Magazine Culture

Hanté, James Herbert

Par Maliae

Hanté, James HerbertRésumé : David ne croit pas aux fantômes. Rationaliste convaincu, il met un point d’honneur à démasquer les faux médiums et à attribuer des causes naturelles aux prétendus phénomènes paranormaux.
Mais un véritable mystère plane sur la vieille demeure d’Edbrook et, pour la première fois, David se heurte à l’inexplicable. Pour la première fois? Dans son acharnement à nier tout ce qui relève du surnaturel, ne cherche-t-il pas finalement à oublier ce qui le hante depuis l’enfance ?

Avis : Ce livre est plutôt cliché. On est face à un homme : David Ash dont le passé continue de le traumatiser, des années plus tard. David est sombre, alcoolique, et bien décidé à montrer que les fantômes n’existent pas. Qu’il y a des explications rationnelles pour tout. Un jour, il va se rendre à Edbrook pour une mission. Edbrook est une maison isolée de tout (propice à la hantise, j’ai envie de dire). Ses habitants sont étranges, et pleins de secrets. Bref, c’est du déjà vu et pas très original dans la construction.

Mais ça fonctionne quand même, je me suis laissée transporter par l’histoire, je n’étais pas vraiment effrayée mais plutôt curieuse de savoir où nous emmenais l’auteur. J’avoue que la famille de la maison me mettait mal à l’aise, bien plus que les « fantômes » qui hantent la maison. Ils ont pleins de secrets et des petits jeux qui virent très très vites malsains. L’ambiance un peu glauque se plante presque tout de suite, David est entrainé dans la hantise de la maison et va chercher la solution à ce qu’il s’y passe, un peu au péril de sa santé mentale.

En même temps on a l’histoire de Kate et d’Edith, qui s’articule autour de David. Edith est médium et sent comme un appel à l’aide de la part de David, elle va tenter de prévenir Kate, mais celle-ci va être assez peu à l’écoute. Persuadée que David saura s’en sortir seul. Leur présence permet d’en apprendre plus sur David et sur ses capacités, mais coupent un peu le récit. C’était intéressant, mais je n’ai pas trouvé que ça apportait grand chose à l’histoire.

C’est bien écrit, même si j’ai trouvé la traduction du livre plutôt maladroite par moment.
La fin, sans être hyper surprenante, m’a bien plu (et j’avoue je ne m’attendais pas à tout) et l’originalité tient dans la façon de jouer avec les mots. C’était une lecture bien sympa, pas très effrayante, mais distrayante et facile à lire.

Advertisements

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Maliae 1300 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines