Magazine Culture

(Note de lecture) Pierre Drogi, "Ombres attachées - Anémomachia" et "Ombres attachées - à bouche sanglante", par Jean-Pascal Dubost

Par Florence Trocmé

(Note de lecture) Pierre Drogi, Ce sont deux livres en diptyque, reliés entre eux par le fil ténu d'une pensée en mouvement. C'est le morcellement d'une parole soufflée, d'une interrogation parallèle sur le souffle : " Anémomachia pourrait se rendre en français par guerre des souffles ou encore combat des vents ", précise l'auteur. Une guerre mentale (ou une lutte interne) entre souffle inspiré et souffle expiré. C'est ce dernier, semble-t-il, qui emporte cette guerre. Les mots du poème de Pierre Drogi sont comme effectivement soufflés sur la page, éparpillés et déposés de façon constellée, comme des touches de peinture abstraite, et d'une façon à faire poème quoi qu'il advienne.
" Cahots des mots
aventurés
pour la pensée
et pour l'esprit
(à déplacer)
"
(Note de lecture) Pierre Drogi, " J'en suis venu à considérer qu'un seul mot, placé sur une feuille blanche, constitue déjà un poème, et qu'y ajouter un deuxième mot précis représente déjà un processus poétique extrêmement délicat ", fit remarquer le poète concrétiste allemand Franz Mon. Si on peut situer Pierre Drogi dans l'esprit visuel et concrétiste du poète allemand, néanmoins l'aspect visuel n'est pas exclusif ni une abstraction coupée du référent du mot ou de la phrase-vers, " l'abstraction est une façon de rendre grâce à la réalité ". Héritée peut-être d'une avant-garde dont les mots se voulaient en liberté, la poésie de Pierre Drogi demeure attentive à une signification générale, certes mystérieuse et à traquer, avançant par énigmes, dont l'émotion d'écrire est conductrice. La disposition du poème obéit plutôt à l'esprit animal libre. Il y a un savant entrelacement de l'instinct et de la réflexion. La part animale du poète est figurée par les traces de mots qu'il laisse sur le blanc ; l'animal-poète avance, affamé de sens, dans un silence monumental (" ce sont (pourtant) des mots qui frayent le passage [...] des mots pour l'esprit / des mots par l'esprit affamé ", celui qu'il veut éloigné du vacarme des hommes (" pas de quads dans la zone aux âmes apaisées "). Et le silence ici en dit long : " tout se tait sauf le battement /fébrile /de la pensée ". On veut entendre le furtif mouvement d'une pensée émue. Un certain panthéisme anime Pierre Drogi, qui associe le poème à l'espace forestier, " On entre dans la forêt/comme dans une église ". Poète aux pattes de velours et de pinceaux, Pierre Drogi, invente, à sa manière, c'est-à-dire savamment, référencée, un espace mental où nature et culture ne s'opposent pas comme des oxymores, mais s'allient.
Jean-Pascal Dubost

Pierre Drogi, Ombre attachée - Anémomachia, éditions Lanskine, 2016, 104 pages, 14€.
&
Pierre Drogi, Ombre attachée - À bouche sanglante, éditions Lanskine, 2016, 65 pages, 12€.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 18683 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines