Magazine Cinéma

INCASSABLE l'histoire d'un héros

Par Christian Papia @ChristianPAPIA

(8/10)

051101_ph5

Synopsis: Elijah Price souffre depuis sa naissance d'une forme d'ostéogénèse. S'il reçoit le moindre choc, ses os cassent comme des brindilles. Depuis son enfance, il n'a de cesse d'admirer les superhéros, des personnages qui sont tout l'opposé de lui-même. Propriétaire d'un magasin spécialisé dans les bandes-dessinées, il épluche pendant son temps libre les vieux articles de journaux à la recherche des plus grands désastres qui ont frappé les Etats-Unis. Il se met alors en quête d'éventuels survivants, mais y parvient rarement. Au même moment, un terrible accident ferroviaire fait 131 morts. Un seul des passagers en sort indemne...

 Quelle est notre place dans le monde ? L'une des grandes questions posées par le réalisateur de Sixième Sens et du tout récent Split dans un film puissant aux ressors thématiques codifiées. En effet, en empruntant tous les codes de l'univers des comics, le réalisateur créé un véritable film de super-héros anticonformistes, singulier dont la puissance émotionnelle dépasse toute vérité et finalement toute action. C'est sur la base d'une histoire farfelue qu'Incassable nourrit son intrigue : celle de David Dunn, seul survivant d'un accident de train, le laissant sans une seule égratignure, dont l'histoire captivera Elijah Price, fasciné par les événements catastrophiques. Arrêtons-nous tout d'abord vers le côté formel du film avec sa mise en scène léchée habilement construite. En effet, Shyamalan, par l'utilisation de plan-séquences fixes ou amovibles, construit un cadre millimétré dans le but de signifier, sans réellement montrer. De ce fait, on retrouve l'utilisation des miroirs qui permettent une réelle cohérence dans la spatialisation et ainsi au spectateur de se diriger sur les différents personnages – comme pour la première scène avec Elijah enfant – sans pour autant trop en dévoiler. De même pour la scène dans le train où le décor isole les personnages pour davantage de pertinence. Le plan-séquence peut également être fixe comme lors du conflit familial avec David Dunn, sa femme et son fils, acte de bravoure et de croyance envers ce dernier qui à l'inverse ne voulait pas admettre sa différence. Enfin, cette mise en scène ingénieuse au service de la tension du film – que certains ont notamment qualifié de lent – n'est pas sans rappeler l'esthétique des comics, là où les plans doivent signifier une intégralité d'action d'une clarté inéluctable.

051101_ph6

Copyright Gaumont Buena Vista International (GBVI)

Mais Incassable c'est avant tout l'histoire croisée d'un super-héros et d'un homme ne sachant pas où se placer dans sa vie, son couple et plus généralement dans le monde. Si à l'inverse du personnage d'Elijah Price, David Dunn n'a jamais tenté de se questionner sur sa vie, il engage une forte envie de protéger son prochain et secrètement (dans sa cave) de se dépasser et de se tester. Le film penche donc vers une mélancolie sublime et une lenteur magnifiée au service de son histoire pleine de sens.  Car si Shyamalan reproduit la découverte et l'ascension d'un être hors du commun, il cultive surtout sa représentation. En effet, tout le film prend sens lors du « twist » final – qui n'est pas au centre de l'intrigue contrairement à ce que l'on pourrait croire – mais participe à la compréhension des événements restés légèrement obscurs (l'accident de voiture, de train...) et contribue à l'envie d'un second visionnage comme si était apparu une facette du réalisateur que l'on aurait enfin pu comprendre. Cette facette, elle se joue sur l'ambivalence permanente des personnages et leur représentation. Tous les ingrédients d'un film de super-héros sont enfouis dans Incassable, mais comme transposés dans une version plus mélancolique que grandiloquente et interventionniste. De ce fait, elle est substituée par la force des dialogues et la vision manichéenne du récit se voit totalement chamboulée pour être au final restituée dans une puissante scène finale, d'une grande émotion.

051101_ph3

Copyright Gaumont Buena Vista International (GBVI)

Incassable est donc le pari d'une histoire surhumaine dans un récit humain dont les problèmes – de tous les jours – sont finalement les issues fatalistes que notre super-héros doit surmonter. Néanmoins, il s'agit bien d'une histoire entre un gentil et un méchant, un héros et un vilain, signifiés depuis le début comme radicalement antagonistes, qui se verra retournée habilement afin de nourrir les réflexions existentielles du film ainsi que de son créateur (« Quel est notre place dans le monde ? »).

Incassable VF - Bande Annonce

MATTHIEU EB.

$http://www.canalblog.com/cf/my/?nav=blog.content&bid=1345206$> $http://www.canalblog.com/cf/my/?nav=blog.comment&bid=1345206$> $http://www.canalblog.com/cf/my/?nav=blog.category&bid=1345206$>


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Christian Papia 13465 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazines