Magazine Concerts & Festivals

Jo Burt , Deborah Bonham Band, Gallows Pole – le Petit Théâtre, Frameries, le 11 mars 2017

Publié le 11 mars 2017 par Concerts-Review

Jo Burt : guitars, keyboards, vocals

Setlist :

01.Angel Hurricane.

02.Paranoid.

03.King of Fools.

04.Free.

05.Take Me To Heaven.

Ça y est, nous y voilà enfin ! Nous attendions ce concert événement depuis des mois. À l'initiative de Gallows Pole, c'est à une soirée placée sous le signe évident du grand dirigeable à laquelle nous allons participer corps et âme. Tout est bien en place et les nombreux bénévoles sont tout sourire pour nous accueillir dans le Petit Théâtre qui affiche archi-complet avec quelque 500 places qui se sont vendues à la vitesse éclair de sandwiches au jambon en cas de disette. Mon ami Jean-Marie et moi quittons Mons vers 18.00 et à 18.30, nous entrons dans ce qui sera la Mecque du Rock en Hainaut pour quelques heures en cette soirée toute printanière.

C'est Jo Burt qui ouvre les festivités, âgé de 60 ans, le sympathique bassiste de Deborah Bonham a une carte de visite qui ferait baver d'envie n'importe quel musicien, rendez-vous compte, l'homme a joué dans Black Sabbath pour la tournée " The Eternal Idol " mais aussi sur l'album " MR. Bad Guy " de Freddie Mercury, oui, celui de Queen, pourquoi ? Il y en a un autre ? Sans oublier The Troggs, Bob Geldof, Virginia Wolf avec Jason Bonham, le fils de John, ou encore le Tom Robinson Band, excusez du peu ! Pendant une demie-heure, le très souriant multi-instrumentiste va nous faire découvrir une autre facette de son talent puisqu'il va nous interpréter des titres de ses deux albums solo dont " Indestructible ", paru en 2013, est le plus connu. Il passe avec autant de bonheur de la guitare acoustique au piano. Sa voix est douce, très mélodieuse et notre Jo va en surprendre plus d'un avec une reprise acoustique du monumental " Paranoid " de Black Sabbath complètement désacralisé pour en faire une version de toute beauté que je vous conseille vivement d'écouter. Une première avec le très beau " King of Fools " que Jo nous interprète au Piano, bravo encore une fois. Trente minutes, ça passe très vite quand on est en bonne compagnie, qui plus est quand le musicien fait l'effort de s'adresser au public en français. Rideau ! Coca bien froid et, hop, c'est parti voici le : Deborah Bonham Band.

Line Up :

Deborah Bonham : Vocals and Acoustic Guitar

Peter Bullick : Guitars, Mandolin and Backing Vocals.

Jo Burt : Bass Guitar, Mandolin and Backing Vocals.

Gérard Lewis : Keyboards and Backing Vocals

Richard Newman : Drums

Setlist :

01.Shit Happens.

02.What We've Got.

03.I Need Love.

04.Feel So Alive.

05.Painbirds.

06.Take Me Down.

07.Fly.

08.What It Feels.

09.Grace.

10.Jack Past Eight.

11.Pretty Things.

12.Heaven.

13.No Angel.

14.Rock And Roll.

La revoilà chez nous, en Belgique qui devient petit à petit sa seconde terre d'accueil, au même titre que la France. Debbie Bonham est de retour. Pour ceux qui l'ignorent, la sœur de John Henri " Bonzo " Bonham de Led Zeppelin a une carrière solo déjà bien remplie. C'est avec une grande joie qu'elle a répondu à l'invitation de Gallows Pole pour faire de cette soirée un événement aussi inoubliable que le 20ème anniversaire que le groupe Montois avait fêté dignement en ces lieux mêmes en 2014.

Lorsque nous nous étions vus, fin janvier, à Henin-Beaumont, Debbie sortait de trois mois de silence forcé à la suite d'une infection aux cordes vocales, elle avait d'ailleurs évité l'opération de très peu. À l'époque, elle m'avait confié son inquiétude de ne plus jamais pouvoir atteindre les notes les plus hautes de ses chansons car elle éprouvait d'énormes difficultés à pousser sa voix. Le concert de ce samedi nous a pleinement rassurés, the Voice is back ! Et de fort belle manière. Si on peut encore déceler un léger voile ci et là, ce ne sera bientôt plus qu'un mauvais souvenir. Et la guérison tombe à point nommé étant donné que Debbie et son band vont entamer la tournée anniversaire de maître Paul Rodgers, le légendaire frontman de Free, Bad Company et de Queen.

Notre blonde Britannique est en forme et après une bonne sieste en début de soirée, c'est toute rayonnante qu'elle fait son apparition sur scène. Toujours ce souci d'être proche du public en nous parlant en français, d'ailleurs le " Flemish je ne parle pas, non non " nous confie-t-elle sous les rires du public très vite acquis à sa cause. Le répertoire est classique et c'est dans les longues pièces maîtresses que notre Debbie révèle toute l'étendue de son talent. "Painbird ", " Heaven " et " No Angel " sont pour moi les pièces maîtresses de la soirée. C'est toujours un plaisir de revoir des amis tels que ce sympathique groupe. Rendez-vous est pris pour se voir à Londres pour une petite virée entre amis en juillet.

On change rapidement le matériel qui doit l'être et ce sont les locaux de Gallows Pole qui vont mettre le feu pendant près de deux heures pour terminer la soirée comme une cerise sur le gâteau, le sel sur les frites, le baiser avec moustache ou encore Milan mais avec Remo cette fois.

Line Up :

Thierry Lebon : guitars, Mandolin, backing vocals

Franco Cravotta : guitars ans Mandolin

Jacques Estievenart : vocals and harmonica

Emmanuel Gualano : Keyboards

Vincent Nicotra : Drums

Mario Maffeo: bass guitar

Setlist :

01.No Quarter.

02.Ramble On.

03.Heartbreaker.

04.Misty Mountain Hop.

05.Good Times, Bad Times.

06.Gallows Pole.

07.Since I've Been Loving You.

08.That's The Way.

09.Going To California.

10. The Battle Of Evermore.

11.Immigrant Song.

12.All My Love.

13.Black Dog.

14. Whole lotta Love.

15.Stairway To Heaven.

16.Kashmir.

Qu'est ce que je pourrais encore vous dire de Gallows Pole en toute impartialité depuis vingt ans que je les suis régulièrement ?Qu'ils sont bourrés de talent ? Forcément, tu ne peux pas t'attaquer à Led Zeppelin si tu ne sais pas jouer parfaitement de ton instrument. Qu'ils ont compris l'esprit du Dirigeable ? Oui, il faut insister sur ce point précis, Led Zeppelin n'était pas un clone de lui-même qui se recopiait, se déclinait et se parodiait soir après soir devant des foules en délire, non, c'était avant tout un groupe qui jouait avec son âme et ses tripes et cela influait sur les prestations du band, à chaque fois différentes. Gallows Pole joue dans le même état d'esprit, menés de main de maître par leur guitariste soliste et chef d'orchestre Franco Cravotta qui, derrière son petit sourire décontracté, cache une rigueur et une implication personnelle de chaque instant. Un engagement qu'il réclame également à ses troupes. Il a fallu des années pour que ce groupe belge soit enfin reconnu et pourtant il y a encore des gens qui font la sourde oreille préférant privilégier la prestation de clones physiques au détriment du vrai talent et c'est bien dommage car Gallows Pole mérite les plus belles scènes, les endroits les plus réputés pour s'y produire. Alors de ce concert, je ne parlerai que de deux chansons. La première c'est " The Battle of Evermore " pour laquelle Debbie Bonham rejoint le groupe sur scène pour endosser le rôle de Sandy Denny, la défunte chanteuse de Fairport Convention qui apparaît sur la v.o. du quatrième album de Led Zeppelin. Avec un Jacques Estievenart, au sommet de son art, dans le rôle ô combien difficile de Robert Plant, le duo va sublimer la chanson portée par des musiciens en état de grâce qui vont faire de ce moment un instant éternel pour lequel le déplacement à Frameries valait la peine. Nous avons touché au sublime. Merci Messieurs. Le second morceau que je voudrais mettre en avant c'est le très controversé " All My Love " extrait du dernier album de Led Zeppelin, un album qui fait polémique car il est porté à bout de bras par un John Paul Jones pratiquement seul pour assurer le boulot alors que Jimmy Page et John Bonham semblent s'en désintéresser complètement. Mais cette chanson me touche, elle est Belle parce que c'est l'au revoir d'un père à son fils décédé, pas un adieu non, simplement un au revoir, comme une sorte de paix qui s'installerait dans l'âme de Robert. Malgré tout ce qui entoure cet album, le public de ce soir va pratiquement en faire son morceau favori en le reprenant acapela pendant de longues minutes. Que dire encore ? Oui, juste un petit bémol personnel, mais si les gens qui viennent aux concerts pouvaient fermer leurs grandes G****** en signe de respect quand les musiciens jouent, qu'est ce que ce serait bien, pour raconter vos conneries, le bar c'est dans le fond, alors restez-y svp. Il y aurait dû y avoir le fameux " Bron-Yr-Aur Stomp " qui est malheureusement passé à la trappe mais cela ne ternit en aucun cas la qualité de la prestation de Gallows Pole, ni des groupes qui ont fait de cette soirée un instant magique.

Mitch " ZoSo " Duterck


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Concerts-Review 34037 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte