàbaid nam marbh,
far a bheil an sluagh a’ tathaich,
gach aon ghinealach a dh’fhalbh.
Tha iad fhathast ann a Hallaig,
Clann Ghill-Eain’s Clann MhicLeòid,
na bh’ ann ri linn Mhic Ghille Chaluim:
chunnacas na mairbh beò.
Na fir ’nan laighe air an lèanaig
aig ceann gach taighe a bh’ ann,
na h-igheanan ’nan coille bheithe,
dìreach an druim, crom an ceann.
Eadar an Leac is na Feàrnaibh
tha ’n rathad mòr fo chòinnich chiùin,
’s na h-igheanan ’nam badan sàmhach
a’ dol a Clachan mar o thus.
Agus a’ tilleadh às a’ Chlachan,
à Suidhisnis ’s à tir nam beò;
a chuile tè òg uallach
gun bhristeadh cridhe an sgeòil.
O Allt na Feàrnaibh gus an fhaoilinn
tha soilleir an dìomhaireachd nam beann
chan  eil ach coitheanal nan nighean
a’ cumail na coiseachd gun cheann.
A’ tilleadh a Hallaig anns an fheasgar,
anns a’ chamhanaich bhalbh bheò,
a’ lìonadh nan leathadan casa,
an gàireachdaich ‘nam chluais ’na ceò,
’s am bòidhche ’na sgleò air mo chridhe
mun tig an ciaradh air caoil,
’s nuair theàrnas grian air cùl Dhùn Cana
thig peilear dian à gunna Ghaoil;
’s buailear am fiadh a tha ’na thuaineal
a’ snòtach nan làraichean feòir;
thig reothadh air a shùil sa choille:
chan fhaighear lorg air fhuil rim bheò.
Extrait de : Sorley MacLean : O choille gu bearradh / From Wood to Ridge, Carcanet 1989.
voir la note de présentation de Sorley MacLean (Ecosse, 1911-1996) par Jean-René Lassalle.
L'ensemble de ce dossier, note de présentation, choix de poèmes et traduction a été réalisé par Jean-René Lassalle


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 14972 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines