Magazine Culture

14-18, Albert Londres : «La canonnade tonne un peu partout.»

Par Pmalgachie @pmalgachie

14-18, Albert Londres : «La canonnade tonne un peu partout.»
La prise de la cote 1248
(De l’envoyé spécial du Petit Journal.) Salonique, 26 mars. (Retardée dans la transmission.) Qu’au milieu de ses victoires la France n’oublie pas ses soldats lointains devant les villes, les villages et les habitants qui retournent à la patrie, la terre inconnue qu’enlève l’armée d’Orient ne pèse certainement pas lourd, mais que votre juste joie ne rende pas ingrate votre pensée. Sinon pour le sol, du moins ceux qui le gagnent, portez-vous un peu vers Salonique. Il est ici des Français qui, pendant qu’on reprend leur propre département, souffrent et signant pour arracher un kilomètre de Macédoine. L’ennemi, inquiet de notre offensive, ameute toutes ses forces ; il a fait revenir des Turcs qui, à la nouvelle prise de Bagdad, s’étaient mis en route vers leur pays ; il a lancé des Allemands en contre-attaques continuelles et il a rassemblé encore plus de Bulgares. L’ennemi dont je parle est l’état-major allemand qui commande contre Salonique. La pression que les Alliés firent depuis un an sur les Allemands en France compte dans la décision de leur retraite ; les coups que les Alliés d’Orient assènent sur les Balkaniques pèsent aussi sur leur résistance. Les Bulgares ne sont plus des conquérants mais des assiégés. Nous avons commencé à l’ouest, un matin, entre les deux lacs Presba et Cakrida, nous avons fait tonner le canon, ils sont accourus trois jours après ; nous nous sommes élancés au-dessus de Monastir, nous avons enlevé la cote 1248, ils sont accourus. Comme ils sont plus nombreux, ils ont repris la cote, puis nous la leur avons reprise. Alors ils asphyxièrent et brûlèrent Monastir ; ils lui disaient leur adieu de barbares, aujourd’hui la canonnade tonne un peu partout.
Le Petit Journal, 10 avril 1917. 14-18, Albert Londres : «La canonnade tonne un peu partout.» La Bibliothèque malgache publie une collection numérique, Bibliothèque 1914-1918, dans laquelle Albert Londres aura sa place, le moment venu. Isabelle Rimbaud y a déjà la sienne, avec Dans les remous de la bataille, le récit des deux premiers mois de la guerre. Et Georges Ohnet, avec son Journal d'un bourgeois de Paris pendant la guerre de 1914, dont le dix-septième et dernier volume est paru, en même temps que l'intégrale de cette volumineuse chronique - 2176 pages dans l'édition papier.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pmalgachie 8645 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines