Magazine Culture

(Anthologie permanente) Marco Giovenale, par Jean-René Lassalle, "que le poids de la lumière sur les mains est bref"

Par Florence Trocmé

Criteriodeivetri[les voleurs sont entrés dans la maison]

les voleurs sont entrés dans la maison
par la route ou par mer, ont emballé et déballé
du gravillon dans la nappe, défoncé la lunette.
ceci ne réitère pas le retour des abjects
dieux et supérieurs, de leurs cartes de réservation ; pas même
de la trace vide, ombre, empreinte en miroir,
fil de la torche à grain luminescent.
sont passés trop de jours peu d’années.
par contraste d’un retardateur elle
se rephotographie près du vase circulaire
avec les anguilles bleu cobalt au fond
imprimé, émulsion – tout en noir.
il n’est pas clair de savoir quoi dire.
mais que ce soit raisonnable et l’émeuve
le regard persuadé est vrai
Source : Marco Giovenale, criterio dei vetri, Oedipus 2007. Traduit de l’italien par Jean-René Lassalle avec l’original italien et la traduction anglaise.
[sono entrati i ladri nella casa]

sono entrati i ladri nella casa
sulla strada o mare, hanno avvolto e svolto
ghiaia nella tovaglia, sfasciato le lunette.
questo non ripete del ritorno degli sporchi
dei, padroni, o di loro segnaposto; nemmeno
della traccia cava, ombra, orma a specchio,
filo della torcia a grano luminescente.
passati troppi giorni pochi anni.
diversamente lei con l’autoscatto
si riprende accanto al vaso circolare
con le anguille blu cobalto al fondo
stampato, emulsione – solo in nero.
non è chiaro cosa prenda a dire.
ma che abbia ragione e che la tocchi
lo sguardo persuaso è vero
Source : Marco Giovenale, criterio dei vetri, Oedipus 2007.
/
( ) chrome / chromage

le jeune sinistrocoptère survole le centre-ville pour inspecter le futur financier du soleil et le don de vie éternelle.
pourtant monet avait exclu la figure humaine. le monnayage aussi.
mais dans le tournant d’une semaine en la seringue d’air du pentagone, il donnera à ses bizarres dessins de tortues et griffonnages un sens de moralité joyeuse.
(point d’abstraction sinon dans les anneaux).
le sens sera converti en serpentage.
kronos a une histoire très simple
Source : Marco Giovenale, anachromisms, Ahsahta 2014. Traduit de l’italien par Jean-René Lassalle avec les versions anglaise et italienne.
( ) chrome / cromatura

il giovane angoscelicottero vola sul centro città per ispezionare il futuro finanziario del sole e il dono della vita eterna.
pero monet aveva escluso la figura umana. e pure il denaro.
ma nel giro di una settimana nella siringa ad aria del pentagono, lui darà ai suoi strani disegni di tartaruga e agli scarabocchi un senso die gioiosa moralità.
(nessuna astrazione se non negli anelli).
il senso sarà convertito in serpeggiare.
kronos ha una storia molto semplice
Source : Marco Giovenale, anachromisms, Ahsahta 2014.
/
[ni le mystère en les voyageurs]

ni le mystère en les voyageurs
locaux, avec leurs sacoches à trame honnête
lamés noirs, beaux temps
et plastique du béret, son bord n’est que scories.
il ne fait pas ils ne font pas, l’histoire. vingt, trente
siècles et une partie du choc anthropique n’a pas
varié ; généré depuis le sommeil, il dort, escorte
le sac, retourne
en arrière, sous les poussières volcaniques
- il meurt dans la page de paille par peur
de l’éclipse, avant sa fin.
berce, et non guérit
Source : Marco Giovenale, criterio dei vetri, Oedipus 2007. Traduit de l’italien par Jean-René Lassalle avec l’original italien et la traduction anglaise.
[né mistero nei viaggiatori]

né mistero nei viaggiatori
locali, con i borselli a ordito onesto
neri laminati, beaux temps,
e la plastica del berretto, sua falda tutta scoria.
non fa, non fanno, storia. venti, trenta
secoli e una parte di urto antropico non è
variato; genera dal sonno, dorme, scorta
il sacco, torna
indietro, sotto le polveri vulcaniche
– muore nella pagina di paglia per paura
dell’eclisse, prima che finisca.
culla, non cura
Source : Marco Giovenale, criterio dei vetri, Oedipus 2007.
/
[que le poids de la lumière sur les mains est bref]

que le poids de la lumière sur les mains est bref
- la double rouille sur la balance.
à peine posée, voilà l’autre en reflet.
la vitrine, la marchandise vue –
la verticale. avec assise, au premier
voile de poussière – muette,
transformée par la même
ligne presque pas donnée,
scindant pour scindant, le rideau
fatigué de ce qui
gît à son inverse.
la lumière est ce vêtement léger – on le dit
perdu
Source : Marco Giovenale, criterio dei vetri, Oedipus 2007. Traduit de l’italien par Jean-René Lassalle avec l’original italien et la traduction anglaise.
 [che il peso della luce sulle mani è breve]

che il peso della luce sulle mani è breve
– la doppia ruggine sulla bilancia.
appena è, ha l’altro specchiare.
la vetrina, la merce vista –
la verticale. siede, al primo
velo della polvere – muta,
cambiata da una stessa
riga quasi non data,
scissa è scissa, la cortina
stanca di quanto
sta dal proprio inverso.
la luce è l’abito leggero – dice
perso
Source : Marco Giovenale, criterio dei vetri, Oedipus 2007.
Choix et traductions inédites de Jean-René Lassalle.
Bio-bibliographie de Marco Giovenale.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Florence Trocmé 14972 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines