Magazine Amérique latine

La Cour suprême se heurte à forte résistance [Actu]

Publié le 06 mai 2017 par Jyj9icx6

La Cour suprême se heurte à forte résistance [Actu]

Avec son habituel sens de l'humour, Página/12 traite l'arrêt de la Cour suprême
comme une réclame de supermarché :
le logo vante "2 pour le prix d'1, promo réservée aux criminels contre l'humanité"


En décidant d'appliquer une loi révoquée concernant les remises de peine aux détenus ayant purgé plus de deux ans de prison préventive avant leur passage en jugement, selon le principe selon lequel tout jour d'incarcération compte double à compter du début de la troisième année de détention, la Cour suprême nationale argentine s'est aliéné de nombreux simples citoyens, des militants des droits de l'homme, des militants politiques, des intellectuels de tous poils et même, ce qui est plus étonnant, plusieurs procureurs qui contestent la constitutionnalité de l'arrêt. Un comble puisque la Cour suprême est institutionnellement l'interprète de la Constitution nationale !
Dans les quarante-huit heures qui ont suivi la publication de l'arrêt de la Cour, plus de 200 condamnés pour crimes imprescriptibles, des tortionnaires de la dictature militaire de 1976-1983 et des voleurs d'enfants pour raison politique, ont demandé à bénéficier de la mesure accordée par le Haut Tribunal à un tortionnaire qui avait, de toutes façons, fini de purger sa peine. C'est ainsi un déluge de requêtes qui s'abat sur les cours pénales dans tout le pays.
Au premier rang des opposants à cet arrêt qui ressuscite une loi abolie depuis 2001, l'association Abuelas de Plaza de Mayo qui, dès hier, demande une protection policière particulière pour l'un des 122 enfants volés, désormais identifiés, dont le "père adoptif" frauduleux, un homme très violent dans le cadre familial, pourrait sortir de prison dans ces circonstances et se retourner contre lui, qui a dénoncé devant la justice les sévices dont il avait été victime dans sa jeunesse dérobée à sa véritable famille, maintenant retrouvée. D'autres personnes, identifiées elles aussi au terme d'une recherche ADN, sont dans le même cas et affrontent le même danger.

La Cour suprême se heurte à forte résistance [Actu]

L'affaire fait le premier gros titre, juste au-dessus de la photo de Messi
Cliquez sur l'image pour une haute résolution


Une députée nationale de l'opposition, Victoria Donda, présidente de la commission Droits de l'Homme à la Chambre des Députés, au Congrès de la Nation, a donné à ce sujet une interview à la chaîne de télévision en ligne de La Nación : sa commission va devoir travailler pour remédier à la situation, dangereuse, créée par l'arrêt de la Cour suprême.
La couverture médiatique de l'affaire est impressionnante et impressionnant aussi l'écho très défavorable que la décision trouve dans tout le spectre politique, y compris chez l'un des responsables de la jeunesse libérale au sein du parti PRO, celui du président Mauricio Macri dont le silence à ce sujet émeut beaucoup de monde, lui qui avait promis de maintenir la politique de répression pénale des crimes de la dictature (voir aussi mon précédent article sur le sujet).
Le chanteur Sting, qui vient de donner un concert à Buenos Aires dans le cadre de sa tournée, est allé rendre visite à l'association Abuelas de Plaza de Mayo pour apporter son soutien très médiatique à leur lutte pour les droits de l'homme et la récupération de leurs petits-enfants volés en bas âge et aujourd'hui des adultes en pleine force de l'âge.
Pour en savoir plus : lire l'article de Página/12 sur la multitude de requête en réduction de peine suscitée par l'arrêt de la Cour suprême lire l'article de Página/12 sur le soutien apporté par Sting à Abuelas lire l'article de La Prensa sur la demande de protection pour un homme adopté frauduleusement par un sbire de la Dictature et que la libération de son père adoptif mettrait en danger de représailles violentes lire l'article de La Nación sur l'accumulation des requêtes en remise de peine lire l'interview de la députée Victoria Donda, petite-fille retrouvée et parlementaire nationale (l'interview est aussi disponible en vidéo intégrée au même article) écouter et regarder (toujours sur le site de La Nación) l'interview vidéo de Pedro Roberto, sous-secrétaire de la Jeunesse au PRO, au ton délibérément neuf dans cette famille politique dont les caciques, plus âgés, ont nettement plus d'indulgence pour les tortionnaires de la Dictature. On voit nettement ici l'évolution de la population argentine à ce sujet et la résolution progressive du problème politique créé par le putsch des militaires en 1976. Clarín ne semble guère intéressé par cette actualité.
Aucun des tortionnaires ou voleurs d'enfants poursuivis et/ou déjà condamnés n'a jamais exprimé de regret concernant ses actes criminels pendant la Dictature. La plupart d'entre eux ne reconnaissent pas la légitimité du tribunal qui les a condamnés, comme le prouve jusqu'à la caricature la démarche effectuée récemment par un accusé en passe d'être jugé auprès de la Nonciature apostolique pour obtenir l'asile politique au Vatican (l'homme se considère persécuté par un Etat qui ne respecte pas les droits de la défense et il se réclamait donc du droit d'asile avec un cynisme inouï). Le nonce a ignoré sa demande.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jyj9icx6 2740 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte