Magazine Ebusiness

Un implant progresse dans sa lutte contre la paralysie

Publié le 09 mars 2017 par Pnordey @latelier

Aujourd’hui en France, on estime entre 25.000 et 30.000 le nombre de personnes paralysées à la suite d’une lésion de la moelle épinière. Les travaux menés par l’École Polytechnique Fédérale de Lausanne ont donné des résultats encourageants en la matière et cela grâce à un implant.

Pour les quelques dizaines de milliers de personnes souffrant de paralysie, c’est un nouvel espoir qui rayonne à l’horizon : celui, insensé, de pouvoir un jour sortir du mutisme physique dans lequel ils ont été enfermé trop longtemps. Depuis de nombreuses années maintenant, des chercheurs de l’Ecole Polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), en Suisse, travaillent activement à trouver un système permettant, un jour, aux personnes paralysées de retrouver tout ou partie de leur mobilité. Ils ont ainsi mis au point le dispositif e-Dura, un implant en substrat de silicone, intégré directement dans la moelle épinière. Cet implant fait d’électrodes délivre des impulsions électriques et des neurotransmetteurs destinés à réveiller les cellules nerveuses déficientes. D’abord testé sur des rats de laboratoire puis sur des singes, le dispositif a démontré ses qualités. Equipés de l’implant, ces animaux ont été capables de se mouvoir à nouveau, après avoir été victimes de lésion de la moelle épinière.

Rats

Si ces essais sur des animaux de laboratoire ont été concluants, leur application sur les humains n’est pas encore pour demain. En l’état, la technologie permet seulement aux personnes victimes de traumatisme de la moelle épinière, d’actionner des bras robotiques par la seule force de la pensée. Les implants, interprétant par stimuli les impulsions du cerveau et donc l’intention du patient, lui permettent également de mieux communiquer. Le magazine du MIT annonce cependant que cette technologie sera au point dans les dix ou quinze prochaines années. Il s’appuie notamment sur la dernière expérience de l’EPFL, prodiguée cette fois, sur un être  humain. L’implant a en effet permis à une personne tétraplégique d’ouvrir et de fermer sa main. Seule ombre au tableau, malgré sa souplesse, l’implant n’est pas voué à être implanté durablement. Il pourrait sinon, par des frictions trop importantes avec les tissus nerveux, provoquer des réactions immunes ou des rejets. Ces avancées scientifiques montrent cependant toute l’utilité des implants dans l’innovation médicale. Avant de nous transformer en cyborg ou surhumains, les implants nous permettent d'abord de nous rendre compte qu’après tout nous ne sommes qu’humains.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pnordey 18702 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte