Magazine Culture

Sounds and Booze #1 : la leçon de boisson du Limonadier

Publié le 18 avril 2017 par Le Limonadier @LeLimonadier
Sounds and Booze #1 : la leçon de boisson du Limonadier

Il n'y a pas si longtemps, on vous proposait un petit jeu sympatoche pour égayer votre gueule de bois, et vos multiples vomis du lendemain. Aujourd'hui, on s'est dit qu'on allait vous accompagner dans vos futures préparations alcoolisées, que vous ressortirez tout bientôt sur un trottoir quelconque certes, mais avec classe (effet cocktail oblige). Le concept est simple : une recette de cocktail au poil + un titre tout à fait adéquat pour vous ambiancer. Et voila, c'est l'heure de votre petite leçon de mixologie bon son and booze made in Limonadier. Cheers.

On commence par un grand classique, le Cuba Libre

Pour consommer proprement ce cocktail inventé plus ou moins par accident par des soldats ricains basé à Cuba il vous faut :

6cl de rhum blanc
Du Coca (ou du Pepsi si vous êtes des hérétiques)
Un quartier de citron vert
De la glace

On remplit son verre de glace, on ajoute le rhum, le Coca (respectez-vous, choisissez le Coca) on finit par le citron vert pour le petit coté fancy. Une fois que votre verre est prêt, posez votre boule au soleil, mettez votre paire de Ray-Ban, votre panama et vos chaussures bateau. Ça va, vous êtes bien installé dans votre personnage de colon ? Il ne manque que la touche finale #pressplay :

" El Cuarto de Tula ", Buena Vista Social Club

On reste dans les long drinks (et la période coloniale) avec le MOJITOOOOO.

Et on a deux surprises pour vous parce 1) le mojito était le cocktail préféré d'Ernest Hemingway et ça, ça claque, tout en faisant une bonne anecdote pour briser la glace, ou avoir l'air d'un gros relou je-sais-tout, c'est quitte ou double et 2) personne n'a en fait la moindre idée de comment faire un vrai mojito. Recette donc :

6cl de gin
1,5cl de Punt e mes (vermouth italien, on vous a dit qu'on la jouait classe sur ce coup)
1,5 cl de jus de citron
1,5cl de sirop de canne
1 trait de vermouth doux
Eau gazeuse
Quartier d'orange
De la glace

PAS DE RHUM PUTAIN. ET PAS DE MENTHE. Vous aussi vous êtes sur le cul, hein ?

Ensuite, si vous êtes dans le bon mood et que vous souhaitez vous la jouer barman sérieux (ou mixologiste comme on dit aujourd'hui, oui oui) vous sortez un shaker, un filtre, l'eau de Seltz, blablabla... En vrai vous mélangez le tout un peu n'importe comment, en mettant trop de sirop de canne parce personne n'a le temps de mesurer 1,5 cl de quoi que ce soit. De toute façon on vous le répète, tout ça va finir sur le trottoir. Une fois votre breuvage mixé dans le saladier en faïence de mamie, servez vous de grrrrraaaands verres à la louche, façon punch. Posez, là aussi, votre cul au soleil, avec les mêmes accessoires que précédemment, un livre d'Hemingway sous le bras en plus pour la touche intello. Et on #pressplay :

Whiskey (sans glaçons, mais avec de l'eau, et Jeffrey, dégage avec ton seau stp)

" The Royal Mile ", The Black Watch

Eh oui, mettre des glaçons dans du whisky, c'est un truc d'amateur, ça ruine le goût. Par contre, mettre un trait d'eau à température ambiante ça " ouvre les arômes " #bullshitdebistrologiste. Décidément vous apprenez plein de choses aujourd'hui, hein ?
On vous épargne cette fois-ci les indications sur comment verser du whisky dans votre verre, à priori vous devriez vous en sortir. Pour ce qui est de la bande son de votre drink, là, ça se complique. Le whisky a été inventé en Irlande ou en Écosse (dontl es habitants se tiennent chauds comme ils peuvent) et pour aller avec, quoi de mieux qu'une bande de Scots en kilts traditionnels ? +1 pour le nom de l'orchestre qui rivalise avec les potos de Jon Snow.

Histoire de vous gâcher votre journée par une image non souhaité, sachez qu'un kilt bien porté est un kilt sous lequel il n'y a rien et qu'en Écosse, il y a du vent. Beaucoup de vent. On garde les yeux bien fixés sur la cornemuse.

" Japan Night ", Suken

Néanmoins, bien que les origines du whisky se trouvent en Grande-Bretagne, certains des meilleurs whiskies produits aujourd'hui sont japonais. Et le son qu'on vous propose avec ce petit verre de single malt est beaucoup plus funky :

(Polo & Pan &) Piña Colada

C'est le cocktail qui divise la Terre entière : est-ce que c'est super bon ou vraiment dégueulasse ? Même question pour le son qui l'accompagne, un petit titre de la nouvelle scène électro pop française (là aussi, les avis sont partagés et le Limo a répondu à la question : la chanson française est destinée à être à chier ?). On prend vos avis juste après la dégustation en musique.

4,5cl de rhum Foursquare (épicé)
6cl de jus d'ananas
3cl de crème de coco

" Dorothy ", Polo & Pan

Vous prenez la glace, vous ajoutez le rhum, la crème de coco et vous filtrez (qui filtre ses cocktails on vous le demande ? Et ceux qui le font, pourquoi ? Qui etes vous ? On souhaiterais mieux vous connaitre svp). Une fois que vous vous êtes versé ce cocktail (dans un verre à vin, paraît-il), il vous suffit de #pressplay pour participer à notre grand sondage et nous dire si oui ou non ce mix Polo & Pan & Piña Colada vous file la gerbe.

L'infâme vodka coca

Pour terminer cette leçon, on vous balance une pépite. Vous le connaissez, il vous répugne un peu et pourtant, vous en buvez régulièrement. Pourquoi tout le monde consomme ce mélange, alors que sans hésitation : c'est dégueulasse et pas du tout fait pour aller ensemble ? Hé bien parce que le vodka coca, c'est LE cocktail de la hess, celui que tout le monde sirote en grimaçant en fin de soirée, quand tout le reste a été bu et que les vomis et autres comas se multiplient. C'est aussi LE cocktail de votre jeunesse, alors profitez en tant que vous le pouvez encore.

" Les Lacs du Connemara ", Michel Sardou

Pour le préparer c'est facile, on soupire un grand coup et on verse ce qu'il reste de la Zubrowska dans son verre en plastique rempli de Coca (en plus l'alcool va surnager, slurp). A ce moment-là, dans une pièce sombre où plusieurs des invités se sont endormis alors que l'hôte commence à ranger (s'il n'est pas lui-même en train de gerber), à ce moment fatidique retentissent les premières notes d'un morceau tout aussi infâme que votre cocktail. Aussi connu sous le nom de " signe universel qu'il est temps d'appeler un Uber " (sauf si vous êtes Lillois, sourd, ou masochiste c'est kiff kiff), je vous le donne en mille :

On vous laisse à vos préparations, doigts qui collent et plus si affinité. Et on vous dit à bientôt pour plus d'alcool et de son. C'était le Limonadier, bisous les moches.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Le Limonadier 20017 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines