Magazine Culture

[Cannes 2017] La journée de l’accrédité : pardonne-moi, David Lynch, pardonne-moi (jour 8)

Publié le 25 mai 2017 par Linfotoutcourt

Et là, c'est le drame.

Ce matin, j'ai loupé la diffusion des premiers épisodes de la saison 3 de Twin Peaks. En tant que fan absolu de David Lynch, qui est quand même une des raisons qui explique ma cinéphilie, cela relève du sacrilège. D'ailleurs, puisque j'utilise du lexique religieux, je me confesse devant vous : je n'ai jamais vu la saison 2. Quand on sait la concentration requise afin de décrypter les puzzles filmiques du bonhomme, entamer la saison 3 après avoir loupé 22 épisodes, c'est soit de la folie, soit de la stupidité (ou les deux).

Or, vu que je suis fou et stupide, je vais tenter de squatter une projection du lendemain, mais je risque de me faire recaler. Ce qui n'est absolument pas courant à Cannes comme l'atteste mes autres chroniques. Ironie, mon amie.

Sinon, il n'y a pas que Twin Peaks dans la vie. Loin de la petite bourgade mystérieuse de la série, j'ai fait un tour en Corée du Sud avec le film Sans pitié qui ne donne pas envie d'être un agent infiltré dans un gang. Maintenant, c'est au tour de François Ozon de passer à la casserole cannoise avec un long-métrage qui paraît diabolique (donc sympathique), l'Amant double. Le Festival a encore, je l'espère, bien des surprises à révéler !

Retrouvez tous nos articles consacrés au 70e Festival de Cannes ici.

(Visited 24 times, 24 visits today)


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Linfotoutcourt 85340 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine