Magazine Culture

À l'Orée du Postillon

Publié le 08 mai 2017 par Hunterjones
À l'Orée du Postillon Je vous ai parlé de mon exploration chez les cols bleus sous contractants municipaux. Et ben oui, je travaille (partiellement) pour la ville de Montréal. On livre, on répare, on gosse.
Ça me fait beaucoup rire quand je m'y arrête, moi, réparer de la chose.
Maniant le coffre d'outils. PFF! Rien de plus surréaliste pour quiconque me connaît.
À l'Orée du Postillon J'ai été en formation toute la semaine dernière. Avec Luke & Bo. Plus souvent avec Luke. En quatre jours j'ai fait 41 heures 40 minutes. Pas plus parce que je me suis sauvé vendredi.
pour un temps partiel...enfin...
J'ai fait le mardi avec Luke, puis le mercredi avec Bo. Jeudi et vendredi: Luke. Luke est un vrai col bleu. Un vrai de vrai. Armé d'une fierté imparfaite de col bleu.
"On salue tous les autres employés de la ville qu'on croise, parce qu'ils sont des nôtres..."
À l'Orée du Postillon
"Des nôtres? on est sous-contractant pour la ville...."
"Oui, mais ce sont des travailleurs comme nous..."
"...mais on ne sera pas invité à leur party de Noël..."
"Ils sont des nôtres" a-t-il tranché, non négociable.
Non. Ces gens sont des travailleurs, oui, autant que mon ami J-C, agent d'assurances ou Jake & Chris au gouvernement, ou Dr Brett, Dre D & Dre May ou...batinsse! on travail tous! what the fuck? Je ne saluerai pas ces inconnus pour rien. On est juste une coche au dessus du chômeur après tout!
Luke est d'une fierté EXTRÊME. Vous connaissez le genre, je suis certain. Il te montre les choses en se gardant un large sourire fier parce qu'il sait que tu ne connais pas la réponse. Et que lui, SAIT.
À l'Orée du Postillon
"C'est du 5/8 ou du...7/8?" je demande.
"Qu'est-ce que t'en penses?"
"errr...si je te pose la question, c'est que j'en ai vraiment aucune calisse d'' idée"
"Y en a un des deux qui n'existe pas"
Cette manière de danser sur l'orgueil fini par me ronger les sens.
À l'Orée du Postillon
Je devine que j'avais aussi trois prises contre moi.
-Je ne m'intéresse pas aux voitures
-Je méprise le golf souverainement
-Mon couple est en forme.
Luke voulait me parler de tout ça. Souvent,
Les deux premiers sujets sont des avenues mortes pour moi. La troisième, c'était surtout lui qui voulait en parler. Il se sépare, il y a un jeune enfant d'impliqué, des avocats, des règlements à l'amiable hors cour possible, une ostie de folle, il est au coeur de tout ça. Et m'en jase beaucoup. J'écoute poliment. En supportant plusieurs cigarettes fumées dans le camion (qu'il me fait perpétuellement conduire) alors que c'est interdit (il ouvre la fenêtre, mais ça pue le christ et ne bernerait personne). Il est du genre à s'être trouvé une telle niche qu'il est extrêmement fier de sa position d'autorité face à moi, Je soupçonne qu'il n'a pas eu beaucoup d'autorité ailleurs dans sa vie avant ce travail, car il s'y prend assez mal dans sa formation. Bo y est nettement meilleur. Parce que plus habité d'humilité.
À l'Orée du Postillon C'est peut-être mon côté réfractaire aussi, mais chaque jour, j'ai mentalement pensé à de meilleures manières d'opérer que ce qu'il me montrait. Il a trouvé de bonne augure que je lui ai parlé de certaines idées. Mais en gros, il insistait beaucoup pour me faire comprendre qu'il était le digne guide et moi le petit apprenti. Ce qui était vrai. J'avais quand même l'impression de circuler dans les villes avec un gars qui allait spotter les dépanneurs qu'il allait dévaliser la nuit. Y avait pas de quoi pavoiser comme un paon.
À l'Orée du Postillon
Plus loin, j'ai merdé en fixant quelque chose et un morceau (valeur 5$) neuf a été transformé en perte. Il m'en a voulu secrètement. Je n'y pensais pas du tout quand il m'a dit, des heures plus tard:
"Je te pardonnes pour le bris de tantôt"
J'ai éclaté de rire.
"Je peux te donner 5$ si t'en feras des cauchemars".
À l'Orée du Postillon Il a aussi souvent paniqué à des moments où j'étais tout simplement incapable de le faire. Plus la semaine avançait, plus nos différences se soulignaient à gros traits. Il était à Rammstein ou à Debout les Comiques*, là où je m'imaginais (seul dans mes courses, dans quelques jours/semaines) avec ma musique ou Radio-Canada all day, Parce que ce travail nous fait faire le tour des villes de l'île, plus souvent qu'autrement en solo. On a fait Pierrefonds, Dollards-Des-Ormeaux, en pleine crue des eaux, Lasalle, Pointe-Claire et Beaconsfield. J'ai vu des sacré beaux coins que je n'aurais jamais vu autrement.
À l'Orée du Postillon
Vendredi dernier, il m'avait promis que l'on terminait à midi. C'était si faux. De midi à 16h30 je paniquais de l'intérieur. Nous étions toujours sur la route. Et j'avais des rendez-vous à 17h, 17h30 et 18h30. Il semblait s'en foutre. J'avais plus ou moins accepté qu'avec Luke, pendant plus de 10 heures par jour, on ne mangeait pas, on n'allait pas non plus à la salle de bain et qu'il me fumait toute la journée dans le camion. Mais de se moquer complètement de mes rendez-vous de fin de soirée, 4h36 plus tard que l'heure promise de fin de travail, ça ne passait plus. J'étais à l'orée du postillon.
À l'Orée du Postillon
Comme j'étais au volant, j'ai conduis en coureur automobile jusqu'au bureau. Prudemment (J'ai un dossier vierge en conduite en 30 ans), Et il gardait un silence satisfait du col bleu qui allait faire merder l'horaire de l'intellectuel. Je l'aurais sluggé, Par un miracle incalculable, J'ai fait 120 km, entre le coeur du coeur du trafic de la 40 (un vendredi) au fin fond de Laval. Avec un maigre retard de 9 minutes. Survolant l'entrepôt où je laissais le camion.
À l'Orée du Postillon
Tu ne déséquilibrera pas ma vie comme ça, col bleu de mes deux.
C'est une petite guerre que tu mèneras tout seul.
Je ne prends pas de cette sauce.
Aujourd'hui, ma journée est avec Bo.
*Il a été insulté que je le batte 3 matins sur 3 à un quiz de cette émission hihihi...

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Hunterjones 432 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines