Magazine Culture

Lorenzo Naccarato, une Komet à Souillac

Publié le 07 mai 2017 par Souillacenjazz

Le Trio de Lorenzo Naccarato s’est produit vendredi 28 Avril , salle Du Bellay à Souillac, dernier concert de la saison d’Hiver du théatre de l’usine de Saint-Céré en étroite collaboration avec le festival « Souillac en Jazz » .Les trois jeunes et brillants musiciens ont offert à plus d’une centaine d’auditeurs attentifs et captivés une performance musicale originale faite essentiellement de compositions du pianisteLorenzo Naccarato ; le groupe éponyme est né de la rencontre de trois jeunes musiciens en 2012, actifs sur la scène jazz de Toulouse . Leurs parcours universitaires les ont amenés à développer la pratique singulière d’une théorie que le pianiste explique au public dès les premiers morceaux : le Jazz cinématique .Lorenzo Naccarato, une Komet à SouillacDerrière cette dénomination savante se profile la théorie d’un physiologiste français du XIX è siècle :Jules Etienne Maret qui soutient que dans le galop du cheval les phases d’extension supposent toujours le repos d’au moins un membre de l’animal ; c’est l’anglais Muybridge qui en donnera la preuve scientifique en 1878 à l’aide un montage chronophotographique astucieux .Quel rapport , me direz-vous, avec la musique ? Lorenzo Naccarato nous indique que c’est la notion de mouvement, de continuité qui prime dans l’ exploration musicale du groupe. En effet, si les compositions s’éloignent des formats « classiques » du jazz , hérités du swing et des différentes variations du bop, elles s’inscrivent résolument dans les écritures modales plus contemporaines que nous connaissons aujourd’hui ; le public n’a pas manqué de citer à la fin de ce concert des rapprochements évidents avec EST, Avishai Cohen .. on pourrait ajouter Yaron Hermann et toute cette nouvelle veine de trios piano.Continuité donc ; celle notamment de la main gauche du pianiste qui délivre des lignes cycliques envoutantes et magnétiques en ostinatos puissants et assure l’aération du thème . Le jeu d’Adrien Rodriguez est rond et massif  : la contrebasse double souvent la main gauche du pianiste assurant ainsi l’assise harmonique stable du propos. Une complicité toute particulière, fruit d’un travail assidu entre nos trois performers, est surtout lisible entre Lorenzo et Benjamin Naud le batteur ; plus encore percussionniste dans la nouvelle tradition de ces jeunes batteurs de jazz . En totale osmose , en « eye contact » permanent, ces deux-là dialoguent , échangent ; la part belle est de ce fait laissée aux futs, aux cymbales, aux objets sonores, qui chantent et content une histoire .Benjamin Naud déconstruit les rythmes , jouant des mesures à 7 , 9 ou 11 temps; à quoi bon frapper les temps forts quand on peut le faire un peu .. avant ou un peu … après ? Ce qui résulte de cette complexification du rythme, c’est une forme de déséquilibre permanent qui assure aux pièces une énergie folle et fluide. Elle permet également un travail d’ouverture de l’espace sonore comme lors de ces plages où Adrien peut faire chanter sa contrebasse à l’archet en de puissantes mélopées .On pensera bien sûr à la notion d’ « interplay » fondée par Bill Evans,dans les années 60 ,synonyme d’ intrication des lignes mélodiques et rythmiques de chaque protagoniste du trio , quoique cette expérience fut construite à son époque sur une base mélodique et harmonique très classique .Le trio Naccarato distille cette technique différemment aujourd’hui . On pourra penser également aux trios d’Ahmad Jamal, grand maître de l’espace et du temps ; on retrouve avec nos trois jeunes musiciens cette science de l’espace sonore , et le plaisir facétieux de sans cesse bouger les lignes rythmiques .Le public de Souillac ne s’y est pas trompé qui a chaleureusement applaudi le Trio Naccarato et apprécié la petite perle classique que Lorenzo nous a offert en rappel solo : une délicate barcarolle dédiée à celle qui a initié sa carrière pianistique .Nous ne pouvons qu’être assurés que dans les années qui viennent, ces trois brillants musiciens sauront encore nous ravir de leur talent !Jean-Pierre Kuntz contre-bassiste mais pour le jazz ! en réponse à La Vie Quercynoise
Lorenzo Naccarato, une Komet à Souillac   photos Pierre Ravix
  

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Souillacenjazz 609 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines