Magazine Culture

Message From de King de Fabrice Du Welz, la critique du film vu en Avant-Première

Publié le 13 avril 2017 par Framboise32

Message From de King de Fabrice Du Welz,  la critique du film vu en Avant-Première

Message From the King est un thriller Britannique-Français-Belge réalisé par Fabrice Du Welz avec Chadwick Boseman, Luke Evans, Teresa Palmer, Natalie Martinez, Tom Felton, Alfred Molina, Jake Weary, Kirsty Hill, Dale Dickey, Ava Kolker, Chris Mulkey

Synopsis : En provenance de Cape Town, Jacob King débarque à Los Angeles à la recherche de sa sœur disparue.
Avec un billet retour pour l’Afrique du Sud sept jours plus tard, et 600 dollars en poche.
Au bout de 24 heures, il découvre que sa sœur est morte dans des circonstances étranges…

Les infos 

Le scénario est co-écrit par Oliver Butcher et Stephen Cornwell.  Trois ans après avoir sorti deux films dans la même année Colt 45 et Alléluia, le réalisateur Fabrice Du Welz revient avec un thriller sombre et violent.  Message from the King est le  1er long-métrage en langue anglaise tourné aux USA du réalisateur belge Fabrice Du Welz, « recruté » pour réaliser ce film.  Chadwick Boseman, déjà attaché au projet, a « validé » lui-même le cinéaste. Message From The King n’est donc pas un projet personnel du réalisateur mais un film de commande (le scénario était écrit depuis près de douze ans)

Lorsque Fabrice Du Welz s’est rendu à Los Angeles, qu’il connaissait peu, le metteur en scène a passé de nombreux mois en repérages à parcourir la ville. Le cinéaste a également été influencé par l’ambiance glauque et poisseuse du Los Angeles des romans de James Ellroy.  Fabrice Du Welz a situé l’action du film principalement de jour. Le réalisateur confie ainsi avoir voulu faire un film « néo-noir » en pleine lumière.

Chadwick Boseman s’est rendu en Afrique du Sud pour en apprendre autant que possible sur le monde de King, son personnage.

Le film sort le 10 mai 2017.  Il est distribué par The Jokers / Les Bookmakers. La Bande annonce est ">">ici

La critique 

Jacob King, sud-africain, débarque à Los Angeles pour retrouver sa soeur. On ne sait pratiquement rien de cet homme solitaire et charismatique. Dans les bas-fonds de la ville, Jacob King va commencer à chercher la vérité. Il va alors minutieusement venger sa soeur. L’homme ne semble avoir peur de rien, ni de personne. Peu bavard, il cherche, affronte, tue, et nous laisse toutefois entrevoir des moments plus humains à l’encontre de sa voisine.

 Avec ce thriller tourné dans les rues de Los Angeles, le réalisateur affiche son amour et son influence pour les polars américains des années 70. Los Angeles est un personnage à part entière dans ce film. La ville de Los Angeles est filmé telle que l’on n’a pas l’habitude de la voir, cosmopolite et crasseuse. Les scènes alternent les plans baignés de lumière et  les univers plus sombres et crasseux mettant en scène des images d’une violence froide.

Les scènes de violence sont filmées d’une manière nerveuse. Le réalisateur filme ces scènes à coup de flash très rapides. Celà accentue le déchainement.Jacob King ne semble avoir aucun scrupule à frapper, torturer et tuer à mains nues ou avec une chaine de vélo. Il est froid et semble prendre de la distance avec toute l’agressivité dont il fait preuve.  Le personnage est intéressant. A aucun moment on n’arrive vraiment à le saisir. Le personnage est énigmatique, fermé, silencieux. On a droit à une belle surprise à la fin du film. A l’instar des mafieux qui sont plutôt caricaturaux et des personnages qui évoluent autour de tout çà. Ce panel de personnages ne nous interessent à aucun moment. On peut aussi regretter le manque d’excès du scénario trop conventionnel. Les dialogues sont inexistants et le peu de conversations ne sont pas intéressantes.

Chadwick Boseman (Get on Up, Black Panther) est l’interprète principal de ce thriller sombre et violent, Jacob King. Il est d’un charisme incroyable. A ses côtés un casting de qualité  Luke Evans (la trilogie du Hobbit, Fast and Furious,  La Belle et la Bête), Alfred Molina ou encore Teresa Palmer, dotés de personnages manquant d’épaisseur. Un peu dommage

Message From the King est un film de « commande ». En cela il manque de personnalité mais reste un polar avec une vrai ambiance et un anti-héros charismatique.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Framboise32 25155 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine