Magazine Culture

Lion : le chef d’œuvre de Garth Davis, outsider surprenant des Oscars

Publié le 29 mars 2017 par Efflorescenceculturelle
Lion : le chef d’œuvre de Garth Davis, outsider surprenant des Oscars

Lion, film de Garth Davis, sélectionné parmi les pépites de cette année à la cérémonie des Oscars, nous a ému, ébloui, inspiré.

Synopsis : Un jeune enfant indien, du nom de Saroo, se perd à plusieurs milliers de kilomètres de chez lui, dans la grande ville de Calcutta, alors qu'il accompagnait son frère au travail. Voué à lui-même, puis ensuite confié à un orphelinat, il est adopté par une famille australienne, où il passe ses jeunes années, puis son adolescence. Tourmenté par son passé, il fait tout pour retrouver sa famille biologique.

Lion, sorti le 22 février dernier, offre dès les premières secondes, une vue imprenable sur les contrées indiennes les plus somptueuses, mais ne se concentre pas exclusivement sur l'exotisme du pays asiatique, donnant à voir une réalité de misère, de pauvreté et de cruauté, dans un monde à part, qui voit disparaître plus de 50 000 enfants chaque jour.

Parmi eux, Saroo Brierley, né en 1981, perdu loin de chez lui, démuni, se retrouve en Australie, et écrit alors des années plus tard son autobiographie A Long Way Home, dont ce film est l'adaptation. Très médiatisée, cette extraordinaire aventure inspire Garth Davis, qui décide d'en faire un film unique. Il assiste alors aux retrouvailles entre la mère biologique du jeune homme et sa mère adoptive, au cœur de Ganesh Talai son village natal, prenant part à cette histoire poignante.

A la hauteur du petit Saroo, interprété par Sunny Pawar, luttant à la fois contre sa solitude et contre les autres, la caméra retrace cette épopée, cette quête de l'impossible. Les plans s'enchaînent rapidement, les événements aussi, puis les ellipses temporelles nous propulsent enfin vingt ans plus tard, à la rencontre de Dev Patel, acteur au talent incontestable, déjà admiré dans Slumdog Millionaire et Chappie.

Lion est un film qui, en plus de porter son regard sur une famille qui vouait sa vie à l'adoption, raconte une quête des origines obsessionnelle, indispensable pour son héros, devenu d'autant plus conscient du manque qui le guide. La justesse de l'interprétation du protagoniste dans ses scènes de décadence et d'espoir, alors que les difficultés se succèdent, donne au film une force émotionnelle qui porte le spectateur au cœur même de la vie de Saroo Brierley.

Le film se fait long, parfois, côté australien, mais ne perd jamais vraiment le spectateur. La bande originale, composée par Dustin O'Halloran et Hauschka, accentue la dimension dramatique du film, et parvient à conserver cette énergie initiale.

Nominé dans six catégories à la 89e cérémonie des Oscars, Lion, malgré sa puissance esthétique et émotionnelle, repart sans récompense, mais s'inscrit inévitablement dans les grands films de cette année 2017.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Efflorescenceculturelle 4741 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines