Magazine Cinéma

Les Temps Sauvages

Par Darkstein

de Ian Manook.

Les Temps Sauvages
Suite des aventures de Yeruldelgger, le flic sombre et torturé des steppes mongoles et de son équipe tout aussi malmenée.

On passera sur la couverture qui fait penser à un vieux S.A.S. ; et si l’on passe outre les caractères passablement désagréables des personnages – agressifs, violents, stéréotypés, l’intrigue est assez prenante quoi qu’échevelée. Alors, oui, la dichotomie modernisme – traditions symbolisées par les relations entre Oyun et ses acolytes du commissariat et Yeruldelgger et Solongo de l’autre, mais aussi représentatif de l’esprit qui agite la Mongolie ; quelques passages qui auraient eu leur place dans un carnet de voyages ou un livre de pensées plus que dans un polar. Bref, une suite plutôt brouillonne, qui nous emmène de la Mongolie à Paris en passant par la Russie, et c’est bien dommage.



Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Darkstein 118 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte