Magazine Cinéma

05-12-16 Three

Par Ravages Blog @ravagesblog
05-12-16 Three
 THREE, le dernier film de Johnnie To cache un projet de mise en scène qui se révèle dans une séquence finale d'échange de coups de feu (d'ailleurs le seul gunfight du film) dantesque. Simulant un plan séquence de plusieurs longues minutes, la scène offre une vision inédite de la pesanteur, que ce soit le poids des corps ou des morales. Mais alors que le film établit longuement ses règles (multitude des personnages et des points de vue, antagonisme partout) et prépare à une explosion qui viendrait combler les brèches du récit et faire enfin sens, cette fameuse séquence d'action vient au contraire tout foutre en l'air, littéralement ! Incroyable perception cinétique qui fait coexister temps réel, temps accéléré et ralenti dans un seul et même plan. C'est assurément un moments forts, épique, mémorable. C'est l'une des plus belles scènes de démolition, que ce soit de décors, de personnage ou d'intrigue. C'est un acte de bravoure complètement malade, justement à sa place dans le milieu hospitalier.
C'est aussi un immense plaisir ludique, à l'image des derniers films de Del Toro et de Tarantino, où il s'agit moins de citer que de rendre hommage. On pense évidemment à Une balle dans la tête de John Woo, qui aurait pu en être le sous-titre (le sujet du film tourne autour de l'extraction ou non d'une balle depuis la boîte crânienne d'un bandit). On pense à "l'esthétique du gunfight" aussi. On pense également à Tsui Hark et son inventivité plastique. Bref, c'est une véritable "craniectomie" comme il en est question dans le film, mais une craniectomie que le réalisateur opère sur lui même, extrayant ses références, ses filiations, comme pour se définir, à l'image de la doctoresse dans le film (une des "Three" protagonistes) qui est étrangère de nationalité et qui révélera encore chercher sa place. Partout, des trous et des pansements sur les têtes où il est inscrit, au feutre: No bone. Pas de filtre, donc pour accéder directement à la mémoire vive du cinéaste.
Le film, plutôt que de faire sens, bouscule tout, fout tout en l'air de la plus belle des manières qui soit. Le semblant d'ordre qui en résulte (l'antagonisme se mue en autre chose, une sorte de complémentarité in extremis) et l'épilogue lugubre achèvent de donner à ce film l'allure d'une pathologie sévère et irrémédiable.
Irrécupérable, certes. Mais inoubliable.


 ******
Three (San ren xing): IMDBDate de sortie: 24 juin 2016 (Chine)De Johnnie ToAvec Wallace Chung, Louis Koo, Wei ZhaoSynopsis et détails: Un voyou se fait tirer dans la tête par un policier en raison d'un manque de communication lors d'un interrogatoire et est emmené à l'hôpital. Dans l'hôpital, il revendique le droits de refuser l'intervention pour enlever la balle dans sa tête afin d'attendre pour que sa bande le sauve. Le détective en charge découvre son projet et décide de jouer le jeu de manière à capturer toute sa bande. 

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Magazines