Magazine Cinéma

Pirates des Caraïbes 4 : La fontaine de Jouvence

Par Mrvladdy @mrvladdycrane
Pirates des Caraïbes 4 : La fontaine de JouvencePirates des Caraïbes 4 : La fontaine de Jouvence (Pirates of the Caribbean: On Stranger Tides). 2 heures 20. États-Unis. Aventure - Fantastique - Comédie. Sortie en France le 18 mai 2011 (le 20 mai 2011 aux États-Unis). Réalisé par Rob Marshall avec Johnny Depp, Geoffrey Rush, Penelope Cruz, Ian McShane, Stephen Graham, Sam Claflin, Astrid Berges-Frisbey, Richard Griffiths, Keith Richards, Judi Dench, Gemma Ward, Kevin McNally, Greg Ellis, Oscar Jaenada, Roger Allam, Yuki Matsuzaki, Paul Bazely...

Dans cette histoire pleine d'action, où vérité, trahison, jeunesse éternelle et mort forment un cocktail explosif, le capitaine Jack Sparrow retrouve une femme qu'il a connue autrefois. Leurs liens sont-ils faits d'amour ou cette femme n'est-elle qu'une aventurière sans scrupules qui cherche à l'utiliser pour découvrir la légendaire Fontaine de Jouvence ? Lorsqu'elle l'oblige à embarquer à bord du Queen Anne's Revenge, le bateau du terrible pirate Barbe-Noire, Jack ne sait plus ce qu'il doit craindre le plus : le redoutable maître du bateau ou cette femme surgie de son passé...

Avis écrit le 5 juin 2011.

" - Admets-le. Tu m'aimes encore.
- Si tu avais une sœur et un chien, je choisirais le chien. "

J'avais beaucoup aimé le premier volet de " Pirates des Caraïbes " et même si je les avais trouvés divertissant, le deuxième et troisième volet de la franchise m'avait laissé un avis un peu plus mitigé. Promettant du sang neuf et un nouveau départ qui marcherait sur les traces du premier film, j'avais en tout cas hâte de découvrir " Pirates des Caraïbes : La fontaine de Jouvence " et c'est maintenant chose faite.

J'avais quelques craintes mais je voulais rester confiant et j'ai plutôt bien fait. En effet, dès le début de ce film je me suis laissé embarquer dans cette nouvelle aventure écrite par Ted Elliott et Terry Rossio. On sent très rapidement la volonté de vouloir revenir à la base de cette franchise, à ce qui en a fait son succès, à savoir un habile mélange d'aventure avec de l'humour et un soupçon de fantastique.

La romance lourdingue qui plombait largement les deux derniers longs métrages en date se retrouve ici bien plus discrète, bien mieux amené afin de principalement se recentrer sur une aventure totalement décalée qui nous permet de nous évader. Les fondamentaux c'est aussi recentrer l'action sur un Jack Sparrow qui s'était quasiment effacé la dernière fois qu'on l'avait vu.

Le scénario, bien écrit, à bien compris qu'il était le principal intérêt de cette franchise du coup cette fois ci les rôles secondaires sont relégués à ce qu'ils doivent être à savoir... des rôles secondaires. Bien qu'assez prévisible on aurait sans doute gagner à voir le côté fantastique prendre un peu plus le dessus même si je suis en revanche satisfait de voir que ce film et un peu moins sombre et colle mieux à ce que j'attends d'un divertissement sans prise de tête de cet acabit.

Ainsi, on peut aussi regretter ladite fontaine de Jouvence qui apparait sous exploité tout comme le repaire des sirènes surtout que le film s'emballe réellement à partir du moment où elles apparaissent à l'écran. Juste avant tout cela, on a une histoire qui cherche à bien faire, peut-être trop parfois. Du coup par moment il y a une petite baisse de rythme mais qui n'a pas gâché mon plaisir tant j'ai aimé retrouver cet univers.

Est-ce que ce départ tardif sera préjudiciable pour moi lors d'un second visionnage ? L'avenir me le dira mais en tout cas mes craintes ont vite laissé place à de l'amusement et en ce point l'objectif a été atteint. Au passage, après le générique de fin il y a une petite scène bonus pour ceux que ça intéresse qui n'apporte absolument rien (elle peut même apparaître ridicule) mais qui pousse le plaisir de la séance jusqu'à la dernière seconde.

Devant la caméra, Johnny Depp nous revient au sommet de sa forme. C'est dommage quand on voit l'étendu de sa carrière de voir que ce rôle à un peu trop tendance à lui coller à la peau mais il faut dire qu'il incarne Jack Sparrow de si bonne manière, qu'après quatre film, on ne voit vraiment personne d'autre que lui pour interpréter ce personnage déjanté dont une grosse partie de la touche comique du film est sur ses épaules.

J'ai bien aimé aussi retrouvé Geoffrey Rush qui fait lui aussi comme toujours un excellent Barbossa qui se paie même le luxe de voir son personnage évoluer, prendre des risques... Cela aurait pu être casse gueule mais l'acteur est impeccable jusqu'à la fin. Avec Keith Richards qui revient le temps d'une excellente scène pour jouer le père de Sparrow, il n'y a qu'eux qui sont rescapés des autres volets et ce n'est pas plus mal.

Ils ont gardés les plus intéressants afin de mieux apporter de la nouveauté et même si j'apprécie Keira Knightley, je suis content de voir qu'elle ne figure plus dans la distribution de cette franchise ainsi qu'Orlando Bloom car leurs personnages respectifs ne pouvaient vraiment plus rien apporter tout en contribuant grandement à ralentir la saga.

Parmi les nouvelles têtes, Penelope Cruz s'en sort très bien. J'étais sceptique quant à sa présence dans ce long métrage mais elle m'a vite fait taire elle aussi en livrant une très bonne prestation dans son rôle d'Angelica. Elle représente comme toujours très bien le côté glamour et tempérament de feu qui est nécessaire à son personnage sans jamais que cela soit dérangeant. J'ai aimé la folie de son jeu parfaitement maitrisé qui sait ce faire plus sérieux quand la situation l'exige.

Ian McShane est excellent aussi en Barbe Noire. Le personnage m'apparait un peu complexe dans sa relation avec Angelica mais j'ai bien aimé découvrir un nouveau méchant dans la franchise. C'est dommage toutefois qu'il apparaisse un peu tard mais une fois installé, le comédien dégage une grande présence à l'écran qui n'est pas pour déplaire.

La française Astrid Berges-Frisbey (que j'ai découvert récemment pour la première dans " La fille du puisatier " de Daniel Auteuil) n'a pas à rougir non plus. Certes son jeu est très léger contrairement au reste de l'équipe mais cela va à ravir à son personnage qui dégage une naïveté et une innocence que j'ai trouvé très appréciable tandis que c'était moins le cas chez ses autres amies les sirènes.

En revanche, j'ai vraiment eu beaucoup de mal avec Sam Claflin en Philip Swift qui m'est apparu très fade. Est-ce que ça vient de son jeu ou du vide de son rôle qui est plombé par une romance encore plus niaise que celle de Keira Knightley et Orlando Bloom par le passé ? Je ne sais pas mais en tout cas c'est celui qui m'a le moins convaincu. Limite si je ne lui préfère pas celui qui joue le roi d'Espagne de façon très simple frôlant même le ridicule. Le reste du casting est bon en tout cas et j'ai apprécié aussi les apparitions de Richard Griffiths qui fait un bon roi George II ainsi que Judi Dench dans une scène à bord d'une calèche qui m'a bien fait rire.

Derrière la caméra, Gore Verbinski a passé le relai à Rob Marshall. Ce dernier s'en sort bien avec une mise en scène correct qui montre bien qu'une nouvelle étape est franchie dans la saga tout en restant fidèle à ses origines. C'est fluide, très agréable à regarder et les décors nous font toujours autant voyager.

La réalisation m'a montré un film de pirates comme je les aime avec des décors paradisiaque qui donnerait envie d'être du côté des forbans et d'écumer les Océans à la recherche des plus beaux trésors. Sur ce point d'ailleurs j'aime beaucoup la façon de voir de Jack Sparrow qui est plus intéressé par le jeu de piste, la recherche, la course, le voyage en mer, la liberté... que par la fontaine de Jouvence en elle-même. C'est un peu dans cet état d'esprit que je me trouve quand je regarde un pirate des Caraïbes et j'ai aimé retrouver cette atmosphère surtout qu'au final même si on se doute de la fin, l'issue nous importe guère c'est surtout l'évasion qu'on apprécie.

Un grand soin a été apporté sinon aux différents costumes. Je les ai trouvé moins " policé " et stéréotypé que ceux du troisième volet. Ici, ils reviennent encore à la même base que le premier volet et ce n'est pas plus mal. Les effets spéciaux sont réussis sinon et visuellement je n'ai pas grand-chose à en redire.

Ayant vu le film en 2D, je ne parlerais pas de la 3D. Je ne voulais pas le voir en 3D car je continue de penser qu'à ce jour ce procédé est un gadget pompe à fric et pour le moment, rare sont ceux qui ont su vraiment l'exploiter (" Avatar ", " Meurtres à la Saint Valentin "...). J'ai pas l'impression d'avoir raté grand-chose en tout cas et je ne suis pas sûr de son utilité mais bon là, ceux qui l'ont vu en 3D seront plus objectifs que moi pour en parler.

La musique de Hans Zimmer fait toujours son effet sinon et je suis content de retrouver le fameux thème phare de la franchise qui va comme un gant à ses films. J'apprécie grandement ce thème que j'aime d'ailleurs écouter de temps en temps et qui prend une toute autre ampleur lorsqu'il va de pair avec le long métrage.

Pirates des Caraïbes 4 : La fontaine de Jouvence

Pour résumer, " Pirates des Caraïbes 4 : La fontaine de Jouvence " a vite su balayer mes craintes pour revenir à ses acquis et ce n'est pas plus mal. Sans dépasser le premier volet qui reste le meilleur (et de loin), j'ai quand même eu le droit à un spectacle plaisant qui mélange bien aventure et humour malgré un début peut être un peu trop tardif. La saga repart de plus belle en tout cas et j'ai bien aimé découvrir ce film sur grand écran que je reverrais avec plaisir.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Mrvladdy 217 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines