Magazine Culture

Longue vie au vivace vivier de musiciens

Publié le 09 mai 2017 par Souillacenjazz
Longue vie au vivace vivier de musiciensTrente de Music'HalleL’école toulousaine Music’Halle a trente ans et le fête. Deux événements en mai, « Viva Cités & Passe Ports » constituent le troisième acte et seront suivis d’autres événements tout aussi festifs et … musicaux, au début de l’été et en automne. Mercredi 3 mai, j’ai assisté à trois concerts « ViVa CiTés » et j’ai été secouée et enchantée. Aujourd’hui j’ai envie de dévoiler toutes les surprises de cette soirée.Sur la scène de l’Atelier du théâtre Garonne, un jeune homme assis emploie ses doigts à débusquer les phrases sonnantes, vives, nerveuses, de sa guitare flamenca. Une femme à l’enveloppante chevelure blanche chante debout. Sans micro. On devine à quelques notes les mélodies de chansons qui parlent du temps qui passe, avec lequel oui tout s’en va et qui ne se rattrape pas. Elle ne regrette rien, Michèle Zinni, elle fouille les mots et les mélodies et débusque à son tour ce que nous, qui connaissons ces chansons depuis toujours, n’y avions jamais vu, jamais entendu. Et de ces chansons mélancoliques, elle déclenche les rires, d’abord hésitants puis sans réserve, du public. Une performance ! Ensuite, sous l’inspiration de la guitare arrive Carmen, avec humour et émotion. Michèle nous dira à la fin qu’elle a eu envie de chanter ces airs, et que c’est la première fois. Et elle terminera sur un chant corse, d’une très grande beauté. Trois moments sans concession, où nous avons ri et presque pleuré.« Il n’y a pas de pause » quand Denis Badault et Bastien Andrieu prennent les manettes des claviers et autres machines. Sons intrigants, suspense, que va-t-il se passer ? Eric Lareine se glisse dans cette musique avec des mots frémissants ou explosants et construit peu à peu un paysage déroutant, celui de rêves où perce un réel inquiétant et mélodieux. Face à lui, Magyd Cherfi raconte, c’est là son métier et son art. Se raconte, différent. Lui qui s’assied sur un banc pour lire essuie les taloches, repoussé par sa communauté. Les mots sont là, tiennent bon, le tiennent et le maintiennent. Eric Lareine y insinue ses propres histoires. Ils termineront par une ode à l’église Saint-Sernin et son marché aux puces du dimanche matin, dieu et diable côte à côte et on ne sait pas bien lequel est le démon, lequel est le divin. Sur une musique d’église quelque peu perturbée, ils confessent de conserve qu’ils ne croient qu’en l’Homme. Tous les quatre jouent entre eux, jouent des sons, jouent des mots ; la musique s’improvise, de surprise de surprise et colore de rêve la partition verbale. À ces deux premiers concerts, je ferais bien un reproche : pourquoi s’arrêter ? On est si bien avec vous.Troisième mouvement : face à nous une estrade avec quatre guitaristes assis, à leur gauche un beat boxer et un saxophoniste tous deux munis de machines, à leur droite un guitariste et un claviériste. C’est le guitarkestra. Une mise en scène décalée pour un grand moment de pleine musique, dans lequel je m’installe avec délectation. Menée par le guitariste Lone Kent, la formation installe son univers, qui combine l’électro et le guitare-héros, les effets du beat boxeur et les mots du poète, les envolées longues et mélodieuses et le rock âpre et remuant, un univers contenu par un flux de musique répétitive qui permet toutes les audaces et extravagances. Je les vois très concentrés, très attentifs, de chacun à chacun, et je me détends, laissant les flots de sons se glisser dans mes rêves. Eric Lareine apparaît et offre un long dialogue avec le beat boxeur David Dutech qui plus tard s’assiéra au cajon, pour un moment de percussions endiablé. Des pointes d’humour, ils en rient. Des toms, des cymbales, des pédales arrivent sur scène et comme par enchantement un batteur se lance dans la bagarre. Énergie communicative.Plus que bon anniversaire, je souhaite longue vie à Music’Halle, vivier vivace d’artistes qui irriguent nos vies - et nos festivals - de musiques, de poésie et de rêves. Marie-FrançoiseMercredi 3 mai, 30 ans de Music’Halle, théâtre Garonne, ToulouseDuo : Michèle Zini chant et Olivier Vayre guitareDeux claviers, deux voix : Denis Badaultpiano, Bastien Andrieuclavier, machines, Eric Lareinechant, Magyd CherficonteurGuitarkestra meets the Post-Rock-Electro band : David Dutechbeatbox, cajon, David Haudrechyclavier, sax soprano, Thomas Terrien machines, piano, Lone Kent guitare baryton
http://www.music-halle.com/

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Souillacenjazz 609 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines