Magazine Culture

No return...

Publié le 07 mai 2017 par Pascal_oudot

Pour rien au monde je ne voudrais revivre mon enfance ou mon adolescence, recommencer quoi que ce soit de ma vie jusqu'à aujourd'hui. Je n'ai aucune nostalgie, aucun regret, aucun remord...

Ce n'est pas totalement vrai. Mais c'est anecdotique. Il y a bien quatre ou cinq moments que j'aurais voulu pouvoir changer, quatre ou cinq choses qui me hantent encore aujourd'hui alors qu'elle n'ont eu aucun impact, quatre ou cinq hontes que j'effacerais volontiers car elles me transpercent souvent et me font pleurer. Pourtant il ne s'agit qu'un ou deux actes sans conséquence, quelques paroles maladroites ou méchantes que je n'aurais jamais dû prononcer. Mais chaque fois que j'y pense, et c'est très souvent, je reste tétanisé par ce que me reproche ma conscience. On ne peut rien changer, c'est très bien d'ailleurs, nous sommes ce qui nous a construit et nos erreurs en font partie. Je me rassure en me disant qu'il vaut mieux être conscient de ses actes, ses paroles, ses pensées, ses omissions, plutôt qu'ignorant et inconscient de la portée de ce que nous faisons, disons, pensons, omettons. Mais notre responsabilité est alors terrifiante. Je suis souvent terrifié.

En revanche, c'est étrange, mais je suis nostalgique de choses que je n'ai pas vécues et qui se sont passées depuis ma naissance. Aucune chance pour moi d'avoir pu faire ce que je regrette de n'avoir pas fait - ce qui est je veux bien l'admettre le comble de l'absurdité -. La plupart de ces choses concerne la musique, cela ne vous étonnera peut-être pas. J'aurais par exemple voulu être à Woodstock (j'avais huit ans!), peut-être emmené par des parents hippies... Il est clair que le reste de ma vie eut été autre.

No return...


J'aurais aimé aussi assister à un concert de Deep Purple en 1972. J'aurais aimé passer quelques mois à Londres dans les années 66-67... Des vétilles, effectivement. Mais je fantasme terriblement là-dessus! Aller à Liverpool assister au tournage du clip de "Penny Lane", voir les premiers concerts du Pink Floyd...

Bon, ce n'étaient que quelques réflexions d'un vieux monsieur qui se retourne de temps en temps, ne regrette rien, et surtout pas d'avoir connu des époques où la jeunesse était libre de vouloir changer le monde sans agressivité idiote.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Pascal_oudot 42 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines