Magazine Culture

Katerina Anghelàki-Rooke – Dans le ciel du néant avec presque rien

Par Stéphane Chabrières @schabrieres

Katerina Anghelàki-Rooke – Dans le ciel du néant avec presque rienPar le trou de la serrure je guette la vie
je l’espionne pour comprendre
pourquoi c’est toujours elle qui gagne
tandis que nous perdons tous.
Pourquoi toutes les valeurs naissent et s’imposent
à ce qui pourrit d’abord :
le corps.
Je meurs en esprit sans trace de maladie
je vis sans nul besoin d’encouragement
je respire que je sois près ou loin
de ce qu’on touche
de chaud, qui embrase…
Je me demande quels autres arrangements
la vie va inventer
entre la débâcle d’une disparition définitive
et le miracle de l’immortalité chaque jour.
Je dois ma sagesse à la peur :
je jette
pétales, soupirs, nuances.
L’air, la terre, les racines je les garde –
je veux lâcher le superflu
pour entrer dans le ciel du néant
avec presque rien.

***

Katerina Anghelàki-Rooke (Κατερίνα Αγγελάκη-Ρουκ 1939, Athènes, Grèce)Dans le ciel du néant (Al Manar, 2012) – Traduit du grec par Michel Volkovitch



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Stéphane Chabrières 11329 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines